Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Un conte de Noël
Théâtre Gérard Philippe  (Saint-Denis)  septembre 2020

Comédie dramatique d’après le film éponyme d’Arnaud Desplechin, adaptation par le Collectif In Vitro, mise en scène de Julie Deliquet, avec Julie André, Stephen Butel, Eric Charon, Solène Cizeron( en alternance Elise Martin), Olivier Faliez, Jean-Christophe Laurier, Agnès Ramy, Marie-Christine Orry, Thomas Rortais, David Seigneur, Hélène Viviès et Jean-Marie Winling.

Reprise du spectacle joué l'année dernière à l'Odéon, "Un conte de Noël" est sur le papier une adaptation théâtrale du film tourné en 2007 par Arnaud Desplechin.

Cinéaste clivant, petit-fils génial de la Nouvelle Vague pour quelques-uns, réalisateur intellectuel aux choix esthétiques maniérés pour d'autres, Desplechin ne cache pas son goût pour le théâtre, auquel il consacre son seul film en langue anglaise, "Esther Kahn" (2000). Disciple de Jean Renoir, on pourrait dire qu' "Un Conte de Noël" est sa "Règle du jeu" à lui.

Il est indéniable que ce « Conte de Noël » était marqué, comme le chef-d'oeuvre de Renoir, du début à la fin par la théâtralité et que Julie Deliquet n'a pas eu à bouleverser l'histoire pour la transposer sur scène.

Mieux, en étant obligée de s'en tenir à un décor représentant la maison des Vuillard où se déroule en trois ou quatre jours les fêtes de Noël, Julie Deliquet a pu se défaire des afféteries du film, de ses digressions et même de certaines scènes un peu gênantes comme celles concernant les "arabes" de Roubaix.

Elle a même gommé cette dimension en confiant le rôle de Spatafora, le seul ami qui participe à leur Noël, à David Seigneur alors que dans le film, il était joué par Samir Guesmi et qu'on faisait allusion à ses petits trafics.

Paradoxalement, en théâtralisant complètement le film de Desplechin, Julie Deliquet lui donne de l'air, permet à ceux qui ne l'aimaient pas ou qui le trouvaient inutilement compliqué avec sa dizaine de personnages de s'y intéresser... et d'en comprendre les tenants et les aboutissants.

Peut-être aussi que la présence de Catherine Deneuve comme épouse de Jean-Paul Roussillon ajoutait une note d'irréalité. On sait que la star s'est toujours refusée à monter sur les planches et l'associer à un monument du théâtre français laissait perplexe.

Ici, Junon, la mère, est interprétée par Marie-Christine Ory et son mari, Abel, par Jean-Marc Windling. Il n'y a pas de différence d'âge ni de statut. Les deux acteurs construisent un couple aimant crédible, confronté à la déflagration qu'est la maladie et ses conséquences familiales puisque Junon nécessite une greffe et doit trouver un proche compatible avec elle.

C'est cela qui va précipiter toute la famille dans un chaos total, où toutes les rancoeurs rances vont sortir enfin, comme si c'était a condition première nécessaire pour que la mère guérisse.

Très marquée par Tchekhov - on se souvient de son "Vania" - Julie Deliquet commence son "conte de Noël" par une longue scène d’exposition que n'aurait pas renié l'auteur de la "Mouette". Comme pour son "Vania", elle a choisi la bi-frontalité, et le public se sent très proche de cette bataille familiale.

Elle multiplie les morceaux de bravoure au gré des épisodes où sont impliqués successivement tous les personnages. De ce repas très roboratif, elle aurait pu extraire quelques plats pour ne garder que les scènes les plus fortes. Mais, on sent chez elle un plaisir encore juvénile pour "tout" mettre en scène.

Evidemment, le clou du film est "le" conte de Noël", car, chaque année, la famille joue au sens propre un texte. On aura droit à un extrait saignant du Titus de Shakespeare.

Toujours en mouvement, le travail de Julie Deliquet demande des acteurs d'une grande disponibilité et d'une attention de chaque instant. Elle est servie par douze acteurs qui forment vraiment une troupe.

Qu'il s'agisse des trois enfants du couple (Julie André, Stephen Butel et Eric Charon), de leur neveu (Jean-Christophe Laurier), de leurs petits-enfants (Solène Cizeron, Thomas Rortrais), des compagnes ou compagnons de leurs enfants (Olivier Faliez, Hélène Viviès, Agnès Ramy), tous sont à l'unisson.

A l'heure où règne le seul en scène, on est heureux de retrouver une "vraie" pièce dans l'adaptation cinématographique d'un film touffu et parfois complaisant. Julie Deliquet a mis la barre très haut pour réussi son pari : fournir un divertissement d'une grande qualité formelle qui, pendant deux heures et vingt-minutes, ne cesse de convaincre.

Une vraie réussite.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 20 septembre 2020 : Orages ...ô des...espoirs !

Ce bel été indien se termine sur des orages, du tonnerre et des inondations terribles. Décidément 2020 ne nous épargne rien. Dans l'espoir de jours meilleurs et se faire plaisir au milieu de tout cela, voici notre sélection culturelle de la semaine.

Du côté de la musique :

"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses
et toujours :
"Transience of life" de Elysian Fields
"Cerna vez" de Thomas Bel
"Bandit bandit" de Bandit Bandit
"Twins" de Collectif La Boutique
"Run run run (hommage à Lou Reed" de Emily Loizeau
Emily Loizeau en concert au CentQuatre
"Papillon blanc" de Gabriel Tur
"Dix chansons naturelles et sauvages" de Hugo Chastanet
"Both sides" le spectacle de Jeanne Added au CentQuatre

Au théâtre :

les nouveautés :
"Aux éclats..." au Théâtre de la Bastille
"Onéguine" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Surprise parti" au Théâtre de la Reine Blanche
"Mademoiselle Else" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Killing Robots" au Théâtre Paris-Villette
les reprises :
"Marie des Poules" au Théâtre du Petit Montparnasse
"Hector Obalk - Toute l'Histoire de la peinture en moins de deux heures" au Théâtre de l'Atelier
"Trinidad - Pour que tu t'aimes encore" au Studio Hébertot
"Carla Bianchi - Migrando" à la Nouvelle Seine
"Jos Jouben - L'Art du rire" à La Scala
"Mudith Monroevitz" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec "Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris
la dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - La collection de Madame" au Musée du Quai Branly
et toujours :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Ailleurs" de Gints Zilbalodis
at home :
"Caramel" de Nadine Labaki
"Tomboy" de Céline Sciamma
"Peur" de Danielle Arbid
"La Cour de Babel" de Julie Bertucelli
"La Bataille de Solférino" de Justine Triet

Lecture avec :

clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi

"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel
et toujours :
"Apeirogon" de Colum McCann
"Ce lien entre nous" de David Joy
"Dans la vallée du soleil" de Andy Davidson et "Les dynamiteurs" de Benjamin Whitmer
"Ensemble, on aboie en silence" de Gringe
"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz
"Mes fous" de Jean-Pierre Martin et "Et si on arrêtait de faire semblant" de Jonathan Franzen

Froggeek's Delight :

"A short hike" sur Windows, Mac, Linux, Switch

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=