Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme napolitaine
Petit Palais  Du 15 octobre 2019 au 26 janvier 2020

L'intérêt des expositions proposées par le Petit Palais tient à une politique muséale éclairée qui privilégie les expositions inscrites dans une relecture de l'art à travers les artistes pour (re)découvrir des petits et des grands maîtres en leur temps éclipsés par les "blockbusters" surmédiatisés.

Ainsi, sa programmation 2019-2020 se place sous le signe d'une saison napolitaine avec Luca Giordano pour une incursion dans la peinture baroque et une exposition-rétrospective inédite en France intitulée "Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" et présentée avec la collaboration du Museo Nazionale di Capodimonte à Naples consacrée à l'oeuvre d'un précurseur du vérisme, équivalent transalpin du naturalisme, qui émerge à la fin du 19ème siècle.

Celles-si se déploient dans un parcours chronologique superbement scénographié par un jeu de lignes de fuite et des reproductions photographiques d'archives de de la topographie et de l'architecture de la cité génoise réalisée par le Studio Tovar/Alain Batifoulier et Simon de Tovar .

Vincenzo Gemito, du vérisme novateur au retour à l'antique en passant par le maniérisme

Génie précoce alors même que non issu du sérail artistique, mais toutefois non autodidacte car formé Académie des Beaux-arts de Naples, Vincenzo Gemito qui crée sa première oeuvre à l'adolescence "Le joueur de cartes" qui semble autofictionnel en ce qu'il représente un de ses homologues, enfant des rues qui qui lit son avenir dans les cartes.

Et à 25 ans, il accède à la notoriété par sa participation remarquée au Salon à Paris en 1877 puis à l’Exposition Universelle de 1878 en se démarquant de manière radicale de la statuaire académique par son traitement réaliste d'un thème connu, celui du pêcheur napolitain en bronze, dont est également présenté le plâtre préparatoire.

Ainsi qu'en atteste la mise en regard avec les oeuvres de sculpteurs français tel François Rude ("Jeune pêcheur napolitain jouant avec une tortue") et Jean-Baptiste Carpeaux ("Pêcheur napolitain à la coquille") qui ressortent à l'imagerie pittoresque résultant d'une construction culturelle.

Et Vincenzo Gemito inscrit son nom dans l'Histoire de l'art comme précurseur du vérisme, équivalent transalpin du naturalisme français, et dont la thématique de prédilection est celle de l'enfance avec des bustes grandeur nature en plâtre, des fillettes et garçonnets plébéiens.

Tels celui retenu pour l'affiche de la monstration et celui de la petite fille au voile retenu par les doigts évoquant une juvénile Madone, qui révèle, comme indiqué par jean-Louis Chamion, "un art tout en tendresse et vulnérabilité absolue"

Egalement soucieux de réussite et en quête de mécénat et de clientèle privée, il réalise les bustes de personnalités dont celles du monde artistique de son temps qui présentent une particularité significative de sa marque de fabrique, celle des bords déchirés,

Après des événements dramatiques dans sa vie privée et une altération de ses facultés mentales, Gemito poursuit son activité en reprenant ses sujets de prédilection dont le "Petit pêcheur sur un rocher" mais dans un style maniériste qui tend à la mièvrerie.

Certaines pièces - "Vénus", "Jeunesse de Neptune" - annoncent sa troisième période, celle du retour à l'antique qui correspond à une inflexion commune aux grands noms de la sculpture moderne, de Rodin, Giacometti et Bourdelle, illustrée pour ce dernier par une récente exposition dédiée en son musée ("Bourdelle et l'antique - Une passion moderne) sur le mode d'une exploration du patrimoine archaïque.

L'exposition permet également de constater le talent exceptionnel de dessinateur émérite de Gemito avec une belle sélection d'oeuvres graphiques dont le portrait des femmes aimées et ceux des enfants Bertolini pour lesquels les commissaires appellent l'attention sur leur résonance avec les tableaux du peintre Balthus.

Une superbe exposition.

 
En savoir plus :

Le site officiel du Petit Palais

Crédits photos : MM
avec l'aimable autorisation du Musée du Petit Palais


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot

Classique, pop, rock, découvertes, artistes confirmés, comédies, drames, art moderne ou plus classique, romans et livres historiques, tout se cotoient encore dans cette nouvelle et riche édition de Froggy's Delight. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Contemporary" de Adélaide Ferrière
"Un moment musical chez les Schumann" de Cyrielle Golin & Antoine Mourias
Rencontre avec Cyril Adda, autour de on album "L'îlot" et de sa session live de 5 titres
"Beethoven : intégrale des sonates pour piano" de Fazil Say
"Happy mood !" de François Ripoche
"L'appel de la forêt" de Julien Gasc
"Satchidananda", nouveau et 11eme mix de Listen in Bed
"Song for" de Noé Huchard
"Amours, toujours !" de Smoking Joséphine
"Rêve d'un jour" de The Chocolatines
"The Bear and other stories" de The Fantasy Orchestra
"Saint Cloud" de Waxahatchee"
et toujours :
"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Transmission" au Théâtre Hébertot
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Satsang !" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
"Labiche Repetita" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Le Tour du théâtre en 80 minutes" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Dieu est mort. Et moi non plus j'me sens pas trop bien !" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Palais des Glaces
"Cabaret décadent - Revue Electrique n°25" au Cirque Electrique
"Les Amants de Varsovie" au Théâtre du Gymnase
les reprises :
"Dementia Praecox" au Théâtre Elizabeth Czerzuk
"Ruy Blas" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Dieu, Brando et moi" au Studio Hébertot
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Coeurs" au Musée de la Vie romantique
et la dernière ligne droite pour :
"Hans Hartung - La fabrique du geste" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

"Le Cas Richard Jewell" de Clint Eatswood
"L'Etat sauvage" de David Perrault
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Ada & Rosie" de Dorothée de Monfreid
"De rien ni de personne" de Dario Levantino
"La mémoire tyranique" de Horacio Castellanos Moya
"Santa muerte" de Ganino Iglesias
"Tout pour la patrie" de Martin Caparros
"Bon Rundstedt, le maréchal oublié" de Laurent Schang
et toujours :
"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=