Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Guerilla, le temps des barbares
Laurent Obertone  (Editions Ring)  septembre 2019

Du sang, des armes et des larmes mais aussi un voyage au bout de la guerre totale, voilà ce que nous propose Laurent Obertone avec le deuxième tome de sa saga Guerilla débutée il y a quelques années. Dans le premier tome, Guerilla, le jour où tout s’embrasa, décrivait l’effondrement de la France en soixante-douze heures. Dans le second volet, l’auteur nous propose la suite de cette vertigineuse odyssée.

Laurent Obertone est un journaliste écrivain qui est maintenant traduit dans une dizaine de pays. A chaque fois, il ambitionne de repousser toutes les limites pour plonger son lecteur dans une œuvre assourdissante et crépusculaire au réalisme sans précédent. Le deuxième tome de sa saga, qui vient de sortir aux éditions Ring, repose sur les hypothèses de travail du renseignement, des forces spéciales et des témoignages directs de victimes de guerres civiles.

Il n’y a plus d’Etat.

La France s’est effondrée en trois jours, livrée aux assassins qui tiennent les rues, aux chiens de guerre qui terrorisent les campagnes. Partout le pillage. Partout la folie et partout la survie. Partout le silence des réseaux détruits, et partout la violence surtout.

Il n’y a plus de règles.

Des cranes perforés de balles, des ombres qui fuient, des rues dévastées, des cadavres déchiquetés à perte de vue, des ordres, des plaintes, des cris, des rafales d’armes automatiques se répondant d’une rue à l’autre, des geysers de flammes et le bruit sourd des rotors brassant le ciel ardent des villes.

Il n’y a plus d’issue.

Ils étaient de simples citoyens. Ils ne sont plus que des créatures humaines, privées de tout, isolées dans leur méfiance, prêtes à tuer pour un bidon d’essence.

Waouh ! Waouh ! Waouh ! Voilà les onomatopées qui définissent le mieux ce que le lecteur peut ressentir à la fin de la lecture de cet ouvrage. Difficilement résumable, et pour laisser du plaisir à ceux qui voudront le lire, on ne peut qu'être admiratif devant le rythme qui se dégage de cette lecture. C'est puissant et addictif, cela va à une vitesse qui pourrait briser le mur du son. Incroyable, juste incroyable, même si on n'est pas dans la grande littérature, qui n'est pas l'ambition de Laurent Obertone. On est donc pas étonné que cet ouvrage se classe parmi les meilleurs ventes de livre à l'heure actuelle.

On retrouve les personnages principaux du premier ouvrage, on voit leur évolution dans ce chaos parfaitement imaginé par l'auteur. Les chapitres courts s'avalent avec délectation sans voir passer le temps. Difficile de lâcher le bouquin même si la violence, très prenante dans l'ouvrage, peut nous inviter parfois à faire une pause pour décompresser, un peu comme un nageur des profondeurs qui aurait besoin de reprendre de l'air.

Ce deuxième tome prend aux tripes, je ne vous le cache pas et les âmes sensibles devront passer leur chemin. Les autres, ceux qui aiment les ambiances oppressantes et sombres trouveront leur bonheur, en lisant de préférence le premier tome pour mieux en apprécier le second.

La fin appelle à un troisième tome, déjà prévu, que l'on attend maintenant avec une grande impatience, se demandant ce que pourra bien nous réserver Laurent Obertone après nous avoir déjà tant dévoilé de choses incroyables.

 

En savoir plus :
Le Facebook de Laurent Obertone


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=