Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Grand Inquisiteur
Théâtre national de l'Odéon  (Paris)  septembre 2020

Comédie dramatique d'après un roman de Fedor Dostoïevski, adaptation et mise en scène de Sylvain Creuzevault, avec Nicolas Bouchaud, Sylvain Creuzevault, Servane Ducorps, Vladislav Galard, Arthur Igual, Sava Lolov, Frédéric Noaille, Blanche Ripoche et Sylvain Sounier.

Les fins connaisseurs de Dostoïevski, et particulièrement de son roman majeur, "Les Frères Karamazov" n'ignorent pas que "Le Grand Inquisiteur" est un poème composé par Ivan Karamazov que celui-ci lit à son cadet, Aliocha.

Les autres pourront l'entendre in extenso dans la pièce au titre éponyme inspiré à Sylvain Creuzevault, son metteur en scène. Comme toujours, le théâtre dont il raffole, est un théâtre de parole, un théâtre où les "grands hommes" sont souvent présents pour exprimer leurs pensées contradictoires.

Ici, on croisera dans le capharnaüm d'une scène très peuplée : Jésus et Karl Marx (Arthur Igual), Margaret Thatcher (Frédéric Noaille), Donald Trump (Servane Ducorps), le pape (Vladislas Galard), Joseph Staline (Sylvain Sounier) et Heiner Muller (Nicolas Bouchaud). Et bien entendu, les très attendus frères Karamazov, Sylvain Creuzevault en Ivan et encore une fois Arthur Igual en Aliocha. Sans oublier le fameux grand Inquisiteur (Sava Lolov).

On se souvient tous de la fameuse phrase de Dostoïevski, "Si Dieu n'existe pas, tout est permis". Le texte de Sylvain Creuzevault dit par tous ces "people" de la politique tourne autour de cette citation et décrit l'état du monde après les expériences communistes, fascistes et ultra-libérales.

C'est évidemment le plus récent protagoniste, et le seul à ne point être homme ou femme de pouvoir, Heiner Muller qui, derrière ses lunettes noires, assène ce qui se rapproche de la vérité post-dostoïevskienne : l'homme sans Dieu n'est pas plus libre qu'au temps où l'homme ne pouvais se passer de transcendance.

Il a expérimenté au 20èmeme siècle ce que l'écrivain russe pressentait au dix-neuvième siècle dans son poème où Jésus revenu au temps de la Sainte Inquisition est tout de suite emprisonné par le Grand Inquisiteur qui a déjà fixé son sort...

Quand Heiner Müller parle, ses propos apparaissent en sur-titres. Sur cette scène à l'origine toute blanche, et désormais ensanglantée par la mort de Jésus, et peuplée de tous les protagonistes pré-cités, on se croirait dans un film du Godard des dernières périodes.

Un film, où chacun pourrait se succéder dans le cadre, de manière aléatoire, alors que défilerait le long discours de Müller convoquant Adorno, Kafka, James G.Ballard, l'Apocalypse de Saint-Jean et Auschwitz pour faire le point sur l'état actuel d'un monde ou le bien et le mal sont revenus en force, alors que les utopies ratées devenues sanguinaires, comme le communisme transformé en léninisme, ou stupides comme le libéralisme abêti par Thatcher et Trump rêvaient de dépasser le manichéisme religieux au profot d'un homme nouveau.

II faudra parfois s'accrocher pour suivre les méandres de la pensée de Sylvain Creuzevault, qui, à l’instar de celle de Godard ou de Müller est plus dans la fulgurance poétique que dans la rigueur philosophique.

Ceux qui n'apprécieront que modérément ce grand guignol, superbement scénographié par Jean-Baptiste Bellon et mis en scène avec un bel aplomb par Sylvain Creuzevault, trouveront que le texte est aussi abscons que celui débité par Bernard-Henri Lévy dans "Hôtel Europa". Les autres, au contraire, apprécieront cette tentative désespérée pour faire jaillir enfin du sens, vingt ans après le début d'un millénaire qui ne multiplie que les sens interdits.

Typique du malentendu de l'art dramatique d'aujourd'hui "Le Grand Inquisiteur" pose des questions à un spectateur qui, souvent, croit encore que le théâtre, au contraire, existe pour donner des réponses à ces propres interrogations...

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 octobre 2020 : Le grand incendie

Plutôt que de subir ce nouveau couvre feu, faisons feu de tout bois et sortons, chacun avec nos moyens, la culture de ce marasme actuel. Voici donc le programme de la semaine sans plus attendre.

Du côté de la musique :

"Armand-Louis Couperin : pièces de clavecin" de Christophe Rousset
"Ce qui suit" de Mondo Cane
"Awaiting ship" de Dominique Fillon Augmented Trio
"Soné ka-la 2 odyssey" de Jacques Schwarz Bart
"Killing Eve + Australie" nouveau mix de Listen in Bed
"LP2" de Pointe Du Lac
"Jorn" de Box Bigerri
et toujours :
"Glover's mistake" de Mickaël Mottet
"Chanson d'amour" de Alexandre Tharaud et Sabine Devieilhe
"Deux mezzos sinon rien" de Karine Deshayes
"Visible(s)" de La Phaze
"Seven Inch" 2eme émission de la 2eme saison de LISTEN IN BED
"Introsessions EP" de Minshai
"Faune" de Raphaël Pannier Quartet
"Shaken soda" de Shaken Soda
"Y" de The Yokel
"L'ancien soleil" de Yvan Marc

Au théâtre :

les nouveautés :
"L'Art de conserver la santé" au Théâtre de la Bastille
"Don Juan" au Théâtre national de Chaillot
"On purge bébé" au Théâtre de l'Atelier
"Saccage" à la Manufacture des Abbesses
"Le Dernier jour d'un condamné" au Théâtre Essaion
"Jeanne d'Arc" au Théâtr de la Contrescarpe
"Here & Now" au Centre Culturel Suisse
"Virginie Hocq ou presque" au Théâtre Tristan Bernard
"Le destin moyen d'un mec fabuleux" au Studio Hébertot
les reprises :
"La promesse de l'aube" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Les Swinging Poules - Chansons synchronisées" au Théâtre L'Archipel
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Pierre Dac - Du côté d'ailleurs" au Musée d'art etd'Histoire du Judaïsme
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"L’Age d’or de la peinture danoise (1801-1864)" au Petit Palais
"Man Ray et la mode" au Musée du Luxembourg
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa
"Pierre et Gilles - Errances immobiles" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home avec :
"India Song" de Marguerite Duras
"De beaux lendemains" de Atom Egoyan
"La légende du piano sur l"océan" de Giuseppe Tornatore
"Une femme mélancolique" de Susanne Heinrich
"Atanarjuat, la légende de l'homme rapide" de Zacharias Kunuk

Lecture avec :

"L'ange rouge" de François Médéline
"Le prix de la vengeance" de Don Wislow
"De Gaulle, stratège au long cours" de François Kersaudy
"Georges Clemenceau, lettres d'amérique" de Patrick Weil et Thomas Macé
"Justice de rue" de Kris Nelscott
"Plus fort qu'elle" de Jacques Expert

et toujours :
"Etouffer la révolte" de Jonathan M. Metzl
"Infographie de la Rome antique" de John Scheid, Nicolas Guillerat & Milan Melocco
"L'accident de chasse" de David L. Carlson & Landis Blair
"Le voleur de plumes" de Kirk Wallace Johnson
"Mon père et ma mère" de Aharon Appelfeld
"Réparer les femmes : un combat contre la barbarie" de Denis Mukwege & Guy-Bernard Cadière
"Un coeur en sourdine" de Alexandra Pasquer

Froggeek's Delight :

"Hades" sur Windows, Mac OS et Switch
Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=