Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ensemble, on aboie en silence
Gringe  (Editions Harper Collins)  septembre 2020

Si un jour on m’avait dit que je me retrouverais avec un ouvrage écrit par Gringe entre les mains, je ne suis pas sûr que j’y aurais cru. Sans être médisant à son égard, pour moi Gringe était (il l’est toujours d’ailleurs) le compagnon musical d’Orelsan (que j’aime bien), un jeune rappeur qui fait aussi du solo un acteur aussi. Mais de là à penser qu’il était aussi un auteur…

Et bien oui, la rentrée littéraire de septembre chez Harper Collins nous fait découvrir Gringe en tant qu’auteur et je dois bien avouer que les doutes que j’avais le concernant se sont très vite dissipés une fois que j’ai eu terminé son ouvrage d’à peine 180 pages. J’ai d’ailleurs trouvé que le titre était à la fois très original, particulièrement beau et terriblement en adéquation avec le contenu du livre.

L’histoire est celle de deux frères : l’un est candide, l’autre rageur. Leurs parents ont mis au monde la parfaite antithèse. Quand Thibault fonce, Guillaume calcule. Si Thibault tombe, Guillaume dissimule. L’un prend des risques quand l’autre prend ses précautions. C’est en quelque sorte l’amour du risque face à l’art de ne jamais perdre.

En 2001, Thibault est diagnostiqué schizophrène. A cela, un chevalier Lumière ne peut rien. Sa bascule, il fallait la raconter. Raconter la culpabilité, les traitements, la honte, les visions, l’amour, les voyages, les rires, la musique et l’espoir. Alors Thibault a accepté de livrer ses folles histoires. Et ses voix se sont unies à celle de son frère.

Pour tous ceux qui n’auraient encore compris, ceux qui ne sauraient pas que le vrai nom de Gringe est Guillaume Tranchant, l’ouvrage porte donc sur la vie de Gringe et de son frère atteint d’une terrible maladie.

Après nous avoir raconté la proposition d’un éditeur qui avait eu connaissance de sa vie et des problèmes de son frère en lisant un interview, Gringe nous explique comment il a réussi à obtenir l’accord de son frère. Il a très vite compris qu’il fallait qu’il l’intègre à l’écriture de cet ouvrage.

C’est donc ce que va faire Thibault dans cet ouvrage, il va répondre par des textes courts écrits en italique aux souvenirs d’enfance que nous raconte son frère Gringe. Gringe évoque son enfance, il a deux ans de plus que son jeune frère et il nous montre les différences qu’il remarque entre eux très rapidement. Il nous raconte aussi la maladie de son frère, leur relation et les mots qu’il emploie sont particulièrement touchants. C’est au final une véritable déclaration d’amour à son égard qu’il nous propose, une déclaration que nous lisons sans aucun sentiment de voyeurisme. Douleurs et mélancolie se côtoient au fil des pages avec en point d’orgue beaucoup de tendresse.

Les mots sont justes, il se dégage de cet ouvrage qui se lit quasiment d’une traite une grande sincérité. On a même l’impression que le texte de Gringe a été écrit d’un seul jet. On comprend mieux ce qu’est vraiment la schizophrénie, une maladie qui renferme beaucoup de maux et de clichés, une maladie qui touche beaucoup les accompagnants, comme toutes les maladies psychiatriques. Gringe nous montre par exemple très bien la dimension culpabilisante de cette maladie pour les autres.

Alors voilà, je dois avouer que cet ouvrage m’a convaincu. J’ai beaucoup aimé le style d’écriture (on ressent la patte artistique du rappeur) de Gringe et l’histoire fraternelle qu’il nous raconte. Ensemble, on aboie en silence est un ouvrage touchant que je vous conseille de lire, ne serait-ce que pour découvrir cette triste maladie mais aussi pour découvrir celui que l’on peut dorénavant qualifier d’auteur, un certain Gringe.

 

En savoir plus :
Le Facebook de Gringe


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 20 septembre 2020 : Orages ...ô des...espoirs !

Ce bel été indien se termine sur des orages, du tonnerre et des inondations terribles. Décidément 2020 ne nous épargne rien. Dans l'espoir de jours meilleurs et se faire plaisir au milieu de tout cela, voici notre sélection culturelle de la semaine.

Du côté de la musique :

"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses
et toujours :
"Transience of life" de Elysian Fields
"Cerna vez" de Thomas Bel
"Bandit bandit" de Bandit Bandit
"Twins" de Collectif La Boutique
"Run run run (hommage à Lou Reed" de Emily Loizeau
Emily Loizeau en concert au CentQuatre
"Papillon blanc" de Gabriel Tur
"Dix chansons naturelles et sauvages" de Hugo Chastanet
"Both sides" le spectacle de Jeanne Added au CentQuatre

Au théâtre :

les nouveautés :
"Aux éclats..." au Théâtre de la Bastille
"Onéguine" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Surprise parti" au Théâtre de la Reine Blanche
"Mademoiselle Else" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Killing Robots" au Théâtre Paris-Villette
les reprises :
"Marie des Poules" au Théâtre du Petit Montparnasse
"Hector Obalk - Toute l'Histoire de la peinture en moins de deux heures" au Théâtre de l'Atelier
"Trinidad - Pour que tu t'aimes encore" au Studio Hébertot
"Carla Bianchi - Migrando" à la Nouvelle Seine
"Jos Jouben - L'Art du rire" à La Scala
"Mudith Monroevitz" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec "Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris
la dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - La collection de Madame" au Musée du Quai Branly
et toujours :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Ailleurs" de Gints Zilbalodis
at home :
"Caramel" de Nadine Labaki
"Tomboy" de Céline Sciamma
"Peur" de Danielle Arbid
"La Cour de Babel" de Julie Bertucelli
"La Bataille de Solférino" de Justine Triet

Lecture avec :

clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi

"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel
et toujours :
"Apeirogon" de Colum McCann
"Ce lien entre nous" de David Joy
"Dans la vallée du soleil" de Andy Davidson et "Les dynamiteurs" de Benjamin Whitmer
"Ensemble, on aboie en silence" de Gringe
"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz
"Mes fous" de Jean-Pierre Martin et "Et si on arrêtait de faire semblant" de Jonathan Franzen

Froggeek's Delight :

"A short hike" sur Windows, Mac, Linux, Switch

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=