Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La folle et inconvenante histoire des femmes
Théâtre Le Funambule-Montmartre  (Paris)  septembre 2020

Seul en scène écrit par Laura Léoni, interprété par Diane Prost dans une mise en scène de Laetitia Gonzalbes.

Qui de mieux que des femmes pour parler… des femmes. "La folle et inconvenante histoire des femmes" est née en effet de la rencontre fructueuse de trois artistes de talents.

Diane Prost, comédienne formée au Cours Florent et à l’initiative du projet, bientôt rejointe par Laura Léoni, auteure engagée et occasionnellement chroniqueuse culturelle pour L’Humanité, puis par Laetitia Gonzalbes, metteuse en scène remarquée de la Compagnie Kabuki ("Je m'appelle Erik Satie comme tout le monde" et "Anna Karénine" qui abordait déjà les thèmes de la liberté féminine et l'homosexualité).

Tout est parti d’un constat implacable : des femmes dans l’Histoire, il n’est jamais, ou presque pa, question. Réceptacles de la fertilité des hommes, elles sont objets de plaisir ou objets tout court, esclaves, monnaie d’échange, vierges adulées, matrones respectées, putes, courtisanes, mères, sœurs, épouses mais rarement parties prenantes des grands évènements fondateurs et passés à la postérité.

"La folle et inconvenante histoire des femmes" donne donc justement la parole à ces femmes, anonymes ou plus connues, réelles ou fictives, hétérosexuelles ou homosexuelles, pour raconter un autre versant moins populaire et moins brillant de notre passé, pour mieux comprendre notre présent.

Dans un seul en scène loufoque, dynamisant et militant Diane Prost prête ainsi sa voix et sa flamboyance à une myriade de personnages féminins. Au programme ? Rien de moins que toute l’histoire de la condition féminine du Néolithique à nos jours.

De Paypal, la femme des cavernes symbole de paix et monnaie d’échange, à Clamydia pute et néanmoins femme libre de Athènes, ou encore Hildegarde dame du Moyen âge et qui brûlera en enfer pour avoir osé penser mais pourra prendre le voile pour profiter sans ombrage de l’amour de ses sœurs (jugé inconséquent puisque à but non reproductif) c’est toute une galerie de portraits bien sentis et sans sentimentalisme qui se succèdent sans temps mort, sans oublier les Jeanne d’Arc, Olympe de Gouges, Georges Sand ou Colette.

S’il y est question sans pudibonderie de sexualité, mais également du code civil et de droit de vote, les grands auteurs ne sont pas oubliés, tel Aristote qui décréta "une faiblesse ontologique et une défectuosité naturelle" de la femme ("Comme quoi on peut dire n’importe quelle connerie avec une toge et ce sera appelé de la philosophie" rétorque Laura Léoni par le biais de Diane Prost) ou encore Rousseau qui énonçait que "La femme est faite pour céder à l'homme et pour supporter même son injustice".

Laetitia Gonzalbes signe une mise en scène fluide et maligne imaginée autour d’un simple vêtement (un pyjama de soie crème) qui devient tour à tour toge, habit d’homme, ou robe de courtisane et d’un écran de fond de scène où se dévoilent les créations vidéo de l’artiste Suki, synchronisées avec la performance de Diane Frost.

Simple dessin évocateur d’une époque ou petite animation donnant la réplique à la comédienne, ces scénettes animées s’imbriquent habillement à la narration la rendant vivante et moderne, évitant ainsi le piège du soliloque poussif.

Mais comment cette pièce pourrait-elle l’être, poussive, lorsque la plume de Laura Léonie se montre aussi volontiers insolente et ostensiblement sulfureuse ? Et si le propos, volontairement militant envers la cause homosexuelle, manque parfois de nuance, c’est toujours au service du ton et dans une volonté d’être percutant sans victimisation ni larmoyance, et donc d’interpeler un spectateur hilare ou agacé, mais rarement indifférent.

Un grand bravo à Diane Prost, pétulante, sensible, mordante et aussi convaincante en nonne qu’en catin et qui mène à tambour battant cette odyssée féministe.

 

Cécile B.B.         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 octobre 2020 : Tous aux abris

Couvre feu encore plus contraint, nouveau confinement, tout est possible et tout est à craindre pour la culture. Restons groupés comme dirait Bernard Lenoir. Nous continuons évidemment de vous proposer chaque semaine notre sélection culturelle. Et bien entendu, découvrez le replay de La Mare Aux Grenouilles #13 de ce samedi 24 octobre

Du côté de la musique :

"Labyrinth" de Khatia Buniatishvili
"Contrasts", la 3eme émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Dreamer" de Rosaway
"No future" de Samarabalouf
"Verdure" de The Hyènes
"Got the manchu" de We Hate You Please Die
et toujours :
"Armand-Louis Couperin : pièces de clavecin" de Christophe Rousset
"Ce qui suit" de Mondo Cane
"Awaiting ship" de Dominique Fillon Augmented Trio
"Soné ka-la 2 odyssey" de Jacques Schwarz Bart
"Killing Eve + Australie" nouveau mix de Listen in Bed
"LP2" de Pointe Du Lac
"Jorn" de Box Bigerri

Au théâtre :

une nouveauté :
"Tout Dostoievski" au Théâtre Le Lucernaire
des comédies pour rire et sourire :
"On purge bébé" au Théâtre de l'Atelier
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Dernier coup de ciseaux" au Théâtre des Mathurins
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"De quoi j'me mêle" au Théâtre d'Edgar
"Mon meilleur copain" au Palais des Glaces
les reprises :
"Françoise par Sagan" au Théâtre L'Archipel
"Caroline Loeb - Chiche !" au Théâtre L'Archipel
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Vous pouvez ne pas embrasser la mariée" à la Comédie des 3 Bornes
"Des Femmes" au Lavoir Moderne Parisien
"Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Voyage sur la route du Kikosaido - De Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernushi
"Pierre Dac - Du côté d'ailleurs" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"L’Age d’or de la peinture danoise (1801-1864)" au Petit Palais
"Man Ray et la mode" au Musée du Luxembourg
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa

Cinéma :

en salle :
"Une vie secrète" de Aitor Arregi, Jon Garano et José Mari Goenaga
"L'Avventura" de Michelangelo Antonioni
at home :
"India Song" de Marguerite Duras
"Au bout du conte" de Agnès Jaoui
"L'effet aquatique" de Solveig Anspach
"Pourquoi tu pleures ?" de Katia Lewkowicz
"Henri" de Yolande Moreau
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert

Lecture avec :

"Le dérèglement joyeux de la métrique amoureuse" de Mathias Malzieu & Daria Nelson
"Le proche orient" de Catherine Saliou
"Mondes en guerre - tome 3 : Guerres mondiales et impériales, 1870-1945" de André Loez
et toujours :
"L'ange rouge" de François Médéline
"Le prix de la vengeance" de Don Wislow
"De Gaulle, stratège au long cours" de François Kersaudy
"Georges Clemenceau, lettres d'amérique" de Patrick Weil et Thomas Macé
"Justice de rue" de Kris Nelscott
"Plus fort qu'elle" de Jacques Expert

Froggeek's Delight :

"Hades" sur Windows, Mac OS et Switch
Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=