Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Cas Richard Jewell
Clint Eastwood  février 2020

Réalisé par Clint Eatswood. Etats Unis. Drame. 2h (Sortie le 19 février 2020). Paul Walter Hauser, Sam Rockwell, Kathy Bates, Jon Hamm, Olivia Wilde, Nina Arianda, Ian Gomez et Mike Pniewski.

On le disait fatigué après "La Mule", ce film qui aurait pu être son dernier, son film testament. Il s'y mettait en scène comme un vieillard malicieux, mais las, courbé par le poids des années. Quoi qu'il en soit, rien de fatigué, ni de testamentaire dans le dernier film en date de Clint Eastwood.

Ce qui frappe avant tout dans "Le Cas Richard Jewell", c'est la parfaite maîtrise d'un cinéaste sûr de son œuvre, sûr de son art, même s'il serait sans doute le dernier à envisager les choses ainsi. Comme toujours chez Clint Eastwood, à l'instar de ses maîtres - John Ford, William Wellman -, c'est d'abord une bonne histoire qui est à l'origine du film.

Richard Jewell (Paul Walter Hauser), trentenaire sans histoires, devient du jour au lendemain un héros comme l'Amérique les aime : un homme de la rue, qui a fait ce qu'il devait faire, et qui a ainsi sauvé des vies

Richard dit n'avoir fait que son travail : dans la cohue du Centennial Park où il est agent de sécurité, il a repéré un sac suspect, et a insisté auprès des policiers pour faire évacuer le terrain. Le sac contenait une bombe artisanale, qui a explosé, transformant la célébration des Jeux Olympiques d'Atlanta 1996 en deuil national. Mais l'action de Jewell a permis de sauver des dizaines de personne.

L'Amérique a donc un nouveau héros, un homme auquel chacun peut s'identifier, et qui rappelle que dans la patrie de Lincoln et Washington, chacun peut peut un jour avoir son rôle à jouer, et chaque citoyen se distinguer.

Commun, Richard Jewell l'est sur tous les plans : c'est un homme enrobé au visage poupin, un grand enfant plutôt attachant qui vit encore chez sa mère, et qui s'invente en représentant de l'ordre, collectionnant les armes, attendant le moment où il pourra être enfin reconnu par ses pairs comme un véritable policier. Un grand enfant ou un homme frustré, prêt à exploser ?

Très vite, la presse, puis le FBI sèment le doute sur ce héros trop ordinaire pour ne pas être suspect. Une affaire d'héroïsme fait vendre du papier ; une affaire de héros déchu en fait vendre davantage.

Ce cynisme est incarné avec une fougue efficace par un personnage de journaliste aux dents longues, Kathy (Olivia Wilde) à côté de laquelle la Faye Dunaway de Network est un agneau. Manipulatrice, peu scrupuleuse, elle tisse jour après jour une toile dans la quelle Richard Jewell se fait rapidement prendre. A ses côtés, un agent du FBI qui s'acharne sur Jewell, malgré le manque de preuves.

Le pouvoir inique et impitoyable que les institutions peuvent exercer sur un homme isolé est bien sûr l'un des thèmes de prédilection de Clint Eastwood : le héros, après tout, reste un héros solitaire. L'héroïsme de Richard, plus encore peut-être que son geste salvateur au Park, est de résister à la pression des puissants, de ne pas craquer.

Il n'est peut-être pas ce John Wayne qu'on voit dans "Iwo Jima", qui passe à la télévision, rappel ironique de ce qu'est un héros américain. Mais il est, à sa manière, le grain de sable qui vient enrayer une mécanique aveugle et injuste.

Car le film n'accorde que peu de crédit à la thèse de la culpabilité de Jewell : là où on aurait pu imaginer un huis-clos, où on hésiterait sur la véritable nature de Richard, Eastwood balaie vite les doutes pour se recentrer sur l'histoire d'un homme auquel tout est enlevé d'un coup : la vie privée, le respect de ses concitoyens, la loyauté de ses amis.

Reste donc au centre du film une triade en apparence classique : l'accusé, son défenseur, sa mère. Mais entre ces trois personnages, Eastwood dessine une relation extrêmement touchante. Loin de faire simplement de Bobi (Kathy Bates), la mère de Richard, une mère courage, il sait filmer la relation d'interdépendance et de tendresse entre son fils et elle.

Ce qui pourrait apparaître comme une relation toxique - ce grand garçon qui vit encore chez sa mère - devient, à mesure que le film avance, l'histoire, tout simplement, d'un garçon et de sa mère qui traversent une épreuve ensemble.

Une des thématiques de prédilection d'Eastwood, même s'il l'a plus souvent explorée à travers une figure paternelle. A travers cette épreuve, Richard apprend à s'émanciper, à dire non, à vouloir protéger sa mère. Il devient, à sa manière, un autre homme. Il est en cela soutenu par un personnage haut en couleur, son avocat (Sam Rockwell), au verbe haut et aux pantalons courts, qui apporte des touches comiques dans cette tragédie américaine.

Du comique, donc, pour éviter le pathos. Un sentiment d'absurdité, quand la police saisit l'aspirateur et les Tupperware de Bobi. Si le film indigne et révolte, il ne tombe jamais dans le simple pamphlet, trop habité qu'il est par la description de ces vies minuscules broyées par le système, et pour lesquelles le cinéaste n'a que de la tendresse.

 

Anne Sivan         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec la captation de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquillité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=