Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Fin de combat
Karl Ove Knausgaard  (Editions Denoël)  août 2020

Voilà, c’est fini. L’immense œuvre littéraire entreprise par l’auteur Norvégien Karl Ove Knausgaard prend fin avec son dernier tome intitulé Fin de combat qui vient de sortir chez Denoël. Le cycle autobiographique culte Mon combat s’achève donc après avoir été vendu à plusieurs millions d’exemplaires dans le monde et traduit dans 22 langues. Son autobiographie, divisée en six volumes a fait accéder l’auteur à une reconnaissance mondiale parfaitement méritée.

Il nous aura donc fallu attendre un peu plus d’un an pour pouvoir accéder à ce dernier tome après l’excellent Comme il pleut sur la ville.

Dans ce sixième volume qui clôt magistralement ce cycle autobiographique, Karl Ove Knausgaard examine la vie, la mort, l’amour et les conséquences de son œuvre sur sa vie personnelle. Karl Ove Knausgaard est alors âgé de 40 ans, il partage son quotidien entre l’écriture et l’éducation de ses trois enfants en bas âge. Il vit à l’époque à Malmö dans un appartement avec une vie réglée comme du papier à musique.

Sa vie prend une autre tournure lorsque son oncle prend contact avec lui pour s’opposer à la publication du premier volume de Mon combat. Knausgaard se retrouve alors plongé dans une grande angoisse qui va déséquilibrer profondément ses relations avec sa femme.

Comme dans les ouvrages précédents, sa vie que l’auteur nous raconte est aussi l’occasion pour lui de nous révéler de nombreuses réflexions sur de nombreux sujets. C’est évidemment cela qui a permis à l’auteur de rencontrer le succès avec son autobiographie. C’est aussi ses nombreuses digressions qui lui ont permis d’atteindre autant de pages pour son autobiographie.

Ici, l’auteur nous propose une réflexion bouleversante sur les rapports de l’auteur à son père, pierre angulaire de sa démarche d’écriture. Le début de son œuvre débutait avec le récit intime et touchant de la mort de son père. C’est d’ailleurs à propos des écrits sur son père qu’il voit son oncle tenter de s’opposer à la publication du livre.

L’auteur nous propose aussi une réflexion particulièrement intéressante sur certains évènements marquants du 20ème siècle comme le nazisme qu’il met en parallèle de façon audacieuse avec sa propre existence. Il profite d’une longue digression pour nous offrir une sorte d’essai consacré à Hitler en nous expliquant la façon dont il est perçu.

Ce n’est évidemment pas une surprise de le voir nous parler d’Hitler car l’on savait déjà que le titre de son œuvre Mon combat faisait référence au livre écrit par Hitler pendant son passage en prison. On sait que l’auteur norvégien est un (brillant) provocateur et que ses écrits ont aussi souvent créé la polémique, notamment lors de la publication du premier tome qui brossait un portrait peu reluisant de son père (entre violence et alcoolisme) et traitait de son agonie. Avec ce dernier tome, la polémique est réapparue avec ses écrits sur Hitler. Le Norvégien devait s’y attendre.

Alors voilà, Fin de combat, excellent ouvrage dans la lignée des cinq précédents, vient donc clôturer l’énorme entreprise littéraire du norvégien qui nous aura raconté toute sa vie et son quotidien. Une vie au final banale et plutôt ordinaire qui nous aura passionné pendant de nombreuses années pour une raison assez simple. Quand l’auteur norvégien nous parle de sa vie, il nous parle en même temps de celle des autres. Ce qu’il nous raconte dans ses longues digressions du monde et de nos sociétés nous parlent aussi évidemment. Son œuvre a incontestablement une dimension sociologique, peut-être même politique et idéologique. Mon combat est au final une œuvre autobiographique incroyable que je suis ravi d’avoir lue.

 

A lire sur Froggy's Delight :
La chronique de "En automne" du même auteur
La chronique de "Comme il pleut sur la ville" du même auteur


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 10 octobre 2021 : la petite lorgnette de la culture

C'est reparti pour un tour, on vous prépare des choses pour la fin d'année avec les amis du Village Pop mais aussi dans le look de votre site préféré. En attendant, voici le replay de la MAG34 et bien entendu le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Glow on" de Turnstile
"9" de 21 Grammes
"Satellite" de Fabulous Sheep
"55" de Heimlich
"Schubert : Sonates pour piano D840 & D960" de Jean Marc Luisada
"Mixology" de Katerina Fotinaki
"Love Letters" la nouvelle émission de Listen In Bed qui cause de Metronomy
"Awé !" de Samy Thiébault
"Diaporama" de Stéphanie Acquette
"Mumbo Jumbo" de Dragon Rapide
"La nuit des stéphanois" au Fil de Saint Etienne
et toujours :
"Mary's Ideas : Umlaut Big Band plays Mary Lou Williams" de Umlaut Big Band
"From dreams to dust" de The Felice Brothers
"A bright interval" de Sweet Gum Tree
Rencontre avec Marianne Piketty autour de son disque "Vivaldi l'âge d'or"
"Fracture" saison 3 émission 2 de Listen In Bed
"En suspens" de Daniel Jea
"Chaleur digitale" de Collateral

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Pour ne pas finir comme Roméo et Juliette" au Théâtre des Abbesses
"A.I.R." au Théâtre La Flèche
les reprises :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Portrait de Raoul" au Monfort Théâtre
"Accusé.e" au Théo Théâtre
"Mon meilleur copain" à la Comédie de Paris
"Jos Houben - L'art du rire" à La Scala
"Mathieu Penchinat - Qui fuis-je ? " au Théâtre du Marais
"Machine de Cirque" à La Scala
les autres spectacles à l'affiche
et le théâtre dans son salon avec des captations intégrales en streaming gratuit
"Acqua Alta" au Théâtre national de Chaillot
"Est-ce que j'ai une gueule d'Arletty ?" au Théâtre du Petit Montparnasse

Expositions :

"Jean-Michel Othoniel- Le Théorème de Narcisse" au Petit Palais
"Soutine/de Kooning, la peinture incarnée" au Musée de l'Orangerie
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"Vernon Subutex 1" de Hannes Rossacher
"Tu ne tueras pas" de Krzysztof Kieslowski
"Un Condé" de Yves Boisset
"L'Ange exterminateur" de Luis Bunuel
"A Fish swimming upside down"de Eliza Petkova
"Hadewijch" de Bruno Dumont

et en salle un documentaire "Leur Algérie" de Lina Soualem

Lecture avec :

Les conquérants de la steppe, d'Attila au khanat de Crimée, Ve-XVIIIe siècle" de Arnaud Blin
"Le jardin des monstres" de Lorenza Pieri
"Kérozène" de Adeline Dieudonné
"En automne" de Karl Ove Knausgaard
"Danton et Robespierre, le choc de la révolution" de Loris Chavanette
"Danseurs sur le rivage" et "Dem" de William Melvin Kelley
et toujours :
"Venise" de Elisabeth Crouzet-Pavan
"Sur l'île noire" de Sonja Delzongle
"Rien à déclarer" de Richard Ford
"Le chat, le général et la corneille" de Nino Haratischwilli
"L'unique goutte de sang" de Arnaud Rozan
"Apocalypse Show, quand l'Amérique s'effondre" de Anne-Lise Melquiond

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=