Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Télé de Papa
# 1 à 10 

#1 : Destination Planète Shadok...

...pour 3 minutes de bonheur par épisode avec la saga humoristique d'animation "Les Shadoks" créée en 1968 par Jacques Rouxel, producteur et animateur de dessin animé, avec Jean-Paul Couturier au dessin, dont le surréalime pataphysicien a illuminé le petit écran pendant les années 1968 à 1973 .

Ou le monde et le sens de la vie vus par des avatars anthropomorphiques dont la cosmogonie placée sous l'égide du principe "Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?" activé par la pratique assidue du pompage.
Saison 1 "La Préhistoire" - Saison 2 "Le grand déménagement de la Terre" - Saison 3 "Les Shadoks pompent toujours" - Saison 4 "Les Shadoks et le big blank" produite en 2000 visionnable sur la page dédiée du site du Studio Animation Art Graphique Audiovisuel et l'Intégrale en DVD

 

#2 : Les Turlupins des années 70 - Jacques Martin

Jacques Martin, comédien, humoriste et animateur de radio et de télévision, adepte inconditionnel du poil à gratter et de l'humour protéiforme du bel esprit au potache, proposait avec la collaboration du réalisateur Bernard Lion une audacieuse et impertinente émission d'information satirique hebdomadaire intitulé "Le Petit Rapporteur" au slogan édifiant "Sans la liberté de flatter, il n'est pas d'éloge blâmeur".

Avec une équipe de joyeux lurons, Pierre Bonte, Piem, Stéphane Collaro, Robert Lassus et Philippe Couderc, Pierre Desproges et Daniel Prévost, il décryptait en se gaussant l'actualité des années 1975 et 1976 revue par le petit bout de la lorgnette, puis des années 1977 et 1978 dans l'émission rebaptisée "La Lorgnette".

L'émission n°2 en vidéo et une rareté : la 1ère apparition télévisée de Jacques Martin dans une version parodique du "Cid" de Corneille sous titrée "honneur, catagnette et tombeau.

 

#3 : Les Turlupins des années 80 - Collaro c'est show

Stéphane Collaro, journaliste reconverti dans le divertissement humoristique télévisuel, et sa bande, de joyeux drilles composée, entre autres, de Philippe Bruneau, Claire Nadeau, Roland Magdane, Martin Lamotte, Jean Roucas, et Jean Roucas, chamboule les code de l'émission de variétés et traverse la décennie 1980.

En enchaînant notamment "Collaro Show", "Cocoricocoboy" avec ses séduisantes Coco Girls et la mémorable séquence "La Playmate", "Collaricocoshow" et "Y a-t-il encore un coco dans le show ?"

Et ce avec des séquences récurrentes dont certaines parodiques d'anthologie telles "La vie des sectes", "Une minute pour les femmes" et "Brie Comte Robert", le Dallas à la française.

Dans "Co-Co Boy", il inaugure le Bébête show, parodie de l’actualité politique française inspirée du Muppet Show américain.

Concoctée avec la collaboration du chansonnier Jean Amadou et de l'humoriste et imitateur Jean Roucas, elle s'érige en deviendra une émission autonome avec des opus intemporels qui sera diffusée de 1982 à 1995 tels

"Les affaires sont les affaires" - "Même les pros se tâtent"

 

#4 : La littérature en questions - Michel Polac vs Bernard Pivot

2 journalistes critiques littéraire, 2 styles avec en pointillé, polémiste et toujours contrarié voire interdit, Michel Polac se distingue avec "Post-scriptum" (1970-1971)

Puis avec "Droit de réponse" (1981-1987) qui se caractérise par un déroulé parfois houleux tel pour l'émission "La télévision en procès"

best of de Droit de réponse
extraits sur le site de l'INA

Plus consensuel, Bernard Pivot sévit sans souci ni interruption pendant trois décennies de 1973 à 2001 enchaînant "Ouvrez les guillemets", "Apostrophes" et "Bouillon de culture"

dernière émission d'"Apostrophes"
extraits de "Bouillon de culture"
un best of des questionnaires

et sourire avec la parodie des Inconnus "Apostrofes"

 

#5 - Jean-Christophe Averty, le trublion des années 60 et sa moulinette Pop

En 1963, avec "Les Raisins Verts", le réalisateur Jean-Christophe Averty formé à l'IDHEC inaugure, en pionnier de l'art vidéo, une décennie prodigieuse avec des émissions de variétés dont la facture opère une rupture radicale avec celle traditionnelle et statique alors en vigueur, telle pour "36 chandelles".

Son credo : une mise en scène placée sous le signe d'une hybridation de fantaisie loufoque et pataphysicienne à la Alfred Jarry, d'humour noir, de surréalisme, de dadaïsme et de pop art par une utilisation débridée des effets spéciaux, trucages vidéo et inscrustations à l'appui d'une écriture visuelle placée sous le tropisme du bichromatisme noir/blanc.

Elle rythme et dynamise une alternance de chansons, sketches et intermèdes, notamment avec le fameux poupon en celluloïd passé au hachoir, enchaînés, de surcroît, sans intervention d'un présentateur.

la 1ère émission
des moments cultes La novation controversée met fin à cette émission mais ne brise pas l'élan de la moulinette Averty à laquelle se prêtent toutes les vedettes, dont la génération Yéyé, notamment dans "Douches écossaises".

en vidéo Claude François - France Gall - Chantal Goya - Antoine - Gérard Manset

Parfois imité jamais égalé, le style Averty s'exerce tous azimuts ainsi pour des documentaires sur des chanteurs et artistes ("Autoportrait mou de Salvador Dali"), des clips vidéos tels ceux réalisés pour l'album "Histoire de Melody Nelson" de Serge Gainsbourg et Jane Birkin ("La ballade de Melody Nelson", "Hôtel particulier")

et des mises en scène notamment d'oeuvres d'auteurs de l'avant-garde du 20ème siècle dont le Groupe des Six, avec des ballets-pantomimes ("Les Mariés de la Tour Eiffel"), et Alfred Jarry ("Ubu Roi").

en savoir plus sur le site de l'INA

et avec le podcast de "Jean-Christophe Averty, l'électron libre des médias", une série de 5 entretiens réalisés en 2015 dans le cadre de l'émission de France Inter "A voix nue" de Sandrine Treiner

 

#6 : Années 80 - Les pépinières de l'humour : "Le Théâtre de Bouvard" et "La Classe"

De 1982 à 1985, le journaliste, humoriste et animateur de radio et de télévision, Philippe Bouvard présente l'émission d'humour "Le Théâtre de Bouvard", puis en 1986-87 "Le Petit Bouvard illustré" et "Le nouveau Théâtre de Bouvard".

Un tremplin pour la jeune génération d'humoristes, et de comédiens tels Annie Grégorio et Fabrice Luchini, dont la plupart ont accédé à la notoriété : à l'affiche, et entre autres, parmi les "blockbusters du rire", Muriel Robin, Les Inconnus, Chevallier et Laspalès, Gustave Parking et Jean-Marie Bigard. Et même Fabrice Luchini

une compilation
bests of sur le site de l'INA

En 1987, et jusqu'en 1994, Guy Lux reprend le flambeau avec "La Classe" animée par le présentateur Fabrice, animateur sur RTL.

Il officie comme professeur déluré d'une classe composée de joyeux lurons, de Jean-Marie Bigard à Pierre Palmade en passant , entre autres par Jean-Jacques Vanier,Elie Kakou, Anne Roumanoff et Didier Gustin.

une classe de 1988
une classe de 1992

 

#7 : Le bon vieux temps de l'ORTF

Retrouver une âme d'enfant d'hier avec "La Piste aux étoiles" de Gilles Margaritis.

Qui présente de 1956 à 1978 un spectacle de cirque traditionnel enregistré au Cirque d'Hiver avec principalement le comédien, chanteur et animateur Roger Lanzac dans le rôle du Monsieur Loyal.

en vidéo une émission de 1965

Visiter l'Histoire avecla série "La Caméra explore le temps" (1956-1965) réalisée par Stellio Lorenzi.

Elle constitue une novation en ce qu'elle repose, avec une partie en direct, sur des textes inspirés d’événements historiques écrits par les historiens André Castelot et Alain Decaux qui se dispensent d'une approche historiciste.

Ce qui a entraîné sa suppression à la demande du Président de la République de l'époque, le Général de Gaulle, pour suspicion d'obédience communiste.

en vidéo l'épisode "La Nuit de Varennes"

Et, surtout, mener l'enquête avec "Les Cinq Dernières Minutes" et sa réplique culte - "Bon Dieu ! Mais c'est... bien sûr !" - pour une série non moins culte créée en 1958 par Claude Loursais, et, de surcroît, fleuve diffusée jusqu'en 1992.

Conçue initialement comme un jeu, l'originalité de sa première série (1958-1973) tenait à son genre de dramatique tournée en studio et entièrement diffusée en direct. L'enquête menée par le fameux commissaire Bourrel campé avec la faconde de Raymond Souplex, un commissaire "old school" paternaliste constituait également immersion dans un milieu socio-professionnel qui reflétait la société de l'époque.

1er épisode "La Clé de l'énigme"
épisode "Un gros pépin dans le Chasselas"

Le commissaire Bourrel aura pour successeur le commissaire Le Carré (Christian Barbier - "Rouges sont les vendanges"), le commissaire Cabrol (Jacques Debary - "La boule perdue") puis le commissaire Massard (Pierre Santini - "Meurtre à l'université")

 

#8 : années 70-80 : "Le Grand Echiquier" de Jacques Chancel

Créé en 1972, talk show avant l'heure, l'émission télévisée "Le Grand Echiquier" répertoriée comme comme "émission télévisée de variétés", variétés à entendre au singulier comme synonyme de diversité mêlant pendant 3 heures d'antenne mensuelle culture, politique, humour et arts de la scène qui va règner sur le PAF jusqu'en 1989.

Se déroulant en direct et en public, elle est animée par son fondateur le journaliste, écrivain et homme de culture, Jacques Chancel, animé d'un souci de démocratisation culturelle, qui fédère les télespectateurs.

en vidéo :
la présentation de l'émission
l'émission avec en invités Jean Gabin, Arletty, Seigner et Jean-Paul Belmondo
et en DVD

Parallèment, et depuis 1969, Jacques Chancel anime une émission culturelle radiophonique également culte "Radioscopie" qui mettait sur la sellette une personnalité de tous horizons de Jean d'Ormesson à Michel Audiard en passant par lui-même

la radioscopie de Jacques Chancel
podcasts sur le Yoytube Le Sémaphore

#9 : Les variétés des années 60

Diffusé de 1965 à 1968, produit par Jacques Antoine, Jacques Solness et Jacqueline Duforest et animé par Guy Lux et Anne-Marie Peysso, le "Palmarès des Chansons" se présente comme une version télévisée du radio-crochet doublée d'un jeu pour les téléspectateurs.

extrait vidéo

En revanche, de 1963 à 1971, le "Sacha Show" de Maritie et Gilbert Carpentier et animée par le chanteur Sacha Distel, se veut une émission de variété "à l'américaine" alternant sketches et chansons avec en invités des chanteurs et des comédiens.

extrait d'une émission de 1966

Quant à "Age tendre et tête de bois" créé et animé par Albert Raisner de 1961 à 1965, puis de 1965 à 1968 renommé "Tête de bois et tendres années", il s'inscrit ans la tendance yé-yé de l'époque à destination de la jeunesse.

en vidéo Les Beach Boys chantent "I get around"

 

#10 - Années 60 : L'âge d'or des Jeux télévisés inter-cités

Au début des années 60, les producteurs et animateurs Guy Lux et Claude Savarit créent deux jeux télévisés inter-cités qui vont connaître un succès pérenne pendant plusieurs décennies

"Intervilles" en 1962, diffusé en discontinu pendant cinq décennies, met en présence deux villes françaises dans une série d'épreuves physiques tels le tapis roulant, le mur des champions et l'épreuve des vachettes inspirée des courses landaises.

en vidéo : Intervilles 62 Bayonne/Dax
l'émission spéciale 50 ans en 2013

En 1965, le principe est décliné dans "Jeux sans frontières" programmé jusqu'en 1982 puis en ponctuel jusqu'en 1999, mettant en lice plusieurs villes européennes dans des épreuves hautes en couleurs et bon enfant telles "Décrochez le pompon", "La rampe gluante" ou "Les auto-tamponneuses".

Emission de 1975 avec 7 pays participants

 

 

        
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet

Les 4 derniers journaux
- 11 avril 2021 : Culture en résistance
- 4 avril 2021 : La Culture encore Chocolat
- 28 mars 2021 : Une heure de confinement en moins
- 21 mars 2021 : Printemps confiné

# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=