Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Chiens
Théâtre La Flèche  (Paris)  décembre 2019

Comédie dramatique de Pierre Notte, mise en scène de Eve Weiss, avec Geoffrey Palisse, Jérémy Prévost et Johanna Rousset.

Avec "Les Chiens", Pierre Notte dit avoir confié à Eve Weiss un "projet de pièce de guerres avec chansons".

A travers 24 personnages joués par trois acteurs, 24 personnages qui réapparaissent sans cesse pendant une fête de famille qui ne se déroule pas, c'est peu de le dire, dans un climat de bienveillante convivialité, il a voulu, une fois de plus, montrer que la barbarie se loge dans les niches de l'insignifiance quotidienne.

Quoi de moins important qu'une réunion de famille routinière où chacun va répéter pour la centième fois ce qu'on attend de lui ? Que tirer d'une soirée où la plupart des gens vont trop boire et finir de se désinhiber en prenant un micro de karaoké pour ânonner bruyamment les paroles d'une chanson inepte ?

L'auteur de "Moi aussi, je suis Catherine Deneuve" affine toujours ses obsessions et ne cesse de dire que la "civilisation occidentale" en fournissant de tels spectacles contient elle aussi sa part de barbarie immédiate. Et ce n'est pas un hasard si les chansons choisies seront "Je survivrai" ou "Aimons-nous vivants".

Partisan d'un absurde automatiquement déchiffrable, il a eu raison d'avoir confiance en Eve Weiss qui, avec l'aide de ses trois comédiens, a compris qu'il fallait tout de suite entrer dans la danse. Sans fioritures, Geoffrey Palisse, Jérémy Prévost et Johanna Rousset passent d'un membre de la famille à un autre.

Cette accumulation de personnages reliés par des liens de famille ou d'amitié forme comme un repoussoir digne du bien connu "famille, je vous hais !".

Sans doute peut-on voir "Les Chiens" au "premier degré" comme une description célinienne, noire et désespérée d'un groupe dans l'hystérie habituelle d'une fête familiale prête à dégénérer et qui, pourtant, comme à chaque fois, sait rester toujours au bord de l'abîme sans en franchir la limite.

Si l'on choisit de voir positivement toute cette noirceur, on s'amusera beaucoup, au point de taper dans les mains et de chanter avec les acteurs les tubes passés à la moulinette du karaoké.

Si on préfère y voir un constat moral, on sera édifié par cette soirée catastrophe dans un monde aberrant et surréaliste où Notte se réfère à Raymond Roussel, auteur de pièces injouables avec pléthore de personnages.

Comme dans son univers saugrenu, un convive emporte un disque de Lady Gaga au lieu de prendre "es dix cabas" remplis de victuailles, définissant ainsi un monde où tout est dans l'à peu-près, ou l'on peut manger des colliers de bonbons ou bien s'en parer autour du cou, un univers où les mères obligent leurs fils en noir à revêtir des chandails vert pomme.

Le trio d'acteurs mène tambour-battant ce tourbillon de n'importe quoi où tout finit en chansons. Mis en scène subtilement pour que l'on ne sache plus au final s'il fallait rire de tout ça ou s'en inquiéter, ils réussissent à rendre toute l'ambiguïté d'un texte si clair que sa limpidité en devient de plus en plus inquiétante.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=