Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Sang chaud
Kim Un-Su  (Editions Matin Calme)  janvier 2020

Voilà un nouveau venu dans le monde de l’édition avec l’arrivée de Matin Calme, une maison d’éditions destinée à publier les polars coréens de la nouvelle génération. Avec cette maison d’éditions, le polar change donc de destination et de continent. L’Europe s’éloigne, particulièrement l’Europe du Nord qui fournit de nombreux polars de qualité. Ici, place à l’Asie, plus particulièrement à la Corée où les crimes se font à l’arme blanche, où les mafias font et défont les gouvernements et où les sociétés secrètes élèvent des bébés secrets.

Alors oui, la Corée a toute sa place dans l’univers du polar et ce premier ouvrage publié chez Matin Calme est là pour nous le prouver. La Corée n’est plus seulement le pays de la K-pop, du cinéma d’auteur et des séries. Elle possède aussi d’excellents auteur de polars comme Kim Un-Su, auteur de Sang chaud, livre qui vient tout juste de sortir.

Kim Un-Su est né à Busan, en Corée du sud, en 1972. Enfant, il a arpenté les rues du haut Busan, celles où vivaient les familles pauvres et les voyous en herbe. Auteur de nouvelles, de romans et de polars, il connaît rapidement le succès. Sang chaud est paru en 2017, il a déjà été vendu dans une douzaine de pays et arrive en France avec la volonté de rencontrer le même succès.

Sang chaud, c’est le Parrain à la sauce coréenne, dans l’ambiance glauque et sordide du port de Busan, port tentaculaire de la Corée. Si Séoul est Paris, alors Busan c’est Marseille, avec des habitants qui ont le sang chaud, une pègre qui tient haut le pavé et des docks qui abritent tous les trafics. Entre le Japon et ses yakusas, à l’est, la Chine et ses triades, à l’ouest.

Dans cette ville de Busan se trouve Guam, un quartier sordide, tenu par Père Sohn, un chef de gang qui cumule lâcheté et cruauté. Depuis vingt ans, Huisu est son fidèle lieutenant et son fils spirituel. A quarante ans, il n’en peut plus de cette vie pathétique et quand l’occasion se présente, il quitte le père Sohn pour tenter de vivre une vie ordinaire avec la femme qu’il aime depuis sa plus tendre enfance.

Le problème, c’est que pour le milieu mafieux, l’individu n’est rien. L’important, c’est le clan, le clan de Guam et surtout la guerre qui l’oppose au clan de Yeongdo. Une guerre qui va avoir vite fait de ramener Huisu au cœur du chaos.

Et ben voilà, je viens de lire mon premier polar coréen et j’en suis très heureux. Et même si je continuerai de savourer les polars francais et les polars nordiques que je lis régulièrement, force est de constater que cette littérature asiatique a de beaux jours devant elle si elle continue de nous proposer des ouvrages rythmés comme celui que viennent de publier les éditions Matin Calme.

Ce qui frappe à la lecture de cet ouvrage, c’est tout d’abord sa narration cinématographique (que l’on peut trouver aussi dans des polars européens) qui nous rappelle les grandes heures des films de Mafia des années 80 et 90. La mafia et son histoire a toujours été la source d’excellents films, elle l’est aussi pour la littérature. Ce roman se lit comme on lirait un bon scénario de film.

L’ouvrage est prenant, digne des grands polars, construit autour de manipulations, de guerre de gang, de trafics en tous genre mais aussi d’amour. La crise existentielle que connaît le personnage principal a pour cause l’existence d’un amour pour une femme qui a connu une vie compliquée.

Sang Chaud nous plonge donc avec brio dans l’univers mafieux coréen des années 90. Il nous permet de découvrir une culture que l’on ne connaît pas si bien que cela, la façon de vivre des Coréens, leur relation avec le Japon, la politique de ce petit pays en expansion et ses traditions.

Avec ce premier ouvrage publié, les éditions Matin Calme ont donc bien soigné leur début en nous proposant un ouvrage de qualité qui devrait en appeler de nombreux autres dont j’espère pouvoir vous parler quand ils seront publiés. Rendez-vous donc en mars prochain avec un nouvel ouvrage et en attendant, je vous invite à lire Sang Chaud pour vous faire patienter.

 
 

Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=