Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration
Musée d'At Moderne de Paris  Du 18 septembre 2020 au 10 janvier 2021

Avec l'exposition "Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration", le Musée d’Art Moderne de Paris propose un coup de projecteur sur l'oeuve d'un peintre roumain affilié au mouvement surréaliste mais dont le nom et la notoriété sont éclipsés par ceux de ses figures emblématiques tels André Breton, De Chirico, Dali ou Magritte.

Cette exposition-hommage révèle une oeuve atypique non formatée à l'aune surréaliste et orientée par une mythologie personnelle qui, sur la durée, et mise en évidence par le parcours chronologique élaboré par la commissaire Sophie Krebs, conservatrice en chef au Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris, avec la collaboration scientifique de Jeanne Brun, conservatrice du patrimoine et Camille Morando, docteure en histoire de l'art, s'inscrit dans une conception holitisque de l'art.

Victor Brauner : "Pour moi, peindre c'est la vie, la vraie vie, ma vie...

La rétrospective présentée permet trois constatations. D'une part, l'ésotérisme constitue le fil rouge de l'oeuvre de Victor Brauner, ce qui n 'est pas surprenant en son temps où les sciences occultes irriguent les arts, propension qui se trouve, en l'espèce, exacerbée par un atavisme balkanais, tel pour Mucha et Kupka récemment exposés à Paris, et le spiritisme auquel s'adonnait son père.

Il indique que ses tableaux, outre leur charge émotionnelle, possèdent "un sens d'envoûtement, de contre-envoûtement, de magie, d'attirance et de protection" tel un objet magique.

D'autre part, la multiplicité des sources d'inspiration qui concourent à un syncrétisme stylistique et une évolution depuis les oeuvres cubo-futuristes de jeunesse au sein de l'avant-garde dadaïste ("Portrait de Mme RB", "Sans titre", "L'Iincendie de la banque de crédit") au néo-primitivisme.

Les oeuvres ultimes des années 60 révèlent une iconographie influencée par les arts premiers avec la simplification et l'aplanissement des formes qui renvoient au vocabulaire de l'art africain ("La Formatrice", "Le Grand transparent").

Et la stylisation géométrique de motifs et de symboles évoquant les mosaïques aztèques, dans le cadre de la représentation d'une cosmogonie personnelle ("La Mère des oiseaux", "L'Aéroplapa", "L"Automoma") basée sur l'animisme ("Tableau à quatre pattes").

Celle-ci est déjà présente dans certaines oeuvres des années trente comme "Cérémonie" qui ouvre la monstration et est repris en zoom pour le visuel de l'affiche, et notamment "Rencontre avec moi-même aux quatre chats du monde".

Entre temps, au sein de la diaspora de l'avant-garde roumaine exilée à Paris, l'influence dadaiste perdure avec sa variation sur la figure satirique d'Ubu inventée par Alfred Jarry avatarisée en ogre dévoreur d'enfants figurés par des poupons en celluloïd incrustés sur la toile ("Force de concentration de Monsieur K.", "Morphologie de l'homme", "L'Etrange Cas de Monsieur K.").

Mais surtout, Brauner participe à l'aventure surréaliste menée par André Breton de manière ambigue : bien qu'affilié et ayant notamment participé en 1938 à l'Exposition internationale du surréalisme, il précise "...qu’on ne dise pas que je suis un peintre surréaliste : ça n’existe pas ! Il y a seulement une certaine peinture qui correspondait aux recherches des surréalistes."

Du florilège exposé résulte une impression de résonance avec, et entre autres, le symbolisme d'Odilon Redon ("Souffrance, souffrance"), les formes mécanomorphiques de Picabia ("Le Simulacre"), le surréalisme métaphysique de De Chirico ("La ville qui rêve"), celui fantastique de Balthus ("Fascination" autour de la "Loup-Table"), au féminin de Leonor Fini ("Héron d'Alexandrie") et le surréalisme picassien ('Antithèse").

Ainsi que l'art naïf du Douanier Rousseau avec "La rencontre du 2 bis, rue Perrel" pour lequel il insère dans le décor de "La Charmeuse de serpent” la figure de son "Congloméros".

Le Congloméros, contraction de conglomérat et Eros, se compose d'une série de dessins dans lesquels Victor Brauner décline sa conception de l'être primordial, fusion du masculin et du féminin sous forme d'un hermaphrodite résultant de l'hybridation d'une femme et deux hommes qui ont également donné lieu à des représentations en trois dimensions.

Dans la belle salle dédiée, les plâtres "Nombre", "Congloméros", "Signe (Le Vent"), non signés mais réalisés par le sculpteur Michel Herz qui fut l'ami de Victor Brauner; sont mis en regard de la toile "La Palladiste" qui revisite le mythe du paradis perdu.

A voir en video un extrait du documentaire "Victor Brauner - Le grand illuminateur totémique" de la collection Phare créée et dirigée par Aube Breton réalisé par Fabrice Maze.

 
En savoir plus :

Le site officiel du Musée d'Art Moderne de PAris

Crédits photos : MM
avec l'aimable autorisation du Musée d'Art Moderne de Paris


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 9 mai 2021 : Toujours plus proche de la sortie

On apprend par coeur le calendrier de dé-confinement, on espère les vaccins au plus vite, retrouver les salles de spectacles, les restos, bref on serait presque heureux. Pour le moment, voici le sommaire de la semaine avec la Mare Aux Grenouilles #27 samedi et un concert/interview de La Reine Garçon le 22 mai. Suivez la chaine Twitch.

Du côté de la musique :

"Flux flou de la foule" de Françoiz Breut
"Eiskeller" de Rover qui nous en parle en interview
"Let's do porn" de Captain Obvious
"The moon and stars : prescriptions for dreamers" de Valérie June
"Van Weezer" de Weezer
"Le grand secret des oiseaux de sable" de Ceylon
"Electron libre" de Hae-Sun Kang
"Chronicles of an inevitable outcome" de Intraveineuse
"Autobiographie Pirate" de Lady Arlette
"Vous écoutez quoi en travaillant ?" la 10ème émission de la saison 2 de Listen In Bed avec Guillaume Long, Flavien Girard et Francis Bourganel
"Augustin Pfleger : the life and passion of the christ" de Orkester Nord et Martin Wahlberg
"Beneath" de Tremor Ama
et toujours :
"Once" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
"Drôles de dames" de Fabrice Martinez, Laurent Bardainne et Thomas de Pourquery
"Statistic ego", de Fauxx
"Fallen chrome" de Jac Berrocal & Riverdog
"Nikolai Tcherepnin : Le Pavillon d'Armide op 29" de Henry Shek & Moscow Symphony Orchestra
"Bal Kabar" de David Sicard
"Surrounding structures" de Veik
"Amnésique, mais d'une bonne manière (avec Francis Bourganel, Guillaume Long et Flavien Girard)" 9ème émission de Listen In Bed saison 2
"A Tania Maria journey" de Thierry Peala & Verioca Lherm
"Can't wait to be fine" de We Hate You You Please Die

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La Mélancolie des dragons" de Philippe Quesne
"Richard III - Loyauté me lie" de Jean Lambert-wild
"Bestie di scena" de Emma Dante
"Ali Baba" de Macha Makeïeff
"Noire" de Tania de Montaigne
"On ne voyait que le bonheur par Grégori Baquet
"Aimez-moi" de Pierre Palmade

Expositions :

en virtuel :
"Valadon et ses contemporaines. Peintres et sculptrices, 1880-1940" au Musée des Beaux-Arts de Limoges
"Matisse, comme un roman" au Centre Pompidou
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Luxes" au Musée des Arst Décoratifs
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre

Cinéma :

at home :
"Les Beaux Jours" de Marion Vernoux
"Les Garçons sauvages" de Bertrand Mandico
"Un amour de jeunesse" de Mia Hansen-Love
"Hyènes" de Djibril Diop Mambéty
"De bruit et de fureur" de Bertrand Mandico
"Cosmos" de Andrzej Zulawski
"Cria Cuervos" de Carlos Saura

Lecture avec :

"Une toute petite minute" de Laurence Peyrin
"Rome, naissance d'un empire" de Stéphane Bourdin & Catherine Virlouvet
Rencontre avec Olivier Bal auteur de "La forêt des disparus"
"Le mari de mon frère" de Gengoroh Tagame
"Le bal des folles" de Victoria Mas et "Ici n'est plus ici" de Tommy Orange
et toujours :
"Patti Smith : Horses" de Véronique Bergen
"Les sorcières de la littérature" de Taisia Kitaiskaia & Katy Horan
"Je ne suis pas encore morte" de Lacy M. Johnson
"La famille" de Suzanne Privat
"Le brutaliste" de Matthieu Garrigou-Lagrange
"Les fossoyeuses" de Taina Tervonen

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=