Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Moderne Maharajah, un mécène des années 1930
Musée des Arts Décoratifs  Du 26 septembre 2019 au 12 janvier 2020

Maharajah rime avec palais et renvoie à la magnificence de l'architecture moghole et à l'exubérance des arts décoratifs qui ont présidé à l'édification des somptueuses demeures dont celles notoires du Rajahstan.

En 1930, est érigé en Inde la première et l'unique construction moderniste, le Palais Manik Bagh sur commande de Yeshwant Rao Holkar, le maharajah d'Indore, que le Musée des Arts Décoratifs propose de découvrir avec l'exposition "Moderne Maharajah, un mécène des années 1930".

La monstration conçue sous le commissariat général de Olivier Gabet, directeur général adjoint du MAD, et les historiennes des arts décoratifs y attachées, Raphaèle Billé et Louise Curtis, historiennes des arts décoratifs, présente plus de cinq centaines d'objets, meubles et tableaux réunis pour la première fois.

Elles se déploient dans les galeries latérales et la Grande Nef dans une scénographie du Studio BGC - Giovanna Comana et Iva Berton Gajsak qui use des photographies d'archives pour reconstituer de manière significative les pièces principales de vie avec leur ameublement d'origine.

Modern Maharajah, un prince indien chantre de l'esthétisme moderniste

Le jeune Maharajah d'Indore, qui, comme nombre de descendants des grandes dynasties indiennes, a fait ses classes en Angleterre, et son épouse sont des figures du Tout Paris mondain des Années Folles et de l'élite de la jet set internationale.

Entre tradition et modernité, ils revêtent aussi bien le costume indien traditionnel pour rappeler leur qualité princière et leur origine ancestrale que la tenue de soirée occidentale pour les portraits réalisés par le peintre mondain Bernard Boutet de Monvel.

Et ils posent sous l'objectif de Man Ray, photographe en vogue, maître du noir et blanc et de la solarisation, qui sublime leur beauté juvénile pour s'inscrire résolument dans la modernité, tel le cliché reproduit sur l'affiche de l'exposition.

Le couple entreprend la réalisation de ce que les commissaires qualifient d'"oeuvre d'art totale" et qui renvoie certainement à la volonté de laisser une trace comme esthète et mécène dans le monde de l'art occidental.

Ce sera un palais à son image dont la réalisation est confiée à Eckhart Muthesius, un jeune architecte allemand rencontré à Oxford, pour l'ameublement duquel il convie les plus grands noms du style Art déco.

Eckhart Muthesius, qui n'est pas Robert Mallet-Stevens et n'a pas son expérience, conçoit un bâtiment massif dépourvu de grâce et révèle des qualités de designer avec la création de pièces de mobilier inventives tels le fauteuil à éclairage latéral, la lampe de parquet et la coiffeuse mobile électrifiée pou rla chambre de la maharani.

Il s'avère surtout un bon ensemblier pour assurer l'architecture d'intérieur en combinant les commandes et acquisitions diverses du maharajah pour illustrer "la quintessence de la beauté, de l'élégance et de la perfection".

Ainsi se déroule, du cabinet de travail au salon de musique en passant par les chambres des propriétaires, une immersion dans les avant-gardes de cette époque.

Elle est scandée par les créations souvent iconiques et parfois en exemplaire unique signées par Eileen Gray, les concepteurs de mobilier en métal Louis Sognot et Charlotte Alix, Ivan Da Silva Bruhns qui renouvelle l'art du tapis à l'aune de déclnaisons cubistes monochromes, Le Corbusier, Pierre Jeanneret et Charlotte Perriand avec sa chaise longue basculante customisée peau de tigre et le décorateur Jacques-Émile Ruhlmann surnommé "le Riesener de l’Art déco".

Le visiteur pourra également apprécier celles de l'orfèvre Jean Puyforcat qui a également dessiné le monogramme princier.

Pour rêver...

 
En savoir plus :

Le site officiel du Musée des Arts Décoratifs

Crédits photos : MM
avec l'aimable autorisation du Musée des arts Décoratifs


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 5 juillet 2020 : Un avant goût de vacances

il fait (presque) beau partout, on sort un peu de chez nous, on voit nos amis, on pense aux vacances. Chez Froggy's on continuera tout l'été à vous alimenter en culture mais ce sera peut être un peu plus calme. En attendant, voici le sommaire et bien sûr le replay de La Mare Aux Grenouilles #5 !

Du côté de la musique :

"Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.
et toujours :
"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"La Putain respectueuse" par Gérard Gélas
"Dracula Asylum" par Felicien Chauveau
"L'Homme qui rit" par Gaële Boghossian
"Cage" par Jacques Bellay
"Kyste" de et par Eloïse Hallauer et Camille Soulerin
et une pépite : "Jimmy's blues" de James Baldwin par Nicolas Repac et Anouk Grinberg
du théâtre moderne :
"Vient de paraître" d'Edouard Bourdet par Jean-Paul Tribout
"La vie de Galilée" de Bertold Brecht par Eric Ruf
le répertoire classique par la Comédie français d'hier et d'aujourdhui :
"Le Mariage de Figaro" de Beaumarchais
"On ne badine pas avec l'amour" d'Alfred de Musset
Au Théâtre ce soir :
"Les Petits oiseaux" d'Eugène Labiche
"La Reine Blanche" de Barillet et Grédy
"Les Petites têtes" d?André Gillois
des comédies :
"L'Opération du Saint-Esprit" de Michel Heim
"Jeux de mots bêtes pour gens laids" autour de textes de Bobby Lapointe
"Pochettes Surprise" de Jacky Goupil
du côté des humoristes :
"Jean Luc Lemoine - Au naturel"
"Moustapha El Atrassi - Second degré"
du théâtre visuel avec "L'Avare" par la Compagnie Tàbola Rassa
et enfin du théâtre lyrique avec"Ercole Amante" de Francesco Cavalli par Christian Hecq et Valerie Lesort

Expositions :

les réouvertures de la semaine :
le Musée d'Art Moderne dela Ville de Paris avec les collections permanentes de "La Vie Moderne" dans sa nouvelle présentation et la salle Matisse
le Musée Rodin
le Musée national des Arts asiatiques-Guimet
le Musée Cognacq-Jay et le Musée du Louvre
et les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :
en salle "L'Envolée" de Eva Riley
at home avec :
du thriller :
"La Isla minima" de Alberto Rodriguez
"La Onzième heure" de John Lyde
de la romance :
"La revanche d'une blonde" de Robert Luketic
'"Aime-moi comme je suis" de Stephan Meyer
"Coup de foudre en cuisine" de James Hacking
du drame :
"L'ombre du doute" d'Aline Issermann
"Tout va bien on s'en va" de Claude Mouriéras
"Henri" de Yolande Moreau
Ciné-Club français des années 60 :
"L'Insoumis" d'Alain Cavalier
"Le Chien" de François Chalais
"La Voleuse" de Jean Chapot
"Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
et des raretés :
"Le Champignon des Carpathes" de Jean-Claude Biette
"King of the White Elephant de Sunh Vasudhara

Lecture avec :

"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson
et toujours :
"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=