Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Kiki Smith
Monnaie de Paris  Du 18 octobre 2019 au 9 février 2020

Dans le cadre de son programme muséal de rétrospectives inédites consacrées à des artistes contemporains de renommée internationale, et après, Maurizio Cattelan, Grayson Perry et Thomas Schütte, la Monnaie de Paris propose la première exposition monographique de l'artiste américaine Kiki Smith.

Les commissaires Camille Morineau et Lucia Pesapane, respectivement directrice des expositions et des collections de la Monnaie de Paris et responsable de la programmation artistique du lieu, ont sélectionné une centaine d'oeuvres pour retracer quatre décennies de création.

Et elles n'ont pas opté pour un parcours classique, chronologique ou/et thématique, mais pour un déploiement plus pointu consistant en "un dialogue d'entrecroisements" afin de privilégier la compréhension de la cosmogonie smithienne.

Ainsi l'exposition met notamment en évidence les tropismes de cet artiste pluridisciplinaire inscrite dans l'héritage de la "papesse" Louise Bourgeois, référence qu'elle assume comme "source", et engagée dans la militance féministe pour laquelle le corps, essentiellement féminin, est le lieu de questionnement du monde.

Kiki Smith : Promenons-nous dans les bois à la croisée des chemins

La déambulation sur les deux niveaux de monstration permet, par une attention analytico-synthétique, de dégager les caractéristiques de la pratique artistique de Kiki Smith.

En premier lieu, l'utilisation de nombreux et différents médiums, du papier au bronze en passant par la tapisserie, avec une série inspirée de la Bible et d'un chant des "Géorgiques" de Virgile ("Harbor", "Fortne", "Sky".

Ensuite, une statuaire qui joue des échelles de taille de la miniature, tels les petits sujets à la façon des biscuits de Sèvres du 18ème siècle, au monumental, dont les deux sculptures ("Seer", "Mary Magdalene") en accès libre installées dans les cours extérieures, et une création basée sur la sérialité et la variation autour de l'Histoire de l'Art.

Enfin, sculptures, dessins, tapisseries et installations révèlent les tropismes qui résultent d'une enfance placée sous le signe d'une éducation catholique et des contes de fées et légendes qui constituent le socle de la littérature jeunesse.

Ce qui conduit à une combinaison des iconographies religieuse et profane. Et si Kiki Smith avait été la petite fille sage de "Pause" qui accueille le visiteur...

Kiki Smith entre sur la scène artistique dans les années 80 avec des sculptures figuratives et le corps comme motif dans la lignée classique de la représentation anatomique qui irrigue l'art.

Le corps dans son intégrité physique mais également sans son enveloppe dermique à la manière des écorchés de la Renaissance ("Virgin Mom", "Meat Head"), éviscéré, en résonance avec le reliquaire, ou morcelé correspondant au "non finito" augurée par Miche-Ange et aux ex voto, voire du découpage volontaire à la Rodin à fins d'édition.

Puis elle revisite les canons des grandes figures féminines de l'art médiéval et de l'art de la Renaissance, avec la jeune Vierge pastourelle de l'imagerie sulpicienne selon un archétype physique décliné pour aux héroïnes des contes telles le Petit Chaperon rouge et Alice de Lewis Carroll ("Sleeping", "Wandering", "Slumber", "Looking About", "Rest Upon") à la femme à l'épreuve d'une ambigüe animalité ("Rapture" figurant sur l'affiche de l'événement).

Et les grands mythes fondateurs de l'Humanité dont ceux judéo-chrétiens comme l'Annonciation et la Crucifixion avec une inversion de sexe pour évoquer la femme victimaire, de même avec "Pyre Woman Kneeling" en mémoire des femmes condamnées au bûcher pour sorcellerie.

De la théologie à la théosophie et au holisme, la frontière est perméable et Kiki Smith a introduit dans son travail une composante cosmique tel avec la série "The light of the world" composée de cyanotypes sur papier présentés avec la sculpture "Spiral Nebula" matérialisant l'énergie cosmique transcendentale et la série "Sungrazer" conçue spécialement pour cette exposition.

La Monnaie de Paris édite trois mini-médailles réalisées à partir d'un fragment d'oeuvre de l'artiste et Kiki Smith a créé un bijou inédit en forme de médaille-sautoir qui reprend les motifs de la tapisserie"Sky".

 
En savoir plus :

Le site officiel de la Monnaie de Paris

Crédits photos : MM
avec l'aimable autorisation de la Monnaie de Paris


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 1er décembre 2019 : On prépare les cadeaux

On n'a jamais été aussi proche de Noël !! une raison comme une autre pour se faire plaisir et faire plaisir aux autres en (s')offrant quelques belles choses à découvrir dans notre sélection culturelle de la semaine. Des disques, des livres, des jeux, des expos, des films, des spectacles... à découvrir ci-dessous.

Du côté de la musique :

"D'où vient le nord" de Francoeur
"Other side effects" de Lion Says
"Black Cofvefe" 5eme volume des mixes en podcast de Listen in Bed
"Santa Maria Remix" de Carmen Maria Vega
"Paganini, Schubert" de Vilde Frang & Michail Lifits
"I don't want to play the victim, But i'm really good at it" de Love Fame Tragedy
"Little ghost" de Moonchild
"Los Angeles" de Octave Noire
"A blemish in the great light" de Half Moon Run
"Older" de Quintana Dead Blues eXperience
"C'est pas des manières" de The Glossy Sisters
"Zimmer" de Zimmer
et toujours:
"Ravel : Miroirs, la valse" et "Stravinsky : Petrushka, The firebird" de Beatrice Rana
"Les mauvais tempéraments" de Christophe Panzani
Rencontre avec Lau Ngama, autour d'une session acoustique de 3 titres
Listen In Bed consacre sa 5ème émission au fabuleux groupe Broadcast
Rencontre avec Ultra Vomit
"Pulsions" de Duo Ypsilon
"The deepest space of now" de Enik
"Malsamaj" de Geysir
"Poussière" de Grèn Sémé
"Love and chaos" de Igor and the Hippie Land
"Dark shade" de Match

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Des territoires (...et tout sera pardonné ?)" au Théâtre de la Bastille
"Trois femmes (L'Echappée)" au Théâtre Le Lucernaire
"Le paradoxe amoureux" au Théâtre Le Lucernaire
"Evita - Le destin fou d'Eva Peron" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"L'Analphabète" à l'Artistic Théâtre
"War Horse" à la Seine Musicale
dans le cadre du Focus au Théâtre Ouvert :
"La plus précieuse des marchandises"
"Une Pierre"
des reprises :
"L"Atlas de l'Anthropocène" à la Maison des Métallos
"Vestiges - Fureur" au Lavoir Moderne Parisien
"Britney's Dream" au Théâtre La Flèche
"Roméo et Julierre" à la Scène parisienne
"Ma grammaire fait du vélo" au Théâtre Essaion
"Gauthier Fourcade - Le bonheur est à l'intérieur de l'extérieur" à la Manufacture des Abbesses
et la chronique des spectacles déjà à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Luca Giordano - Le triomphe de la peinture napolitaine" au Petit Palais

Cinéma avec :

Oldies but Goodies avec "Institut Benjamenta" de Timothy et Stephen Quay
et la chronique des films sortis en novembre

Lecture avec :

"Le chant du bouc" de Carmen Maria Vega
"La tempête qui vient" de James Ellroy
"Le crime de Blacourt" de Daphné Guillemette
"Pas de répit pour la reine" de Frédéric Lenormand
"Stalingrad" de Antony Beevor
"Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout" de Alice Munro
et toujours :
"Cauchemar" de Paul Cleave
"La grande aventure de l'égyptologie" de Robert Solé
"La ligne de sang" de DOA & Stéphane Douay
"Matière noire" de Ivan Zinberg
"Que les ombres passent aux aveux" de Cédric Lalaury

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=