Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Pikku
5, 3, 2, 1  (Lafolie Records)  novembre 2019

Le disque d’une artiste à l’imagination féconde et libre

Sans doute n’avez-vous jamais entendu parler de Pikku. C’est tout à fait normal car cette jeune musicienne d’origine polonaise, âgée de 22 ans (et qui a eu la chance - ou pas ! - de grandir dans la ville de naissance de Klaus Kinski) publie son premier album : album où son imaginaire enchanté est chanté en polonais, anglais, français ou japonais.

Pleine de fantaisie, les chansons de Pikku sont sans exubérance aucune ; non, rien n’est farfelu ici, ni gratuit.

Si sa voix comme son chant enfantin, dont le caractère clivant doit être souligné, évoquent Cocorosie, Björk, Mùm ou Kate Bush la musique, quant à elle, bien que puissant sans trahison ni excès prendre place dans ce sillage, échappe à tout qualificatif. La forme des morceaux, les différentes directions esthétiques, les choix de productions comme les très nombreux instruments donnent à sa musique une singularité certaine : kalimba, ukulélé, basson, balle de ping-pong, guitares, percussion électroniques ou organiques, marimba, piano, synthé, entrelacs de voix, violons, sons aquatiques, percussions aux résonnances de verre, boîte à rythmes, etc.

Bref, cet album est doté d’une riche palette de sons mais sans fourmillement sonore, tant chaque morceau semble épuré, nul effet ici, nulle démonstration. Car oui, le risque, lorsqu’on est doué, presque virtuose comme Pikku et que l’on a une imaginaire libre et fécond, est d’en faire démonstration, d’aller vers la surcharge (coucou les jazzeux) d’étaler et de s’étaler. Au contraire ici, les morceaux sont riches mais modestes et précis.

L’album s’ouvre discrètement ("As your arms unfold") au son du kalimba, d’un clair arpège de guitare électrique et d’un chant céleste. L’on se dit tout de suite que Pikku est notre amie, enfin qu’on aimerait bien qu’elle le soit !

Rupture de ton avec "Eggshells" et sa fanfaresque rythmique au basson - les rebonds d’une balle de ping-pong nous rendent tout guilleret.

Puis vient le délicatement mélancolique "Heartbreak". Les percussions de verre y brillent comme brill sur un lac gelé un soleil froid dans un ciel nappé de cordes ; un petit quelque chose d’un morceau de post-rock ambiant.

Dans la même veine romantico nostalgique, il nous faut mentionner l’exquis "J’ai connu la neige" et "Nuku nuku ii" dont le piano au minimalisme coulant évoque un peu Sakamoto.

Le sensuel "Pillow sessions" aux sons et percussions organiques, aux expressifs et délicats arrangements de cordes réchauffent un peu tout ça.

Les morceaux plus électroniques - le percussif "Madame Raymonde", "Niewiniatko", boîte à rythmes, violons et sons aquatiques et le planant "Daj Mi Tego Jednego" et ses entrelacs de voix - ponctuent le disque.

Cette musique est d’une féerie enchanteresse, d’une poésie naïve et sobrement lyrique. Une musique qui, bien que semblant évidente, étonne. Evidente elle l’est, à une nuance près : évidente comme 5, 3, 2, 1.

5, 3, 2, 1 est un album de forêt, de sous-bois hanté par les lutins, les fées, les elfes que l’on surprend dans leur habitat et qui nous veulent du bien. C’est tout juste si ils ne nous invitent pas à les suivre.

Pikku a un talent fou et tout aussi fou et incontestable que sa compatriote et aînée Ela Orleans.

Parions gros (c’est sans risque) que ce disque vous enchantera et que Pikku (petit en finnois) deviendra grande, mais pas trop.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Pikku
Le Soundcloud de Pikku
Le Facebook de Pikku


Francois Montjosieu         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 février 2020 : Pour les amoureux de culture

La Saint Valentin est passée. Nous espérons que vous avez pioché des idées de cadeaux culturels dans notre sélection de la semaine dernière. Ceci dit il n'y a jamais assez d'occasions de faire plaisir, alors voici une nouvelle sélection qui saura vous séduire. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne
et toujours :
"I become a beast" de Caesaria
"Hopetown" de Claudial Solal et Benoit Delbecq
"L'îlot" de Cyril Adda, à retrouver aussi en session
"Granados Goyescas" de Jean Philippe Colard
"On both sides of the atlantic" de Jon Bouteiller
"Lovers" de Kid Francescoli
"Ooh Hah" le mix numéro 10 de Listen in Bed
"Show no mercy" de Loki Lonestar
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Simido" de Moonlight Benjamin

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"La Collection" au Théâtre L'Etoile du Nord
"Correspondance avec la mouette" au Théâtre Les Déchargeurs
"Ni couronne ni plaque" au Théâtre de Belleville
"Dans les forêts de Sibérie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Hedda" au Théâtre de Belleville
"Roi du silence" au Théâtre Les Déchargeurs
"Aime-moi" au Théâtre de Belleville
"Mon Olympe" au Théâtre de Belleville
"Ciel, mon Paris !" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Les Faucheuses" à la Comédie Nation
"Le petit résistant illustré" au Théâtre Essaion
des reprises :
"Huis Clos" au Théâtre Dejazet
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"What is love" à la Divine Comédie
"Ah ! Félix (n'est pas le bon titre)" au Trois Baudets
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Picasso - Tableaux magiques" au Musée national Picasso
"Luca Giordano - Le triomphe de la peinture napolitaine" au Petit Palais
"Le Rêveur de la forêt" au Musée Zadline
"Du Douanier Rousseau à Séraphine - Les grands maîtres naïfs" au Musée Maillol
"Le Marché de Art sous l'Occupation 1940-1944" au Mémorial de la Shoah

Cinéma avec :

"Sortilège" de Ala Eddine Slim
Oldies but Goodies avec "Les Vertes Années" de Paulo Rocha
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox
et toujours :
"Alt life" de Joseph Falzon & Thomas Cadène
"Ce qui est nommé reste en vie" de Claire Fercak
"Dévorer les ténèbres" de Richard Lloyd Parry
"Il est juste que les forts soient frappés" de Thibault Bérard
"L'homme qui n'est jamais mort" de Olivier Margot
"La chute" de Jacques Ravenne
"Le livre de Sarah" de Scoot McClanahan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=