Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'Entrée en résistance
Théâtre de la Reine Blanche  (Paris)  décembre 2019

Spectacle conçu et interprété par Jean-Pierre Bodin, Alexandrine Brisson et Christophe Dejours.

Depuis "Le Banquet de la Sainte-Cécile" jusqu'à "Les Gravats",on suit avec toujours le même intérêt le travail de Jean-Pierre Bodin.

On sait son goût, et celui des sa compagne de route sur "L'Entrée en résistance", Alexandrine Brisson, pour les "gens de peu", les gens simples amateurs de plaisirs et de vies simples.

Dans cette nouvelle aventure qu'il consacre aux forestiers de l'ONF, ces hommes chargés de protéger les forêts françaises à une époque où le réchauffement climatique les met à mal.

Malheureusement, il n'y a pas que la nature malmenée par les hommes qui désormais agressent les arbres. Il y a aussi la "gestion managériale" désormais appliquée aux ressources forestières. Depuis quelques années, les forestiers sont impliqués dans les équilibres comptables. Il leur faut dégager de la marge pour participer à l'effort national qui, pour obéir aux exigences européennes, doit limiter le déficit français à moins de trois pour cents de son PIB.

Alors que la forêt doit respirer, respecter des périodes sans interventions humaines pour rester en bonne santé, on oblige les agents de l'ONF à multiplier les coupes d'arbres en dépit du bon sens naturel. Le garde-forestier est désormais mal dans sa peau.

Comme de nombreuses autres professions, le voilà soumis à de la "souffrance au travail". S'il veut continuer à "bien" travailler, le voilà contraint de ruser avec sa hiérarchie, de risquer son poste pour poursuivre, au moins sur une partie du territoire qu'il "contrôle", le travail qu'il exerçait avant qu'on ne lui impose des normes technocratiques.

C'est là qu'intervient Christophe Dejours, fondateur de la psychodynamique du travail, ancien psychiatre et psychanalyste spécialiste du travail. Pendant que Jean-Pierre Bodin parlait en commentant les sublimes photos ou films qu'Alexandrine Brisson a consacrés aux forêts et qui sont exposés sur scène et peuvent y être translatés, Christophe Dejours jouait du piano.

Mais ce savant réactif, à fleur de peau, passionné viscéralement par son sujet, étudie ce que travailler veut dire à l'ère numérique. Il fustige tous les puissants et tous leurs affidés, serviteurs volontaires d'une mauvaise cause, qui transforment de nouveau les hommes en esclaves modernes, ne pouvant jamais se réaliser dans leur travail. Alors que pour Christophe Decours, la notion de travail est central et détermine la vie heureuse ou malheureuse de chacun.

Les trois intervenants qui participent à "L'Entrée en résistance" pourraient n'être que des nostalgiques, regrettant un temps passé, celui où l'homme pouvait transformer positivement le monde par son travail. Non. Ils sont porteurs de solutions pour que tout redevienne comme avant et, si possible, s'améliore.

Sur le ton du secret, entre prudence et discrétion, ils racontent qu'il y des travailleurs dans certains domaines, domaines qui d'après eux s'élargissent, qui n'ont pas renoncé au travail bien fait, qui cherchent encore à s'épanouit dans un travail qui sert les intérêts collectifs et non le compte en banques de quelques-uns.

Profondément éclairant dans son domaine de compétence Christophe Dejours est un fin penseur qui redonnera la pêche. Convaincant dans son propos, en phase avec les deux comédiens, il annonce que l'ère de la résistance commence.

Sans pouvoir le vérifier scientifiquement, mais en portant en lui la conviction qu'il a tout de même raison, ce grand intellectuel est de toute manière un oiseau de bon augure, et cet "Entrée en résistance" redonnera à tous un peu d'espoir : puisse Bodin et ses amis avoir raison pour que chaque personne convaincue puisse à son tour contribuer à renverser cette tendance que l'on croyait inéluctable.

Pour l'heure, avant toutes choses, il faut admette qu'il est encore possible de participer à des initiatives individuelles et d'imaginer qu'elles serviront à la construction d'un monde meilleur.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=