Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Je suis le fleuve
T. E. Grau  (Editions Sonatine)  janvier 2020

C’est toujours un immense plaisir que celui d’ouvrir et de lire le premier ouvrage des éditions Sonatine qui n’ont de cesse de nous proposer des ouvrages de qualité, que cela soit des thrillers, des thrillers historiques, des romans classiques, des récits et même des romans graphiques. Le programme 2020 est des plus alléchant, avec de futures belles découvertes et des ouvrages d’auteurs reconnus que l’on apprécie énormément. Il sera temps de reparler de tout cela cette année au gré des différentes sorties.

L’ouvrage qui nous intéresse en ce début d’année est celui d’un auteur que je ne connaissais pas, un certain T. E. Grau, américain vivant en Californie qui a écrit beaucoup de recueils de nouvelles avant de se lancer dans l’écriture d’un roman. Les éditions Sonatine ont eu l’excellente idée de publier ce premier roman, Je suis le fleuve, sur les conseils avisés de Claro, un auteur qui a écrit un superbe ouvrage récemment intitulé Substance mais aussi un traducteur reconnu (c’est lui qui a traduit l’immense livre d’Alan Moore, Jérusalem).

Avec Je suis le fleuve, j’ai bien l’impression que les éditions Sonatine nous refont le coup de l’an dernier en plaçant la barre très haute avec une lecture aussi incroyable que celle que fut la nôtre l’an dernier avec L’empreinte qui ouvrait l’année 2019.

Je suis le fleuve s’avère être une expérience de lecture à nulle autre pareille, un ouvrage déroutant et passionnant, porté par une écriture intense qui réveille nous fait parfois planer, comme sous l’effet d’une drogue.

Je suis le fleuve, c’est l’histoire d’Israel Broussard, qui, depuis la fin de la guerre du Vietnam, survit tant bien que mal à Bangkok en jouant les gros bras pour un trafiquant de drogue. Cinq ans plus tôt, il a participé à une mystérieuse opération, une mission secrète menée dans la jungle du Laos, une tentative radicale de mettre fin au conflit vietnamien par une guerre psychologique totale.

Ce qui s’est passé là-bas ? Il ne s’en souvient plus, il ne veut plus s’en souvenir. Il en est même revenu hanté. Pourtant, au cours d’une entretien médical particulièrement étrange, il va devoir s’expliquer. Pourquoi tous les hommes de cette unité, commandée par l’énigmatique Augustus Chapel, ont-ils disparu ? Vers quoi ont-ils marché pour que le traumatisme soit aujourd’hui insupportable ? Et pourquoi les dossiers sont-ils vides ?

Dire que la lecture de cet ouvrage est aisée ne serait pas honnête. Le premier quart du livre est assez déroutant car on a un peu de mal à voir vers quoi nous embarque l’auteur. La narration et le style y sont pour beaucoup et l’alternance des temps de l’histoire aussi. On suit Israel Broussard au cours de ce rendez-vous et dans sa vie à Bangkok et on le retrouve cinq ans plus tôt alors qu’il était militaire au cours de cette étrange mission au Laos. A cela s’ajoutent des courts chapitres totalement hallucinés où le personnage est sous l’effet des drogues qui lui permettent de tenir après la guerre.

Evidemment, au fil des pages et des chapitres, le lecteur en apprend davantage sur cette expédition, fait des liens entre les différents récits, notamment ceux qui sont les plus hallucinés. La conclusion est sidérante, à l’image de ce livre incroyable qui nous plonge dans cette guerre impensable, dans la tête du personnage principal, comme si on était défoncé comme lui. Cette guerre est décrite avec brio dans ce qu’elle a de plus abject avec les conséquences qu’elle a sur ceux qui en reviennent.

Alors voilà, Je suis le fleuve est un ouvrage incroyable, la chronique d’une rédemption impossible et un voyage halluciné et sans retour à travers les méandres d’une psyché dévastée par la guerre. Je suis le fleuve est le grand roman de début d’année, le livre qu’il ne faut pas rater pour ce début d’année 2020.

 

En savoir plus :
Le site officiel de T. E. Grau


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=