Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Larme Blanche
Demain est mort  (Unknown Pleasures Records)  janvier 2020

On va évacuer tout de suite le doute qui est en vous à la découverte du nom du groupe. NON, il ne s'agit pas de la nouvelle sensation du rap hexagonal, ni un hommage à Marc Lavoine (du moins, je ne le pense pas).

Demain est mort est le premier album de Larme Blanche donc. Groupe monocéphal derrière lequel se cache un mystérieux inconnu qui ne communique pas sur son identité. Pourquoi pas, c'est un peu la mode en ce moment avec, en tête de liste, le non moins mystérieux Orville Peck. D'ailleurs, le clin d'oeil à Peck est évident puisque sur la pochette de l'album figure un individu masqué d'une cagoule du plus bel effet. Pas de rouge flamboyant ici pour autant mais du blanc, évidemment. Celui d'un ciel triste et d'une mer d'écume mêlés.

Le nom, la pochette, le story telling de cet illustre (peut-être) inconnu : c'est bien beau tout cela mais ça ne fait pas un disque me direz-vous. C'est vrai, mais en l'occurrence, cela met dans l'ambiance et si Demain est mort alors ces 9 titres pourraient en être l'oraison funèbre.

Bourrée de références et de clins d'oeil, la cold wave de Larme blanche est aussi sombre qu'elle est tubesque. Cette électro froide et martiale au premier abord est également capable de vous faire danser comme à la grande époque de l'EBM (Front 242, Neon Judgement, A Split-Second). La voix se pose parfaitement sur ces rythmes hypnotiques. Pas de chant à proprement dit mais une scansion elle aussi martiale et efficace façon "talk over" (une sorte de slam respectable en quelque sorte).

On pense très évidemment à Daniel Darc (d'autant plus qu'un des titres de l'album se nomme "Seppuku") notamment parce que les textes sont en français, mais aussi par certains côtés à Alan Vega d'ailleurs ouvertement cité, aux côtés de Bowie, Velvet Underground et bien d'autres sur le titre hommage "88Mph", référence pop parmi les références pop s'il en est. Et quoi de mieux qu'un tour en Delorean pour s'assurer qu'effectivement Demain est mort.

Les excellents "Nibiru", "Taiga", "Le dernier soupir" sont autant de tubes improbables et imparables à écouter en boucle tant pour la prosodie entêtante que par la musique dense, froide, noire mais avec ce quelque chose dans les sonorités, la production qui fait qu'elle reste ancrée en nous après l'écoute et se rappelle à notre mémoire régulièrement.

Les textes sont évidemment à l'avenant de la musique. Certes, Larme Blanche dit tout haut ce que beaucoup pense déjà tout haut (rien de "révolutionnaire" et donc justement des propos plutôt révolutionnaires, dans l'air du temps et c'est tant mieux), mais il appuie là où ça fait mal ("Paris la nuit") et enfonce le clou dans la dernière planche du cercueil de l'humanité ("l'abrutissement généralisé qui nous détourne de la vérité [...] on avance un pied dans la tombe vers notre futur, là, dans les décombres" : "Taiga").

"Overdose d'épicure" sort un peu du lot, avant son saxo lancinant et sa voix apaisée aux airs vagues de Bashung. C'est beau et presque rassurant au milieu du chaos de désespoir des autres morceaux. Cette respiration fait place à "Assez" qui assène un coup sur la tête de notre (trop) chère société de consommation et ses laissés-pour-compte ("quand rouge et brun virait au jaune, Paris brûlé, Paris calciné").

C'est Malraux qui fermera l'album sur "Le dernier soupir" ("on a les héros qu'on mérite, icônes de plastiques figés au panthéon numérique"). Quoi qu'il en soit, au-delà du propos, ce disque est une perle pour les fans de l'électro cold wave, dark wave même et un album comme on n'en trouve très rarement chez nos groupes hexagonaux. Alors ne boudons pas notre plaisir !

Demain est mort, et c'est dommage parce qu'on aurait bien aimé d'autres albums de Larme Blanche. Mais qui sait, peut-être qu'il a changé le futur au volant de sa Delorean. En attendant, profitons comme il se doit de ce disque de "military pop" comme le dit le groupe lui-même sorti sur le parfaitement bien nommé label Unknown Pleasures Records.

 

En savoir plus :
Le Soundcloud de Larme Blanche
Le Facebook de Larme Blanche


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 22 mars 2020 : Homeworks

Nos chroniqueurs ont fait leurs devoirs à la maison cette semaine. On vous parle toujours de musique, de littérature et de jeux vidéo mais aussi d'expositions virtuelles, de cinéma et de théâtre en DVD ou en ligne. C'est parti, voici de quoi vous occupez en restant chez vous.

Du côté de la musique :

"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander
et toujours :
"Ludi" de Chassol
"D'ombres" de Elodie Vignon
"L'univers" de Goodbye Moscow
"Single / Clip des champions" de Klub des Loosers
"Robert Schumann : L'hermaphrodite" de Laurianne Corneille
"A Milli" le podcast numéro 11 de Listen in Bed
"Outlaws" de Ludivine Issambourg
"It's only us" de Monophonics
"Premier EP" de Panic Party
"Ornithologie" de Un Poco Loco

Au théâtre :

dans un fauteuil de salon avec la sélection de la semaine en diffusion sur le net :
du boulevard avec :
"Le Sommelier" en replay sur la chaîne Paris-Première et la captation de "Un amour de jeunesse"
un classique avec la captation de "Ruy Blas" créé aux Fêtes Nocturnes de Grignan
un classique revisité avec le streaming de "L'Ecole des femmes" au Théâtre national de l'Odéon
une comédie circassienne avec la captation de "La Nuit du Cerf" du Cirque Leroux
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" : "Potiche" de Barillet et Grédy avec Jacqueline Maillan
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Récital emphatique de Michel Fau"
"Le Gros, la Vache et le Mainate"
"Elephant Man"
"Dans les yeux de Jeanne"
"Orphée"
"Il y aura la jeunesse d'aimer"

Expositions :

en toute tranquilité mais qui déménagent avec sur le Musée de la Sacem avec :
"Le Punk français" qui a fêté son quarantième anniversaire et "Le Disco français" toujours présent sur les dancefloors
le parcours virtuel sur le site du Petit Palais correspondant à l'exposition "Paris 1900"
en passant les frontières avec la visite virtuelle des collections du Rijksmuseum d'Amsterdam
et, en attendant la réouverture de l'exposition "Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée, le documentaire "Sur les pas de Christian Louboutin" de Olivier Garouste

Cinéma :

se faire une toile à domicile avec parmi les films récents sortis en DVD :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin

Lecture avec :

"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle
et toujours :
"Alerte rouge" de Tomaz Lavric
"Chez nous" de Louis Candlish
"de Gaulle et les grands" de Eric Branca
"El Nino de Hollywood" de Oscar & Juan José Martinez
"Idiot wind" de Peter Kaidheim
"L'intégrale de F A U S T" de Serge Lehman
"Pacifique" de Stéphanie Hochet

Froggeek's Delight :

Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=