Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Walker
Robin Robertson  (Editions de l'Olivier)  août 2020

"Il marche, Walker. C'est son nom et sa nature".

Voilà le seul roman étranger publié pour cette rentrée littéraire aux éditions de l’Olivier. A le lire, on comprend vite que ces éditions n’avaient pas besoin d’en publier d’autres pour nous convaincre. Déjà, on ne peut que s’arrêter sur la superbe couverture de l’ouvrage, une magnifique photographie en noir et blanc du dessous du métro aérien new-yorkais datant de 1940. Vient ensuite le titre, Walker, du nom du personnage principal du roman puis un sous-titre que l’on découvre une fois les premières pages tournées, "ou l’art de perdre à pas lents" qui, au final, résume parfaitement notre future lecture. Saluons enfin, au passage, le travail formidable de la traductrice Josée Kamoun sur cet ouvrage.

A la manœuvre de cette objet littéraire non identifié et particulièrement surprenant se trouve Robin Robertson, l’un des poètes britanniques contemporains les plus en vue. Il est également l’éditeur d’Irvine Welsh, John Banville et James Kelman. Walker, son premier roman a été finaliste du Man Booker Prize et a remporté le Goldsmith Prize. Walker est un ouvrage époustouflant, et ce n’est rien de le dire. Il faut le lire pour le comprendre et s’en rendre compte. Parlons donc de l’histoire maintenant.

Jeune soldat canadien de retour des champs de bataille de la Seconde Guerre mondiale, Walker s'installe à New York en 1946. Hanté par la violence des combats, par les images de guerre qu’il vient de traverser, celles de son passé dans son pays natal, et par une culpabilité dont il ne peut se défaire, il tente de survivre et peine à trouver sa place dans une Amérique où l'argent et la corruption règnent désormais en maîtres.

Walker se lance alors dans une odyssée qui le conduit à San Francisco puis Los Angeles, tente de gagner sa vie en travaillant dans la presse et côtoie le monde du cinéma et du film noir qui le fascine. Dans le confort des salles obscures, Walker oublie tout. A l’écran pourtant, la vie décrite est la même : corruption, meurtres, âmes sombres et damnées. Les femmes, bien sûr, y sont fatales. Après la guerre, le monde est bel et bien devenu un film noir. Point de salut pour cette âme perdue, condamnée à errer dans un décor qui n'est autre que le reflet de son chaos intime. Walker, l’homme ordinaire précipité dans le chaos, marche pour fuir la violence, la peur perpétuelle et la folie qui le guette.

Construit sous la forme d’un long poème en prose, l’ouvrage nous dévoile une Amérique cinématographique au détour du regard d’un marcheur solitaire particulièrement porté sur le septième art qui le pousse à quitter New-York pour se rendre vers la cité des Anges dont on trouve d’ailleurs au début de l’ouvrage un plan détaillé de son centre à l’époque.

Le texte est autant désorienté que son narrateur, combinant narration au présent, flashbacks mais aussi extrait de journal intime et autres rêves. Au milieu de tout cela, s’insèrent des cartes postales en noir et blanc.

Walker nous emporte et nous habite, dans les méandres de son épopée sous la forme d’un poème épique aux images puissantes. Walker est une évocation en noir et blanc de l'Amérique de l'après-guerre, une sublime parabole sur la nature du Mal. Walker est aussi une expérience littéraire qui nous hypnotise, les mots résonnent et donnent une tonalité particulière à cet ouvrage qui se lit presque d’une traite, emporté par le flot de ce texte précieux qui entremêle la beauté et la laideur du monde qu’il décrit. Walker est un grand livre, tout simplement.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Robin Robertson


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 octobre 2020 : Tous aux abris

Couvre feu encore plus contraint, nouveau confinement, tout est possible et tout est à craindre pour la culture. Restons groupés comme dirait Bernard Lenoir. Nous continuons évidemment de vous proposer chaque semaine notre sélection culturelle. Et bien entendu, découvrez le replay de La Mare Aux Grenouilles #13 de ce samedi 24 octobre

Du côté de la musique :

"Labyrinth" de Khatia Buniatishvili
"Contrasts", la 3eme émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Dreamer" de Rosaway
"No future" de Samarabalouf
"Verdure" de The Hyènes
"Got the manchu" de We Hate You Please Die
et toujours :
"Armand-Louis Couperin : pièces de clavecin" de Christophe Rousset
"Ce qui suit" de Mondo Cane
"Awaiting ship" de Dominique Fillon Augmented Trio
"Soné ka-la 2 odyssey" de Jacques Schwarz Bart
"Killing Eve + Australie" nouveau mix de Listen in Bed
"LP2" de Pointe Du Lac
"Jorn" de Box Bigerri

Au théâtre :

une nouveauté :
"Tout Dostoievski" au Théâtre Le Lucernaire
des comédies pour rire et sourire :
"On purge bébé" au Théâtre de l'Atelier
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Dernier coup de ciseaux" au Théâtre des Mathurins
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"De quoi j'me mêle" au Théâtre d'Edgar
"Mon meilleur copain" au Palais des Glaces
les reprises :
"Françoise par Sagan" au Théâtre L'Archipel
"Caroline Loeb - Chiche !" au Théâtre L'Archipel
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Vous pouvez ne pas embrasser la mariée" à la Comédie des 3 Bornes
"Des Femmes" au Lavoir Moderne Parisien
"Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Voyage sur la route du Kikosaido - De Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernushi
"Pierre Dac - Du côté d'ailleurs" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"L’Age d’or de la peinture danoise (1801-1864)" au Petit Palais
"Man Ray et la mode" au Musée du Luxembourg
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa

Cinéma :

en salle :
"Une vie secrète" de Aitor Arregi, Jon Garano et José Mari Goenaga
"L'Avventura" de Michelangelo Antonioni
at home :
"India Song" de Marguerite Duras
"Au bout du conte" de Agnès Jaoui
"L'effet aquatique" de Solveig Anspach
"Pourquoi tu pleures ?" de Katia Lewkowicz
"Henri" de Yolande Moreau
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert

Lecture avec :

"Le dérèglement joyeux de la métrique amoureuse" de Mathias Malzieu & Daria Nelson
"Le proche orient" de Catherine Saliou
"Mondes en guerre - tome 3 : Guerres mondiales et impériales, 1870-1945" de André Loez
et toujours :
"L'ange rouge" de François Médéline
"Le prix de la vengeance" de Don Wislow
"De Gaulle, stratège au long cours" de François Kersaudy
"Georges Clemenceau, lettres d'amérique" de Patrick Weil et Thomas Macé
"Justice de rue" de Kris Nelscott
"Plus fort qu'elle" de Jacques Expert

Froggeek's Delight :

"Hades" sur Windows, Mac OS et Switch
Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=