Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Innocents, Moi et l'Inconnue au bord de la route départementale
Théâtre de la Colline  (Paris)  mars 2020

Comédie dramatique de Peter Handke, mise en scène de Alain Françon, avec Pierre-François Garel, Gilles Privat, Sophie Semin, Dominique Valadié, Laurence Côte, Daniel Dupont, Sophie Lacombe, Yannick Gonzalez, Guillaume Lévêque, Hélène N’Suka, Joseph Rolandez et Sylviane Simonet.

Fort de son tout récent Prix Nobel, Peter Handke propose avec "Les Innocents, Moi et l'Inconnue au bord de la route départementale", qu'il a lui-même traduit en français, une nouvelle œuvre ambitieuse et originale. Pas question pour lui de se reposer sur son bâton de maréchal...

Et l'on s'en rend immédiatement compte en découvrant le décor de Jacques Gabel dans lequel on restera pendant près de 2 h 30 : un tronçon de route départementale entourée de verdure, en pleine campagne, avec un ciel bleu bas et légèrement nuageux. En précisant que le tronçon contient un tournant et qu'il y a sur la scène près de ce tournant une espèce de cabane "moderne".

Ce décor posé, intervient le Moi (Gilles Privat), personnage barbu qui se présente comme l'esprit, presque le propriétaire de ce bout de route.

Mais, en bon dialecticien, Peter Handke fait surgir du bout de la route synonyme de coulisse, une bande éparse et assez nombreuse que le " Moi" appellera "Les Innocents" et qu'il cherchera durant tout le spectacle à repousser alors qu'interviendra, elle aussi contre eux tout en se démarquant du "Moi", "l'inconnue de la route départementale" (Dominique Valadié).

Dans cette œuvre étrange qui pourrait par moments flirter avec l'absurde, mais un absurde roboratif, il ne faudra pas s'attendre à une vraie violence. Tout au contraire. L'affrontement du "Moi" et des "Innocents" sera médiatisé par l'intervention du "Chef de la tribu" (Pierre-François Garel), représentant l'entité, et seul à y être différencié avec celle qui sera sa femme (Sophie Semin).

Dans ce qui constituera le cœur et le clou de la pièce, "Moi" et "Le Chef", assis tous les deux sur des pliants et regardant la salle, vont entamer une suite de monologues, étant donné que Peter Handke n'a pas écrit de véritables dialogues entre tous ses personnages.

On peut prédire que ces monologues seront bien vite considérés comme des sommets dans l'oeuvre de l'auteur autrichien et c'est d'ailleurs un peu frustrant de ne pas avoir lu le texte avant d'assister à la représentation. On aimerait pouvoir citer des morceaux entiers de ses deux paroles qui se suivent, se percutent, sans jamais s'anéantir.

Quand on sait ce qu'on a reproché à Handke, ce passage majeur entre deux hommes que tout oppose, et son rendu scénique par Alain Françon, aboutit non pas à un morceau d'éloquence qui fera date mais à une discussion qui atteint un niveau d'abstraction poétique extrêmement élevé donnant à entendre une très belle page humaniste.

Humaniste, c'est un beau mot, qui définit parfaitement l'oeuvre de Handke et qui va à l'encontre d'un monde cynique et calculateur qui réduit les idéaux à des études de marchés.

La distribution est brillante, à commencer par Gilles Privat et Pierre-François Garel. On est cependant légèrement frustré que les excellents comédiens qui forment la tribu des "Innocents" (Laurence Côte, Daniel Dupont, Yannick Gonzalez, Sophie Lacombe, Guillaume Lévêque, Hélène N'Suka, Joseph Rolandez, Sylviane Simonet) ne soient pas plus individualisés.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=