Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Folies Gruss
Cirque Gruss  (Paris)  novembre 2019

Spectacle circassien du Cirque Gruss.

"Les Folies Gruss", 45ème création de la célèbre famille Gruss, marquera très certainement un tournant dans leur manière d’envisager les spectacles et les arts du cirque.

Ayant à cœur de toujours proposer un spectacle innovant, Stephan Gruss, aîné de la cinquième génération qui en signe la création et la mise en scène, s’est intéressé à la manière de continuer à faire vivre un art séculaire au sein d’une société toujours plus en mouvement.

Si leurs précédents opus, "Pégase & Icare" puis "Quintessence" exploraient l’alliance de la modernité et de la tradition grâce à l’association avec la compagnie d’acrobates aériens Les Farfadais, "Origines" amorçait en 2018 une rupture, avec un resserrement en forme d’hommage au savoir-faire équestre de piste et la mise en avant des personnalités et des dons artistiques particuliers de chaque membre de la famille.

Elaborées sans partenariat ni arc narratif fantastique, "Les Folies Gruss" présentent une autre manière de vivre et d’aborder le cirque en ouvrant les pans du chapiteau comme un hôte celui des portes de sa maison, avec la volonté de partager leur passion de l’intérieur

Ce qui conduit à une expérience immersive en trois volets : un temps de convivialité autour de petites animations et de grignotages, un temps de show sans entracte où les performances sont à l’honneur et enfin un temps d’échange avec les artistes autour d’un verre.

Cela commence donc dès l’entrée du chapiteau où Alexandre Gruss, fils de Stephan Gruss, accueille son monde, en personne et en costume, juché sur un frison des plus impressionnant. Passé la billetterie, est proposé un moment interactif avec les chevaux rassemblés à proximité du photobooth installé pour l’occasion.

Dans l’espace de restauration une attention toute particulière a été donnée à l’ambiance du lieu par sa mise en scène et sa décoration. Au centre, de grandes tables en bois, des plantes vertes, des cascades de lumières tombant de chandeliers représentant une artiste en équilibre sur un cheval et un travail de lumières autour du bleu, mauve et or donne chaleur et convivialité au lieu.

Autour de cet espace central, un ensemble de foodtrucks permettent d’acheter de quoi se restaurer, dans un esprit plutôt bistronomique (magret de canard au yuzu, plateaux de poissons fumés, huître etc.) sans oublier les classiques du genre (frites, hotdog popcorn…).

Un peu à l’écart, un espace enfant (accès en option) a été aménagé pour que les plus petits s’initient au jonglage, aux cerceaux, à la corde ou tout simplement se défoulent sur le trampoline.

Pendant ce temps pré-spectacle, l’orchestre de la compagnie dirigé par Sylvain Rolland (à la batterie) et la chanteuse Candice Parise assurent l’ambiance musicale en reprenant des airs jazzy assez connus (influence sans doute de Stephan Gruss qui affectionne tout particulièrement le jazz et qui s’invite d’ailleurs régulièrement dans l’orchestre avec sa trompette).

L'animation est assurée notamment par Gispsy Gruss avec son indémodable numéro de dressage de petits chiens ou Kaylie Griffiths au cerceau aérien et Svetlana Gruss épouse et partenaire de Firmin Gruss dans un numéro de sangles aériennes. Les artistes vont et viennent entre les tables, s’assoient et discutent avec les spectateurs.

Vient le temps du spectacle introduit par la présentation de la troupe, avec quelques éléments de biographie ainsi que leurs arts de prédilection avec en tête Alexis Gruss, le patriarche, maître écuyer émérite suivi par son épouse Gipsy Gruss, élégante amazone, puis leurs deux fils, Stephan et Firmin, différents mais complémentaires (suprression de puisque le premier est créateur et metteur en scène de la compagnie déjà indiqué supra), le premier à la jonglerie sur cheval et la trompette, le second, par ailleurs en charge de la maîtrise logistique et technique, acrobate, équilibriste et voltigeur.

Les fils de Stephan, Charles, Alexandre et Louis Gruss sont tous jongleurs, voltigeurs, excellents cavaliers et musiciens mais chacun avec sa spécialité, respectivement, la jonglerie, la voltige équestre et la parodie.

La famille s’est agrandie de Svetlana Gruss, vice-championne de natation synchronisée, épouse de Firmin et experte dans les sangles aériennes et de Kaylie Griffiths danseuse de formation, très expres"sive et à l’aise dans les numéraux de cerceaux. Enfin, Jeanne et Célestine Gruss, les deux filles de Firmin complètent la distribution volontairement resserrée de ces "Folies" inscrites entre tradition et modernité.

Les numéros s’enchainent dans la pure veine qui a présidée à la renommée des Gruss. Avec des duos acrobatiques équestres et aériens des deux couples formés par Firmin et Svetlana d’un côté, vraiment très à l’aise, gracieux et impressionnants dans les airs, et Charles et Kaylie de l’autre au sol.

Et surtout des exercices équestres dont le fameux et spectaculaire poste à dix-sept chevaux, mené cette fois-ci par Alexandre, tandis que Louis ponctue la plupart des séquences par des parodies de ses aînés, accompagné par la petite Célestine qui apporte à ces moments la fraîcheur mutine de ses jeunes années. Svetlana et Kaylie proposent quant à elles un très beau moment de poésie aérienne autour d’un immense fer à cheval, accompagnées les élégantes lumières bleutées de Jean-Charles Pfauwadel.

La bande sonore du spectacle, interprétée en live par les dix musiciens de l'orchestre placé sous la direction de Sylvain Rolland et par la chanteuse Candice Parise, est particulièrement enlevée, avec de nombreux morceaux jazz et rock et une séquence particulièrement rythmée et réussie où les quatre rockeurs-jongleurs de la famille (Stephan, Alexandre, Charles et Louis) font virevolter massues et notes de musiques de Pink Floyd ou Queen, démontrant pour ceux qui en douteraient encore que chez les Gruss on s’adonne à tous les arts avec succès.

En apothéose, l'enchaînement de numéros de cavalerie, dans lequel se succèdent trois générations, délivré comme un véritable et émouvant passage de relais entre Alexis Gruss et ses fils et petits-fils.

Comme de coutume, le spectacle se termine avec l’ensemble des officiants dans des tenues de soirée (créations de Bruno Fatalot) pour un ballet chorégraphié par Sandrine Diard sur un medley d’airs issus de comédies musicales. S’ouvre alors le troisième temps pour un échange avec les intervenants dans leur salle de réception.

Artistiquement, les Gruss demeurent fidèles à ce qui constitue leur signature, autour d’un univers équestre et familial avec un rapport homme-cheval empreint de respect et librement consenti avec cette nouvelle production dans la continuité des éditions précédentes pour laquelle la novation réside essentiellement dans le format.

La disponibilité, l’ouverture et l'humilité dont font preuve les intervenants lors des moments de convivialité participent au succès de cette création à la fois plus étendue (trois à quatre heures entre l’entrée et la sortie du chapiteau) et plus resserrée en termes d'attractions circassiennes.

Un très beau moment pour les familles et les amoureux du cirque équestre de tout âge qui va donc bien au delà des une heure trente de show pour une expérience poursuivie jusqu'au bout de la nuit.

 

Cécile B.B.         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 26 janvier 2020 : Les rois des galettes

En cette fin de période de galettes à tout va, on vous parle surtout de celles en vinyles avec de la bonne musique dessus mais pas que : théâtre, littérature, cinéma, expos sont aussi au programme. C'est parti.

Du côté de la musique :

"Pesson, Abrahamsen & Strasnoy : Piano concertos" de Alexandre Tharaud
"Paris Beyrouth" de Cyril Mokaiesh
"Water is wet" de Theo Hakola
"Musique de chambre" de Le Noiseur
"Les identités remarquables" de Tristen
Interview avec No One Is Innocent à Saint Lô
Theo Lawrence et Mr Bosseigne au Fil
"La légende de Nacilia" de Nacilia
"C'est quoi ton nom ?" de Blankass
"Il est où le bonheur" 9ème émission de Listen in Bed
"Swin, A Benny Godman story" de Pierre Génisson, BBC concert Orchestra et Keith Lockhart
et toujours :
"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Deux euros vingt" au Théâtre Rive Gauche
"Vive la Vie" au Théâtre Gaité-Montparnasse
"Mon Isménie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"La Paix dans le monde" à la Manufacture des Abbesses
"Un Tramway nommé Désir" au Théâtre La Scène Parisienne
"Trop de jaune" au Studio Hébertot
"Oh ! Maman" au Théâtre La Scène Parisienne
"Le fantôme d'Aziyadé" au Théâtre Le Lucernaire
"Le hasard merveilleux" au Théâtre de la Contrescarpe
"Attention les Apaches !" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Norma Djinn" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Blond and Blond and Blond - Hømåj à la chønson française" au Café de la Danse
les reprises :
"Tanguy Pastureau" au Théâtre de la Renaissance
"Close"
"Elisabeth Buffet - Obsolescence programmée" au Théâtre du Marais
"Le comte de Monte-Cristo" au Théâtre Essaion
"L'Analphabète" à l'Artistic Théâtre
"La Diva divague" au Théâtre de Dix heures
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Kiki Smith à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

"Botero" de Don Millar
"Mission Yéti" de Pierre Gréco et Nancy Florence
et la chronique des films sortis en janvier

Lecture avec :

"Le ciel à bout portant" de Jorge Franco
"Le prix de la démocratie" de Julia Cagé
"Les champs de la Shoah" de Marie Moutier Bitan
"Les rues bleues" de Julien Thèves
"Trois jours d'amour et de colère" de Edward Docx
et toujours :
"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=