Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La révolution, la danse et moi
Alma Guillermopietro  (Editions Marchialy)  août 2020

C’est avec un plaisir certain que j’ai pu découvrir cet été l’un des titres d’une maison d’édition que je ne connaissais pas, les éditions Marchialy, maison d’édition créée il y a quatre ans autour de la volonté de publier une dizaine de titres par an à l’exigence littéraire affirmée.

Pour découvrir cette maison d’édition, j’ai pu donc lire un ouvrage écrit par une certaine Alma Guillermopietro, auteure née à Mexico en 1949, qui s’installa avec sa mère à New-York à l’adolescence suivant des cours de danse contemporaine de très haut niveau jusque dans les années 1970. Aujourd’hui journaliste pour la presse anglophone et hispanophone principalement en Amérique latine, elle nous propose un superbe ouvrage dans lequel elle revient sur son expérience à Cuba qui a sonné le glas de sa carrière de danseuse et marqué le début de sa vie journalistique. Comme elle nous le dit dans l’ouvrage, c’est la révolution cubaine, toile de fond du livre, qui a échangé ses rêves d’artiste contre des convictions politiques.

En 1970, à New-York, Alma Guillermopietro, d’origine mexicaine, suit les cours de danse contemporaine de Merce Cunningham. Quand celui-ci lui parle d’un poste de professeur à l’école nationale des Arts de la Havane, son monde s’effondre car elle avait l’intention d’intégrer sa compagnie.

Alma part résignée, cherchant dans l’aventure une façon de faire le deuil de sa carrière artistique. A tout juste 20 ans, la voilà débarquant à Cuba, appréhendant les restrictions liées à l’embargo américain sur l’île suite à l’installation du régime de Fidel Castro. Ses craintes sont rapidement confirmées : les salles de danse sont vite privées de miroirs, considérés comme des instruments contre-révolutionnaires. Son séjour devient alors très vite le temps d’un apprentissage qu’elle n’avait pas prévu, celui de sa conscience politique.

Avec cet ouvrage, l’auteure nous montre comment les six mois qu’elle a passé à Cuba ont changé sa vie. Mais il est aussi important pour elle de nous parler de ses années à New-York, le début de l’ouvrage, avant qu’elle ne parte à La Havane. L’auteure nous montre les difficultés d’y vivre quand on est une artiste, ici une apprentie danseuse en devenir. Alma fait des petits boulots pour vivre quand d’autres vivent dans des conditions précaires dans une ville où la violence est déjà présente. Mais New-York, déjà à l’époque et encore aujourd’hui, reste New-York, la grande ville culturelle de tous les possibles, celle où tous les artistes rêvent d’y faire carrière, Alma la première.

Evidemment, son arrivée à Cuba est rocambolesque, symbolisée par un contrôle interminable des douanes qui vérifie ses valises remplies de choses qui ne conviennent pas à l’agent. Très vite, Alma se rend compte qu’elle n’est pas à sa place à Cuba, le pays des gardiens d’une révolution qu’elle ne connaît pas mais qu’elle va vite découvrir de par les politiques mises en place par Fidel Castro qui auront des conséquences sur sa vie à Cuba puis sur sa carrière ensuite.

L’ouvrage d’Alma Guillermoprieto fait pour moi partie de ces livres qui permettent de rentrer dans la Grande Histoire (ici celle de la révolution cubaine) par le prisme de la littérature mais aussi ici de la danse. Il permet au lecteur qui ne connaît pas grand-chose de cette histoire de découvrir certains aspects de la vie des cubains sous Castro et d’appréhender ce que furent les grandes lignes directrices de sa politique (souvent cruelles pour son peuple, l’auteure nous montrant notamment les nombreuses pénuries sur l’île à l‘époque mais aussi la répression qui touchait particulièrement les intellectuels et les artistes).

La révolution, la danse et moi est un livre que j’ai trouvé intéressant, même si je ne suis pas spécialement passionné par la danse car il nous permet d’avoir une réflexion sincère et originale sur l’Histoire.

 
 

Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 octobre 2020 : Tous aux abris

Couvre feu encore plus contraint, nouveau confinement, tout est possible et tout est à craindre pour la culture. Restons groupés comme dirait Bernard Lenoir. Nous continuons évidemment de vous proposer chaque semaine notre sélection culturelle. Et bien entendu, découvrez le replay de La Mare Aux Grenouilles #13 de ce samedi 24 octobre

Du côté de la musique :

"Labyrinth" de Khatia Buniatishvili
"Contrasts", la 3eme émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Dreamer" de Rosaway
"No future" de Samarabalouf
"Verdure" de The Hyènes
"Got the manchu" de We Hate You Please Die
et toujours :
"Armand-Louis Couperin : pièces de clavecin" de Christophe Rousset
"Ce qui suit" de Mondo Cane
"Awaiting ship" de Dominique Fillon Augmented Trio
"Soné ka-la 2 odyssey" de Jacques Schwarz Bart
"Killing Eve + Australie" nouveau mix de Listen in Bed
"LP2" de Pointe Du Lac
"Jorn" de Box Bigerri

Au théâtre :

une nouveauté :
"Tout Dostoievski" au Théâtre Le Lucernaire
des comédies pour rire et sourire :
"On purge bébé" au Théâtre de l'Atelier
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Dernier coup de ciseaux" au Théâtre des Mathurins
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"De quoi j'me mêle" au Théâtre d'Edgar
"Mon meilleur copain" au Palais des Glaces
les reprises :
"Françoise par Sagan" au Théâtre L'Archipel
"Caroline Loeb - Chiche !" au Théâtre L'Archipel
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Vous pouvez ne pas embrasser la mariée" à la Comédie des 3 Bornes
"Des Femmes" au Lavoir Moderne Parisien
"Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Voyage sur la route du Kikosaido - De Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernushi
"Pierre Dac - Du côté d'ailleurs" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"L’Age d’or de la peinture danoise (1801-1864)" au Petit Palais
"Man Ray et la mode" au Musée du Luxembourg
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa

Cinéma :

en salle :
"Une vie secrète" de Aitor Arregi, Jon Garano et José Mari Goenaga
"L'Avventura" de Michelangelo Antonioni
at home :
"India Song" de Marguerite Duras
"Au bout du conte" de Agnès Jaoui
"L'effet aquatique" de Solveig Anspach
"Pourquoi tu pleures ?" de Katia Lewkowicz
"Henri" de Yolande Moreau
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert

Lecture avec :

"Le dérèglement joyeux de la métrique amoureuse" de Mathias Malzieu & Daria Nelson
"Le proche orient" de Catherine Saliou
"Mondes en guerre - tome 3 : Guerres mondiales et impériales, 1870-1945" de André Loez
et toujours :
"L'ange rouge" de François Médéline
"Le prix de la vengeance" de Don Wislow
"De Gaulle, stratège au long cours" de François Kersaudy
"Georges Clemenceau, lettres d'amérique" de Patrick Weil et Thomas Macé
"Justice de rue" de Kris Nelscott
"Plus fort qu'elle" de Jacques Expert

Froggeek's Delight :

"Hades" sur Windows, Mac OS et Switch
Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=