Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Wehrmacht, la fin d'un mythe
Jean Lopez  (Editions Perrin)  novembre 2019

Voilà un bien bel ouvrage que je vous recommande fortement pour cette fin d’année au cas où vous ne sauriez pas quoi acheter à Noël à votre copain qui se passionne pour l’histoire. A la manœuvre de cet ouvrage, l’éternel Jean Lopez qui nous a déjà ébloui il y a quelques mois avec son formidable ouvrage Barbarossa.

Ouvrage en grand format, superbement illustré, il se compose de 488 pages, recense 150 photos, 150 illustrations, des infographies et de nombreuses cartes qui traitent d’un véritable mythe, La Wehrmacht. Avec son dernier ouvrage, Jean Lopez nous propose une histoire totale de l’armée d’Hitler.

Vivant sur un mythe formé par Jacques Benoist-Méchin et relayé par des dizaines d’historiens pas tous fantaisistes, le public croit en la légende "dorée" de la première armée du monde demeurée invincible avant de crouler sous le nombre tout en combattant héroïquement jusqu’au bout sans trop se compromettre avec le nazisme.

Si, comme toute légende, celle-ci s’appuie sur une part réelle (la Blitzkrieg, la pulvérisation des adversaires successifs jusqu’en décembre 1941, une capacité d’innovation forte notamment dans ses chars et l’aviation), elle n’en est pas moins largement outrée et souvent mensongère.

Pour rétablir "les vérités", Jean Lopez et son équipe habituelle de rédacteurs nous proposent une histoire globale sans précédent. Pour ce faire, l’ouvrage raconte l’histoire de toutes les grandes opérations, campagnes et batailles. Il offre de surcroît de riches chapitres disséquant l’héritage intellectuel et opérationnel depuis Frédéric II, les stratégies en vigueur, les logistiques déployées et la qualité véritable des hommes et du matériel.

Sont réunis dans cet ouvrage une cinquantaine d’articles passionnants tirés de guerres et histoire auxquels se rajoutent quatre articles inédits. Les articles s’appuient sur des interviews de vétérans, des synthèses stratégiques, des analyses de batailles et de campagnes et une riche iconographie.

La première partie, concernant le mythe de la supériorité militaire allemande est particulièrement éclairante. Elle s’appuie sur une analyse historique couvrant la période 1745-1945 autour de militaires allemands, de grandes batailles, de stratégies et de guerres mondiales. On y voit comment et pourquoi les officiers allemands ont toujours eu une place à part. Comment perdre les guerres mondiales est une partie particulièrement convaincante de l’ouvrage. Un autre article, "Quand les vaincus écrivent l’histoire" nous explique comment le mythe de l’excellence militaire allemande s’est construite.

La deuxième partie de l’ouvrage concerne les opérations de la Wehrmacht à partir de 1939. Une place importante est consacrée à la Blitzkrieg qui se rode en Pologne pour ensuite s’intéresser à la campagne de France. A chaque fois, pour accompagner des textes passionnants, on retrouve de nombreuses cartes, des superbes photos qui donnent une réelle dynamique à l’analyse. Puis c’est au tour de la guerre des Balkans d’être analysée avant de s’intéresser à la campagne de Russie, avec l’opération Barbarossa. Campagne de tous les records, l’opération Barbarossa couvre de nombreuses pages, montrant les erreurs des allemands, la formidable résistance soviétique et la bataille de Stalingrad.

L’ouvrage continue avec l’écrasement de la Wehrmacht à partir de 1944. Un article particulièrement intéressant nous est proposé concernant la méfiance qui existait entre les alliées au moment du débarquement, montrant que l’après-guerre était déjà dans les têtes de chacun. Un article est évidemment consacré au débarquement avec évidemment des cartes et des photographies éclairantes. L’opération de «"Market Garden" fait l’objet d’une partie intéressante qui nous montre les raisons de ce fiasco qui mit fin au rêve de voir la guerre se terminer avant noël. Vient enfin l’écrasement de la Wehrmacht. De nombreuses questions se posent. La Wehrmacht s’est-elle battue jusqu’au bout notamment ?

La troisième partie de l’ouvrage est consacrée aux armes. Elle s’appuie sur des interviews, traite de la Luftwaffe, de l’aviation américaine, du Sturmovik soviétique et du Stuka allemand. Les articles qui en parlent montrent que ce sont plus que des simples machines et que leurs caractéristiques techniques et leur emploi sont indissociables des doctrines qui les ont vu naître. Les armes ne se limitent pas à l’aviation, l’ouvrage traite aussi de la marine, du cuirassé Tirpiz notamment, du Bismarck aussi. Les blindées ne sont pas en reste avec le Panzer dont la mobilité et l'autonomie sont mis en avant, en concurrence avec le Somua S35, côté français. L'ouvrage se termine par un glossaire et une biographie éclairante, dans la lignée de l'ouvrage.

C'est donc un ouvrage remarquable que nous propose l'historien Jean Lopez, un ouvrage dans lequel rien n'est laissé au hasard pour démythifier l'armée allemande, un ouvrage dans lequel l'auteur cherche à être le plus clair et le plus précis, tout en restant parfaitement compréhensible. C'est aussi un superbe objet que nous proposent les éditions Perrin, de par son format peu classique et la qualité du papier qui justifie parfaitement les 35 euros qu'il coûte.

Dernier livre d'histoire lu de cette année 2019 riche en lecture concernant la Seconde Guerre mondiale et le nazisme, l'ouvrage de Jean Lopez aura été pour moi le complément parfait d'un ouvrage de Benoît Rondeau, Etre soldat d'Hitler, qui mérite aussi de se retrouver au pied du sapin de Noël.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :
La chronique de "Les cent derniers jours d'Hitler" du même auteur
La chronique de "Barbarossa" du même auteur

En savoir plus :
Le site officiel de Guerres & Histoire
Le Facebook de Guerres & Histoire


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec la captation de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquillité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=