Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Larme Blanche
Demain est mort  (Unknown Pleasures Records)  janvier 2020

On va évacuer tout de suite le doute qui est en vous à la découverte du nom du groupe. NON, il ne s'agit pas de la nouvelle sensation du rap hexagonal, ni un hommage à Marc Lavoine (du moins, je ne le pense pas).

Demain est mort est le premier album de Larme Blanche donc. Groupe monocéphal derrière lequel se cache un mystérieux inconnu qui ne communique pas sur son identité. Pourquoi pas, c'est un peu la mode en ce moment avec, en tête de liste, le non moins mystérieux Orville Peck. D'ailleurs, le clin d'oeil à Peck est évident puisque sur la pochette de l'album figure un individu masqué d'une cagoule du plus bel effet. Pas de rouge flamboyant ici pour autant mais du blanc, évidemment. Celui d'un ciel triste et d'une mer d'écume mêlés.

Le nom, la pochette, le story telling de cet illustre (peut-être) inconnu : c'est bien beau tout cela mais ça ne fait pas un disque me direz-vous. C'est vrai, mais en l'occurrence, cela met dans l'ambiance et si Demain est mort alors ces 9 titres pourraient en être l'oraison funèbre.

Bourrée de références et de clins d'oeil, la cold wave de Larme blanche est aussi sombre qu'elle est tubesque. Cette électro froide et martiale au premier abord est également capable de vous faire danser comme à la grande époque de l'EBM (Front 242, Neon Judgement, A Split-Second). La voix se pose parfaitement sur ces rythmes hypnotiques. Pas de chant à proprement dit mais une scansion elle aussi martiale et efficace façon "talk over" (une sorte de slam respectable en quelque sorte).

On pense très évidemment à Daniel Darc (d'autant plus qu'un des titres de l'album se nomme "Seppuku") notamment parce que les textes sont en français, mais aussi par certains côtés à Alan Vega d'ailleurs ouvertement cité, aux côtés de Bowie, Velvet Underground et bien d'autres sur le titre hommage "88Mph", référence pop parmi les références pop s'il en est. Et quoi de mieux qu'un tour en Delorean pour s'assurer qu'effectivement Demain est mort.

Les excellents "Nibiru", "Taiga", "Le dernier soupir" sont autant de tubes improbables et imparables à écouter en boucle tant pour la prosodie entêtante que par la musique dense, froide, noire mais avec ce quelque chose dans les sonorités, la production qui fait qu'elle reste ancrée en nous après l'écoute et se rappelle à notre mémoire régulièrement.

Les textes sont évidemment à l'avenant de la musique. Certes, Larme Blanche dit tout haut ce que beaucoup pense déjà tout haut (rien de "révolutionnaire" et donc justement des propos plutôt révolutionnaires, dans l'air du temps et c'est tant mieux), mais il appuie là où ça fait mal ("Paris la nuit") et enfonce le clou dans la dernière planche du cercueil de l'humanité ("l'abrutissement généralisé qui nous détourne de la vérité [...] on avance un pied dans la tombe vers notre futur, là, dans les décombres" : "Taiga").

"Overdose d'épicure" sort un peu du lot, avant son saxo lancinant et sa voix apaisée aux airs vagues de Bashung. C'est beau et presque rassurant au milieu du chaos de désespoir des autres morceaux. Cette respiration fait place à "Assez" qui assène un coup sur la tête de notre (trop) chère société de consommation et ses laissés-pour-compte ("quand rouge et brun virait au jaune, Paris brûlé, Paris calciné").

C'est Malraux qui fermera l'album sur "Le dernier soupir" ("on a les héros qu'on mérite, icônes de plastiques figés au panthéon numérique"). Quoi qu'il en soit, au-delà du propos, ce disque est une perle pour les fans de l'électro cold wave, dark wave même et un album comme on n'en trouve très rarement chez nos groupes hexagonaux. Alors ne boudons pas notre plaisir !

Demain est mort, et c'est dommage parce qu'on aurait bien aimé d'autres albums de Larme Blanche. Mais qui sait, peut-être qu'il a changé le futur au volant de sa Delorean. En attendant, profitons comme il se doit de ce disque de "military pop" comme le dit le groupe lui-même sorti sur le parfaitement bien nommé label Unknown Pleasures Records.

 

En savoir plus :
Le Soundcloud de Larme Blanche
Le Facebook de Larme Blanche


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=