Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Lunt
Phantom Solids  (We Are Unique! Records / Bigwax)  octobre 2019

Avec Phantom Solids, nouvel album de son projet Lunt, Gilles Deles (co-fondateur de très ambitieux label We Are Unique! Records !) conçoit et développe une musique que la paresse critique qualifierait d’expérimentale. Nous préférons la présenter comme le projet d’un musicien émancipé, libre dans son expression, minutieux et précis dans son jeu, ne cherchant ni à faire genre, ni à s’enfermer dans un genre, d’ailleurs, l’expérimental n’est souvent pas loin d’être autant codé et complaisant, par le principe même de ses refus et l’enfermement et la prévisibilité que cela génère, qu’une bonne grosse pop song.

Dans les compositions de Lunt tantôt se côtoient et tantôt se mêlent noise-pop, post-rock et no-wave, le tout masterisé (information d’importance tant le disque sonne) par Matt Colton (Sunn O))), Thurston Moore, My Bloody Valentine, etc.).

Phantom Solids commence par une stridence, un bourdon de guitare, puis des cymbales et au-dessus une mélodie, ou plus exactement un thème évolutif, au glockenspiel : l’ambiance est au post-rock. Le titre du morceau est explicite : ça commence par le climax.

Le deuxième morceau est d’un climat plus noisy, par le jeu de guitare notamment, toujours ce glockenspiel, et puis le chant, blanc. L’on croirait, avec ce long morceau qui passe du blanc-gris à quelque chose de beaucoup plus expressif, Lunt sous l’influence d’Arto Lindsay, tant par le chant que pas son jeu de guitare bruitiste.

Sur les morceaux "Dasein Bullshit" (les heideggériens apprécieront) et "In the midst of my days", le glockenspiel disparaît, les guitares bruitistes également, place aux lentes arpèges de guitare ; le chant s’incarne ("In the midst of my days") et tout est calme et épuré, intimiste : un morceau comme l’écoute d’un ami cher que l’on ne voit que trop peu et qui vient nous voir un soir, à l’improviste, pour nous faire une confidence et qu’il fait froid dehors.

Puis vient un autre mouvement ("Emergency for the wise"), petit riff de basse en boucle et retour du glockenspiel, rupture de ton : une musique qui avance en cherchant une voie, et Lunt la sienne ; et il la trouve, pour un temps : le glockenspiel indique la lumière, une direction, une présence ("Traces in the east") au milieu de ce climat redevenu noisy.

Voilà le dernier morceau, une longue plage progressive construite sur un bourdon de clavier, les instruments s’ajoutent peu à peu, un à un, et pour chacun une phrase qui se répète ou varie légèrement : percussion, basse puis un saxophone free plein d’à propos, de précision, nul abus de notes ici.

Ce disque joue des crêtes et des extrêmes.

Certains cinéastes font le choix du noir et blanc alors qu’existe la couleur, choisissent le noir et blanc afin d’explorer et travailler les contrastes, de permettre à l’image de vibrer de toutes ses nuances, Lunt, de la même façon, compose un disque en noir en blanc où rien n’est noir, ni blanc, ni noir et blanc ni gris, tout le contraire même, que des nuances : le noir et le blanc vibrent, irradient, sculptent les contrastes, les intensités et travaillent les ombres. Et les ombres et les fantômes qui y habitent alors s’y déploient : c’est de la vie psychique de chacun dont il est question avec ces histoires de fantômes. La musique et les sons vibrent, ici, comme vibrent les images et les émotions dans les films de Béla Tarr, en moins désespérés. Ce disque, soulignons-le, est d’ailleurs profondément visuel et cinématographique.

Un disque intense comme un paysage intérieur, comme la partition émotionnelle d’une vie habitée et lucide quant à ce qu’elle vit et éprouve ; nul emportement en effet, nul épanchement ici, mais de l’intensité et de l’obstination dans la quête. Ni solaire ni lunaire cette musique est empreinte d’une grande pudeur, d’une grande retenue, aspire à la justesse de l’expression émotionnelle.

Avec Phantom Solids, Lunt ne compte pas en rester là : non, ce disque impressionne tant par sa cohérence, sa lucidité que par sa lente maturation. C’est un disque d’artiste radical, mais soucieux d’aller vers l’auditeur, soucieux d’être compris mais n’appuyant pas, n’insistant pas pour qu’on le comprenne ; ouvert et exigeant il ne semble pas prêt à tout pour être compris.

Phantom Solids mérite d’être écouté par tout mélomane ouvert, exigeant et attendant autre chose qu’un disque de plus.

 

En savoir plus :
Le site officiel de We Are Unique! Records
Le Bandcamp de Lunt


Francois Montjosieu         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=