Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'Etat sauvage
David Perrault  février 2020

Réalisé par David Perrault. France. Western/Romance. 1h58 (Sortie le 26 février 2020). Avec Alice Isaaz, Kevin Janssens, Déborah François, Bruno Todeschini, Constance Dollé, Armelle Abibou, Maryne Bertieaux et Kate Moran.

Il serait facile de définir le deuxième film de David Perrault comme un "western à la française".

A l'instar de son premier long-métrage, "Nos héros sont morts ce soir" (2013), où il rendait hommage à un certain cinéma français d'atmosphère ("Touchez pas au Grisbi" de Jacques Becker, "Bob le flambeur" de Jean-Pierre Melville) plus qu'au "policier à la française", ici, son cinéma s'apparente non pas au western mais à un cinéma historique hors métropole, un genre jamais vraiment défini, avec des fleurons comme "Coup de Torchon" de Bertrand Tavernier ou "Poussière d'Empre" de Lam lê, voir "Les Caprices d'un fleuve" de Bernard Giraudeau.

On pourrait presque parler de néo "cinéma colonial à la française" si quelqu'un avait eu l'idée d'en définir le genre. Edmond, joué par Bruno Todeschini, a emmené sa famille en Amérique du Nord, non pas forcément pour immigrer définitivement, mais pour faire de l'import-export de parfums français avec les riches habitants du nouveau continent. On l'imagine fortune faite ayant la possibilité de revenir en France.

Comme on est à la fin de la guerre de Sécession, et qu'il est par nécessité économique dans un état sudiste, le Missouri, où se trouve ses principaux clients, il est pris au piège. L'Empereur Napoléon III avait conseillé à ses sujets partis outre-atlantique de rester neutres dans le conflit Nord-Sud. Mais l'irruption brutale des "barbares nordistes" dans le Sud élégant rend cette position intenable : la famille française va donc chercher à gagner la côte pour revenir au pays.

C'est une longue marche, une errance inédite que filme le cinéaste en s'attachant aux rapports très tendus entre les membres de cette famille. S'il y a des éléments s'approchant du "western", ils découlent des activités pas toujours claires d'Edmond qui provoquent la colère d'une bande menée par Bettie (Kate Moran). On est alors plus, encore une fois, dans un registre imprévu, celui d'un fantastique historique, comparable à celui du "Pacte des Loups" de Christophe Ganz.

"L'Etat sauvage" de David Perrault est un film qui brouille constamment les pistes et ses registres puisqu'il ajoute encore une autre dimension : celle qu'on pourrait appeler "féminine", voire "féministe". En effet, à l'exception du père et d'un guide, tout le reste du groupe est composé de femmes : la mère, ses trois filles, et de la gouvernante-maîtresse du père, de surcroît noire sans que cela aboutisse à ce qu'on en attend car Perrault ne joue jamais la carte raciale.

En plaçant des acteurs français ou francophones dans des lieux et à une époque où on les a rarement ou jamais vus, celui-ci fait une nouvelle preuve d'originalité. Il en revient toutefois à un affrontement primaire entre cette entité française "off shore" et les méchants dirigés eux aussi par une femme étrange.

On sent que David Perrault, par ailleurs scénariste, se plaît à créer un climat inattendu, à placer d'excellents comédiens dans ce faux western et à construire tout ce qui découle de ses hypothèses de départ.

On se laissera ainsi porter par les péripéties de "l'Etat sauvage" de David Perrault, joliment filmées et rendues crédibles par une distribution quasiment sans faute où l'on découvrira en Kevin Janssens celui qui concurrencera désormais Matthieu Schoenaerts.

On se demandera aussi avec impatience où Perrault rebondira lors de son prochain long métrage... Suspense !

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec la captation de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquillité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=