Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Crise de nerfs
Théâtre de l'Atelier  (Paris)  septembre 2020

Textes de Anton Tchekov interpréts par Jacques Weber, Manon Combes et Loïc Morbihan dans une mise en scène de Peter Stein.

Si l'on va régulièrement au théâtre, on a certainement déjà vu les "3 farces" de Tchekhov qui, cette fois sont dans les mains expertes de Peter Stein et de Jacques Weber.

Tellement expertes qu'elles ont savamment ordonnées le spectacle. D'abord, "Le Chant du Cygne" qui n'est pas stricto sensu du théâtre puisqu'il s'agit d'une nouvelle, mais qui a souvent été transposée sur scène parce qu'elle raconte la rencontre fortuite d'un acteur et d'un souffleur sur scène bien après la représentation. L'acteur, au bout de sa carrière, pour une ultime fois, va se confronter aux grands auteurs qu'il a servis toute sa vie.

Jacques Weber et Peter Stein ont une vision "farcesque" du texte et l'acteur, hirsute, mal démaquillé, habillé en vieux tragédien construit son personnage dans l'ambiguité de la démesure. Jadis, un Jacques Mauclair jouait le chuchotement mélancolique. Weber, lui, est tonitruant face à un souffleur lunaire et fantomatique (Loïc Mobihan).

Sur une scène brute, une atmosphère de coulisse, Weber entre doucement dans l'univers de Tchekhov, à la limite du contre-sens, sauvé par l'ampleur de son jeu. Mais dans "Les Méfaits du tabac", cette fois-ci un monologue sous forme de conférence, cette ampleur "énorme" est incontestable.

Placé dans un écrin de toute beauté par le scénographe Ferdinand Woegerbauer, éclairé idéalement par David Maul, il frôle dans le costume que lui a fabriqué Anne Maria Heinreich la limite du grotesque sans jamais y tomber.

Pathétique dans ses propos, il est sur le fil entre un rire qu'il provoque ou qu'il subit. Dénonçant le tabac en prisant lui-même n'arrange pas ses affaires. Malgré tout, il sait jusqu'où aller pour ne pas risquer que le malaise s'installe dans son public. Cette justesse de ton dans la dérision n'est pas à la portée de n'importe quel acteur. On comprend aussi pourquoi Peter Stein tient à être considéré comme un "metteur en scène d'acteurs".

Les deux compères vont ainsi passer au crescendo final, à l'apothéose par le théâtre avec "Une demande en mariage", cette fois-ci une vraie courte pièce à trois personnages et un canapé.

Comme dans "Les méfaits du tabac", on peut dire que le décor, les costumes, les lumières concourent à la totale réussite de l’entreprise. Il suffit de voir débarquer Jacques Weber dans sa belle tenue verte, très "russe" avec sa casquette et ses bottes.

On pourrait presque être à Moulinsart dans quelques cases d'une bande dessinée dite "ligne claire". Weber n'y est pas en position de force, il est le père observateur amusé ou faussement courroucé, qui regarde sa fille (Manon Combes) se quereller avec celui qu'elle devrait mathématiquement épouser (Loïc Mobihan).

Le travail de Peter Stein et le jeu de Weber parviennent ensemble à une perfection vertigineuse. Tout ce qui paraissait ne pas atteindre totalement son but dans les deux premières "farces" n'étaient que les banderilles pour que la corrida gagne une dimension historique dans la troisième. Ils sont incontestablement aidés par Manon Combes, parfaite en amoureuse colérique.

Rarement un spectacle réussi explique lui-même les clés de sa réussite. Dans "Crise de nerfs", le miracle se produit et la perception que l'on en a n'est soumise à aucun effort didactique. Stein et Weber ont l'évidence du génie théâtral.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 2 mai 2021 : En mai fait ce qu'il te plaît ? peut-être

Une lueur dans la nuit, un espoir de concerts, de théâtres, de cinéma et soyons fous de restaurants... croisons tous nos doigts, tous ensemble. D'ici là, voici de quoi garder espoir et soutenir la culture. Commençons bien sûr par le replay de la MAG #26

Du côté de la musique :

"Once" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
rencontre avec Rover qui nous parle de son nouvel album
"Drôles de dames" de Fabrice Martinez, Laurent Bardainne et Thomas de Pourquery
"Statistic ego", de Fauxx
"Fallen chrome" de Jac Berrocal & Riverdog
"Nikolai Tcherepnin : Le Pavillon d'Armide op 29" de Henry Shek & Moscow Symphony Orchestra
"Bal Kabar" de David Sicard
"Surrounding structures" de Veik
"Amnésique, mais d'une bonne manière (avec Francis Bourganel, Guillaume Long et Flavien Girard)" 9ème émission de Listen In Bed saison 2
"A Tania Maria journey" de Thierry Peala & Verioca Lherm
"Can't wait to be fine" de We Hate You You Please Die
et toujours :
"EAT" le 20ème mix de la saison 2 de Listen In Bed
"Orchestral works" de Hans Rott
"Heavy ground" de Liquid Bear
"Piano sonata by Maki Namekawa" de Philip Glass
"Impressions" de Sophie Dervaux
"Fart patrol" de Steam Powered Giraffe"
Un petit tour des clips du moment qui annoncent de beaux albums

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Iphigénie" de Racine
"Atelier Vania" de Jacques Weber, Christine Weber et Marc Lesage
"A tort et à raison" de Ronald Harwood
"Le Bouffon du Président" d'Olivier Lejeune
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Cyrano m'était conté" de Sotha
"CirkAfrika" du Cirque Phenix

Expositions :

en virtuel :
"Les Musiques de Picasso" à la Philarmonie de Paris
"Peintres femmes, 1780 - 1830 - Naissance d'un combat" au Musée du Luxembourg
"Leonetto Cappello, l'affiche et la parfumerie" au Musée international de la Parfumerie à Grasse
"Jean-Michel Basquiat" à la Fondation Louis Vuitton
"Rêver l'univers" au Musée de la Poste
"Vêtements modèles" au Mucem

Cinéma :

at home :
"Un adultère" de Philippe Harel
"Caprice" d''Emmanule Mouret
"Daft Punk's Electroma" de Guy-Manuel De Homem-Christo et Thomas Bangalter
"Ariel" de Aki Kaurismaki
et des muscles et de l'action avec :
"L'Arme parfaite" de Titus Paar
"La Crypte du Dragon" de Eric Styles
"Black Water" de Pasha Patriki

Lecture avec :

"Patti Smith : Horses" de Véronique Bergen
"Les sorcières de la littérature" de Taisia Kitaiskaia & Katy Horan
"Je ne suis pas encore morte" de Lacy M. Johnson
"La famille" de Suzanne Privat
"Le brutaliste" de Matthieu Garrigou-Lagrange
"Les fossoyeuses" de Taina Tervonen

et toujours :
Rencontre avec Benjamin Fogel
"Le silence selon Manon" de Benjamin Fogel
"Christopher Nolan, la possibilité d'un monde" de Timothée Gérardin
"Disparues" de S. J. Watson
"Ecoutez le bruit de ce crime" de Cedric Lalaury
L'iconopop, saison 2
"Locke & Key" de Joe Hill & Gabriel Rodriguez
"Morgane" de Simon Kansara & Stéphane Fert
"Quand la ville tombe" de Didier Castino
"Tout le bonheur du monde" de Claire Lombardo
"Vivre la nuit, rêver le jour" de Christophe

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=