Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Didier Super - Les Suprêmes dindes
La Maroquinerie  (Paris)  15 novembre 2005

Au vu du nombre de gens qui se sont massés dans la Maroquinerie ce soir, et au vu du nombre de dates qu'effectue Didier Super dans une année, on peut s'interroger sur le sucés si conséquent, d'un type qui fait de la si mauvaise musique.

Pour qui ne connaîtrait pas encore le joyeux trublion nordiste, rappelons que M. Super est responsable d'un album de 18 min parue en 2004, Vaut mieux en rire que de s'en foutre, sur lequel il s'efforce de chanter faux, de dire des conneries, et de très mal jouer de la guitare. Un album honteusement court, au son cheap à mort…terriblement jouissif.

Là est bien le problème. Qu'on se l'avoue ou non, on aime Didier Super (à condition d'avoir un humour très second degré). Il représente un sucés qui fait plaisir : à savoir la réussite d'un mec comme tout le monde, sans réel talents (ridicule même), mais qui balance avec beaucoup d'humour et encore plus de mauvais goût. Le couronnement d'un être beaucoup plus proche de nous que toutes ces starlettes aux gueules d'anges et au look parfait.

Bref, avant de parler de découvrir le sieur Super en live (pour la 1ère fois pour moi), on a le droit à une 1 ère partie de choix : Les Suprêmes Dindes.

Un quatuor mixte (2 filles-2 garçons…quoi que le sexe du bassiste soit encore à déterminer), légèrement dénudé… kitsch à souhait.

Du punk rock à la pop rock catchy, les Dindes ratissent larges et électrisent le public grâce à un jeu de scène détonnant. La chanteuse guitariste assure le show à elle toute seule, et s'amuse avec le public.

A noter l'excellente et étonnante reprise de "No one knows" des Queens Of The Stone Age. Epatant.

Arrive donc ensuite Didier Super.

Il délaisse le côté one man show, pour intégrer un musicien multi instruments sur scène avec lui : guitare, basse, piano...

Didier arrive sur scène, après nous avoir passé trois fois en boucle son nouveau single, pour bien "nous le rentrer dans la tête et qu'on l'achète". Il débute avec "Arrête de t'la pêter", mais quelque chose cloche : il paraît trop alcoolisé pour chanter aussi bien…on aurait presque l'impression d'écouter le disque.

La raison, Didier est en play back !

Explication de l'intéressé : "Vous croyez vraiment que je vais me casser le cul à chanter pour vous ? Bon allez, c'est bien parce que vous avez payé vos places 100 balles".

Un humour à prendre au quinzième degré, qui, sous couvert d'ironie, nous fait bien comprendre que Didier Super sait qu'il est un produit, et que nous sommes les consommateurs.

Une espèce de franchise déguisée, qui fait rire, mais qui peut aussi faire grincer des dents…tout dépend de comment on décide de se placer.

S'en suit tout un jeu de vannes avec le public, pendant tout le concert, duquel Didier sort vainqueur à chaque fois, la position de chanteur aidant (et aussi un gros sens de la répartie).

Musicalement, Didier Super modifie ses morceaux, rajoutant des couplets s'inspirant de l'actualité, et nous offre quelques nouveaux morceaux.

Il s'amuse à lancer les phrases les plus choquantes possible à un public qui n'en demande pas mieux. Exemple : "Quel est le comble de l'avarice : partir en vacances en Thaïlande avec ses propres enfants !".

Bref, Didier Super aime faire dans le lourd, le malsain, le sale, le drôle, le méchant…et on en redemande.

On rajoute à cela l'intervention de Christophe, sorte de sdf neuneu, au sourire béat, venant jouer (mal) de la flûte et servir de boule à facette humaine…la classe.

Pleins d'autres surprises et de délires, que je laisse volontairement dans l'ombre, pour en préserver les effets si l'envie d'aller voir D.Super vous prenez.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Vaut mieux en rire que s'en foutre II de Didier Super
Didier Super en concert au Festival Le rock dans tous ses Etats 2007 (vendredi)
Didier Super en concert au Festival des terre-Neuvas Bobital 2008 - Vendredi
Didier Super en concert au Festival Furia Sound 2009
Didier Super en concert au Festival Des Printemps Hurlants 2010
Didier Super en concert au Fil (vendredi 21 janvier 2011)
La chronique de l'album La Poutine des Suprêmes Dindes
La chronique de l'album Femmes Divines des Suprêmes Dindes

Crédits photos : Romain


Romain         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 12 janvier 2020 : Pas de soldes sur Froggy's

C'est la saison des soldes. Peut être l'occasion d'acheter au rabais quelques oeuvres d'artistes qui auraient mérité que l'on paie le prix fort. Qu'à cela ne tienne, voici le sommaire de la semaine rempli de découvertes et d'artistes à soutenir, soldés ou non.

Du côté de la musique :

"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"Demain est mort" de Larme Blanche
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool
et toujours :
"Broken toy" de Dirty Bootz
"Voix du ciel" de Ensemble Gilles Binchois
"Telemann : Frankfurt Sonatas" de Gottfried von der Goltz
"Lemon the moon" de Nitai Hershkovits
"Le rêve et la terre : Debussy, Ginastera" de Orchestre de Lutetia & Alejandro Sandier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Phèdre" au Théâtre des Abbesses
"Du ciel tombaient des animaux" au Théâtre du Rond-Point
"Les Passagers de l'aube" au Théâtre 13/Jardin
"Pièce en plastique" au Théâtre de Belleville
"Les Feux de l'Amour et du Hasard" au Grand Point Virgule
"Ruy Blas, grotesque et sublime" au Théâtre Essaion
"Les Michel's" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Dom Juan - Le festin de pierre" au Théâtre de la Cité internationale
"Le dernier carton" au Théâtre du Gymnase
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"La promesse de l'aube" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Ritals" au Théâtre La Scène Parisienne
"Odyssée" au Lavoir Moderne Parisien
"Philippe Fertray - Pas de souci" au Théâtre de la Contrescarpe
"Trinidad - Pour que tu t'aimes encore" à la Comédie Bastille
"Constance - Pot pourri" au Théâtre de l'Oeuvre
"Dans ma chambre" au Théâtre Les Déchargeurs
"Carla Bianchi - Migrando" à la Nouvelle Seine
"Giorgia Sinicorni - Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et la chronique des spectacles de janvier

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Vampires - De Dracula à Buffy" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

"Barthes*" de Vincent Gérard, Cédric Laty, Bernard Marcadé et et Camille Zéhenne
la chronique des films sortis en décembre
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos
et toujours :
"Juste une balle perdue" de Joseph D'anvers
"La séparation" de Sophia de Séguin
"Otages " de Nina Bouraoui
"Sukkwan island" de David Vann

Froggeek's Delight :

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=