Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Quelle joie de vivre
René Clément  août 2020 - 1ère sortie 1961

Réalisé par René Clément. France/Italie. Comédie. 1h58 (Sortie version restaurée 5 août 2020 - 1ère sortie 1961). Avec Alain Delon, Barbara Lass, Gino Cervi, Paolo Stoppa, Carlo Pisacane, Rina Morelli et Ugo Tognazzi.

Alain Delon l'appelait son maître. Longtemps sous-estimé par les critiques pro-Nouvelle Vague, sans qu'il soit vraiment leur cible privilégié puisqu'ils avaient apprécié "Plein Soleil" un film contemporain des leurs, René Clément retrouve au fil du temps la place qu'il mérite.

L'auteur prolifique et touche-à-tout de "Jeux interdits", de "Paris brûle-t-il", de "La Maison sous les arbres" ou du "Passager de la pluie" a fait quelques incursions en Italie.

Après "Au-delà des grilles" avec Jean Gabin et Isa Miranda, qui lui valut un de ses deux oscars du film étranger à Hollywood, il a réalisé "Quelle joie de vivre", une comédie grinçante qui mérite d'être revue.

On y trouve d'abord un jeune Delon à son meilleur qui peut remercier Clément de lui avoir donné le rôle de cet orphelin rejoignant une famille d'anarchistes pour les beaux de la fille de la maison. Constamment souriant et plein de ressources, il est sûr qu'il n'aurait pas été "Rocco" ni "Tadzio" chez Visconti s'il n'était pas passé par là.

On est juste avant le triomphe de Mussolini, et la situation dans l'Italie de l'après-guerre est confuse. Delon, à peine sorti du service militaire, se trouve, comme un Lacombe Lucien, jouer à a balle de ping pong entre les noirs truculents de l'Anarchie et les inquiétantes bruns bottés qui préparent leur coup d'état. Il ne mettra pas longtemps à choisir les rêveurs, partisans des bombes mais pas vraiment prêts à les lancer à l'aveugle ni doués pour le faire.

Dans "Quelle joie de vivre" de René Clément, Delon a pour partenaire la magnifique comédienne polonaise Barbara Lass, alors encore la première madame Polanski. Le couple qu'il forme est d'une fraîcheur rare pour une comédie.

Ils sont accompagnés par Gino Cervi, aussi à l'aise en imprimeur anarchiste qu'en maire communiste. On aura aussi l'occasion de découvrir dans le rôle du grand-père indigne et retiré dans son grenier l'inénarrable Carlo Pisacane, qu'on avait déjà vu dans "Le Pigeon" de Mario Monicelli.

Une fois encore, la comédie italienne montre toute sa palette. "Quelle joie de vivre" de René Clément est une œuvre divertissante avec de gros moyens que son réalisateur utilise avec astuce pour créer une ambiance d'insouciance cachant la chape de plomb qui va s'abattre bientôt sur l'Italie de 1920-1921.

Une fois encore, on dira que dans sa carrière extraordinaire, Delon a eu des choix italiens judicieux. De "Quelle joie de vivre" au "Professeur", ses personnages n'étaient pas des stéréotypes.

Il y gagnait, même dans le tragique, une bonne humeur, une assurance solaire que jamais les metteurs en scène français ne surent lui donner. Il y a gagner vraiment ses galons d'acteur.

"Quelle joie de vivre" de René Clément sera pour beaucoup une vraie découverte. C'est sans doute le film de l'été à voir en priorité.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=