Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Botero
Don Millar 

Réalisé par Don Millar. Canada/Colombie. Documentaire. 1h22 (Sortie le 29 janvier 2020).

 Dès le début de son documentaire, Don Millar proclame que "Fernando Botero est le peintre le plus connu au monde".

A y réfléchir, si l'on tient compte que désormais les artistes atteignant des cotes faramineuses ne sont plus vraiment des peintres (Jeff Koons, Damien Hirst) et que la plupart des représentants du pop art américain ont disparu, la proposition est certainement juste.

Peut-être que dans les milieux artistiques, David Hockney jouit d'une réputation supérieure, mais il est incontestable que le petit Colombien, né à Medellin dans un milieu pauvre, avec un père mort quand il avait quatre ans et une mère couturière, est le plus célèbre artiste pour le citoyen moyen du monde.

Exposé partout, des Champs-Elysées à la Chine, Botero est connu de tous pour ses "grosses femmes", ses sculptures et ses peintures monumentales où tout, des physiques aux objets, semble agrandi.

Dans "Botero" de Don Millar, on découvre un personnage toujours affable, plein d'humour et continuant à être sensible à tout ce qui l'entoure même s'il appartient désormais grâce à son pinceau au monde des très riches.

Très vite en partance pour l'Europe, avec un arrêt capital à Florence où il va découvrir Pierrot Cella Francesca, Botero a commencé par être illustrateur dans un journal colombien. Ayant vendu un de ses premiers tableaux (Frente del mar), il utilise l'argent gagné pour s'installer en Europe. Dès lors, en quelques années, et quelques allers-retours en Colombie suivi d'une installation à New York, il va devenir célèbre.

L'étape majeure sera sa "Mona Lisa à douze ans", qui contient déjà tout ce qui va être sa marque de fabrique, son style : la jeune Mona Lisa, qu'il peint avec beaucoup d'humour, est plutôt ronde et très colorée.

Interrogeant constamment ses proches et lui-même, "Botero" de Don Millar est un film qui retrace avec précision la carrière du peintre, définit ce qu'est son art et donne vraiment envie de connaître un artiste qu'on sous-estime peut-être à cause justement de la "facilité" apparente de son travail qui fait qu'il est immédiatement compréhensible.

Ses détracteurs ont "les poils qui se hérissent" devant "tant de laideur". Certains, moins violents, ne voient en lui qu'un habile illustrateur. C'est oublier sans doute qu'il s'est mis à la sculpture après la peinture et qu'il y a réussi également avec de multiples sujets.

Il a su aussi intégrer sa vie à sa peinture : après la mort prématurée de son plus jeune fils, Pedrito, il s'est pendant plus d'une année consacré uniquement à le peindre, à retrouver ses traits par la peinture. Il s'en est suivi une série d'oeuvres fortes, des pastels surdimensionnés pour une technique difficile à maîtriser et qui sont parmi ses meilleurs tableaux.

Pareillement, il ne s'est jamais désintéressé du sort de la pauvre Colombie perpétuellement en guerre civile ou sous le contrôle des cartels.

Sa série sur la mort de Pablo Escobar est également un moment fort. Plus récemment, il a peint abondamment les atrocités commises par les soldats américains à la prison d'Abu Ghraib.

Si ces dernières œuvres paraissent plus illustratives que la plupart des tableaux de Botero, elles resteront certainement le témoignage le plus fort produit sur ces horreurs, montrant qu'il est un peintre citoyen du monde, humaniste et pas quelqu'un qui a eu une production abondante pour fournir le marché de l'art.

Passionnant par son contenu, réalisé avec rigueur et une photographie qui permet d'avoir une belle idée de ce que ses tableaux donnent en "vrai", "Botero" de Don Millar montre que Fernando Botero n'est pas aussi anecdotique que certains voudraient faire croire.

Cet homme qui peint depuis toujours avec un égal bonheur aura eu une vie enviable. Son œuvre accessible à tous devrait rester longtemps dans les mémoires comme elle a su exister pendant six décennies sans lasser les nombreux amateurs qui ont accroché chez eux avec autant de plaisir ses originaux ou leurs simples reproductions en affiches.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 2 mai 2021 : En mai fait ce qu'il te plaît ? peut-être

Une lueur dans la nuit, un espoir de concerts, de théâtres, de cinéma et soyons fous de restaurants... croisons tous nos doigts, tous ensemble. D'ici là, voici de quoi garder espoir et soutenir la culture. Commençons bien sûr par le replay de la MAG #26

Du côté de la musique :

"Once" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
rencontre avec Rover qui nous parle de son nouvel album
"Drôles de dames" de Fabrice Martinez, Laurent Bardainne et Thomas de Pourquery
"Statistic ego", de Fauxx
"Fallen chrome" de Jac Berrocal & Riverdog
"Nikolai Tcherepnin : Le Pavillon d'Armide op 29" de Henry Shek & Moscow Symphony Orchestra
"Bal Kabar" de David Sicard
"Surrounding structures" de Veik
"Amnésique, mais d'une bonne manière (avec Francis Bourganel, Guillaume Long et Flavien Girard)" 9ème émission de Listen In Bed saison 2
"A Tania Maria journey" de Thierry Peala & Verioca Lherm
"Can't wait to be fine" de We Hate You You Please Die
et toujours :
"EAT" le 20ème mix de la saison 2 de Listen In Bed
"Orchestral works" de Hans Rott
"Heavy ground" de Liquid Bear
"Piano sonata by Maki Namekawa" de Philip Glass
"Impressions" de Sophie Dervaux
"Fart patrol" de Steam Powered Giraffe"
Un petit tour des clips du moment qui annoncent de beaux albums

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Iphigénie" de Racine
"Atelier Vania" de Jacques Weber, Christine Weber et Marc Lesage
"A tort et à raison" de Ronald Harwood
"Le Bouffon du Président" d'Olivier Lejeune
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Cyrano m'était conté" de Sotha
"CirkAfrika" du Cirque Phenix

Expositions :

en virtuel :
"Les Musiques de Picasso" à la Philarmonie de Paris
"Peintres femmes, 1780 - 1830 - Naissance d'un combat" au Musée du Luxembourg
"Leonetto Cappello, l'affiche et la parfumerie" au Musée international de la Parfumerie à Grasse
"Jean-Michel Basquiat" à la Fondation Louis Vuitton
"Rêver l'univers" au Musée de la Poste
"Vêtements modèles" au Mucem

Cinéma :

at home :
"Un adultère" de Philippe Harel
"Caprice" d''Emmanule Mouret
"Daft Punk's Electroma" de Guy-Manuel De Homem-Christo et Thomas Bangalter
"Ariel" de Aki Kaurismaki
et des muscles et de l'action avec :
"L'Arme parfaite" de Titus Paar
"La Crypte du Dragon" de Eric Styles
"Black Water" de Pasha Patriki

Lecture avec :

"Patti Smith : Horses" de Véronique Bergen
"Les sorcières de la littérature" de Taisia Kitaiskaia & Katy Horan
"Je ne suis pas encore morte" de Lacy M. Johnson
"La famille" de Suzanne Privat
"Le brutaliste" de Matthieu Garrigou-Lagrange
"Les fossoyeuses" de Taina Tervonen

et toujours :
Rencontre avec Benjamin Fogel
"Le silence selon Manon" de Benjamin Fogel
"Christopher Nolan, la possibilité d'un monde" de Timothée Gérardin
"Disparues" de S. J. Watson
"Ecoutez le bruit de ce crime" de Cedric Lalaury
L'iconopop, saison 2
"Locke & Key" de Joe Hill & Gabriel Rodriguez
"Morgane" de Simon Kansara & Stéphane Fert
"Quand la ville tombe" de Didier Castino
"Tout le bonheur du monde" de Claire Lombardo
"Vivre la nuit, rêver le jour" de Christophe

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=