Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Mademoiselle Julie
Théâtre de la Tempête  (Paris)  novembre 2019

Drame d'après l'oeuvre éponyme de August Strindberg, mise en scène d'Elisabeth Chailloux, avec Anne Cressent, Pauline Huruguen et Yannik Landrein.

Tout a sans doute été dit et écrit à propos de "Mademoiselle Julie", une des oeuvres emblématiques et multireprésentées du dramaturge suédois August Strindberg, qu'il qualifiait de "tragédie (supra)naturaliste" et irriguée de symbolisme, placée sous le signe de la lutte, lutte des classes, des sexes et des cerveaux, ordonnée autour de la dialectique maître/valet.

La metteuse en scène Elisabeth Chailloux résume l'intrigue comme mettant "bout à bout, sur un rythme précipité, une danse de séduction, le combat entre Jean et Julie, un tabassage psychologique, un casse (le bureau du comte est dévalisé), une tentative d’évasion, la mise à mort d’une bestiole et une fin hallucinée" pour retracer "l’histoire d’une femme qui vit son désir", donc celle du prototype de la femme moderne dont l'émancipation se heurte encore à nombre de résistances.

Or, le personnage-titre construit par Strindberg est une chimère hybridant une hystérique, au sens de la psychiatrie balbutiante du 19ème siècle, assaillie par la libido et une victime du "fatum" qui n'était pas encore qualifié de traumatisme de transmission intergénerationnelle souffrant de surcroît d'un déficit de force de caractère pour assumer l'éducation imposée par une mère à la vocation ratée d'amazone.

Mademoiselle Julie va donc "jouer avec le feu", expression-titre d'un autre opus de Strindberg, dans une entreprise auto-destructrice comme seule issue possible à un conflit et des tensions internes insurmontables.

Cela étant, Elisabeth Chailloux propose une nouvelle écriture parsemée de locutions anglo-saxonnes avec une recontextualisation à l'ère des téléphones portables génératrices d'anachronismes en raison de la portée différente au 21ème siècle et dans le cadre des relations intimes des notions de honte, déshonneur, humiliation et mésalliance liée à la transgression morale ou/et sociale.

La partition se déroule dans la cuisine d'une demeure nobiliaire, décor incontournable en l'espèce élaboré de manière minimaliste par Yves Collet et Léo Garnier, dans un huis-clos délétère sous la censure morale de la cuisinière, figure rigoriste sûre de sa foi comme des valeurs ancillaires et de son désir de s'élever au dessus de sa condition, parfaitement interprétée par Anne Cressent.

Tel un papillon égaré dans la nuit voletant autour d'une torche, Pauline Huruguen campe la pauvre petite fille riche, belle, cultivée et bien née, qui tente désespérément de dresser les hommes comme des chevaux à coup de cravache pour son ex-fiancé et de claquement de doigts pour le valet.

En charge de ce rôle, Yannik Landrein parvient à en restituer la paradoxalité paralysante entre soumission au déterminisme social et ambition de s'en délivrer.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=