Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Adélaïde Ferrière
Contemporary  (Evidence)  février 2020

Alors que la musique contemporaine, depuis les années 30 et Ionisation de Varèse, sans omettre les œuvres d’Arthur Honegger (les parties N° 2 et N° 7 de Dit des jeux du monde), d’Alexandre Tcherepnine (le 2ème mouvement de sa Symphonie n° 1) ou encore Amadeo Roldan (Ritmica V) s’est vivement intéressée aux percussions pour leur ensemble de timbres, le compositeur Iannis Xenakis (1922-2001) a innové en revenant, à leur fonction première, le rythme, sans pour autant oublier cette richesse de timbres.

Pour autant, les figures rythmiques se circonscrivent souvent chez lui à des cellules minimales, la métrique se complexifie et la pulsation devient souvent comme des jalons, des points de repères, Xenakis construisant sa propre grammaire et son propre vocabulaire rythmique. Comme chez Varèse, l’utilisation des percussions permet de s’émanciper des hauteurs de sons traditionnels.

Les percussions jouent donc un rôle fondamental chez lui, tant sur le nombre d’œuvres que sur la qualité de ces œuvres. Par exemple : sur le total de ses compositions, deux sont pour percussion seule : Psappha (1975) et Rebonds (1987-88), deux œuvres que l’on retrouve dans ce disque, trois sont pour ensembles de percussions : Persephassa (1969, six percussionnistes entourant le public), Pleïades (1978, six percussionnistes), Okho (1989) ; trois pour ensembles de percussions et autre formation : Idmen A (1985, chœur mixte et six percussionnistes), Idmen B (1985, six percussionnistes et chœur éventuel), Zythos (1996, six percussionnistes et trombone)...

Psappha, le titre rappelle le nom de la poétesse antique, de l’île de Lesbos, Sappho. Xenakis va travailler avec la métrique avec les rythmes de la poésie antique (rythmes iambiques...). Des rythmes qui sont agencés pour former des "cribles", soit la sélection de certains points équidistants formant une droite, ces points étant délimités par deux barres verticales : des "mesures". L’instrumentarium est libre et fait appel à la créativité de l'interprète, c’est le musicien qui doit choisir la combinaison exacte de cet instrumentarium. La partition indique six groupes d'instruments (les trois premiers correspondent à des peaux ou des bois et les trois derniers à des métaux).

Rebonds composé en 1987-89 et créé comme Psappha par le percussionniste Sylvio Gualda, a une architecture en deux grandes parties : A et B, qu’on ne peut jouer l’une sans l’autre mais dont l'ordre de jeu n'est pas forcément fixé. L’instrumentarium est légèrement différent : la première n'utilise que les peaux, alors que la seconde introduit en plus des wood-blocks. La partie A est comme un mouvement perpétuel de plus en plus consistant jusqu’à sa propre désintégration. La partie B est tout en contrastes où des accents se déplacent sans cesse d’un instrument à l’autre et se termine par un ardent mouvement circulaire entre tous les instruments.

Ces deux œuvres majeures encadrent le reste du répertoire présent dans ce disque.

"Moi, jeu" de Bruno Mantovani (1955-) est comme une fuite en avant, "Loops II" et "IV" de Philippe Hurel (1955-) sont portées par une énergie rythmique. Le titre notifie et enseigne le principe d'écriture. Le son de l'instrument et les techniques de jeu semblent y importer moins que les mouvements de transformation. Le principe est simple : de petits motifs rythmiques qui se renouvèlent et se transforment peu à peu pour créer de nouvelles boucles.

Écrit en 1984 pour William Moersch, le percussionniste américain, "After Syrinx II" est la deuxième des œuvres que Richard Rodney Bennett (1936-2012) a composées sur la base de Syrinx (1913) de Debussy pour flûte solo. Si on retrouve la fameuse arabesque, le compositeur britannique sans perdre de vue un certain impressionnisme y explore les techniques sérielles et y fait également usage de séquences où les mouvements sont caractérisés par des variations de texture et de tempéraments.

"Omar" de Franco Donatoni (1927-2000), subtil jeu de timbres (dualité entre baguettes molles et baguettes dures) est comme un organisme vivant en perpétuelle évolution : vers l’amoindrissement pour le premier mouvement et à l’opposé vers l’accroissement dans le second mouvement.

Tout du long Adélaïde Ferrière se montre impériale, subjugante dans la pièce de Philippe Hurel et dans Psappha.

Alors on s’imagine la musicienne, avec son regard porté vers l’avenir, ses gestes, car l'extraordinaire virtuosité qu’exigent ces œuvres demande une succession de gestes d’une précision folle, des gestes qui se transforment tout naturellement en ballet...

 

En savoir plus :
Le site officiel de Adélaïde Ferrière
Le Soundcloud de Adélaïde Ferrière
Le Facebook de Adélaïde Ferrière


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec la captation de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquillité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=