Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Yalda, la nuit du pardon
Massoud Bakhshi     (octobre 2020) 

Réalisé par Massoud Bakhshi. Iran/France/Allemagne/Suisse/Luxembourg. Drame. 1h31 (Sortie 7 octobre 2020). Avec Sadaf Asgari, Behnaz Jafari, Babak Karimi et Fereshteh Sadre Orafaee.

Le cinéma iranien est un constant expérimentateur de formes. On le sait depuis Abbas Kiarostami ou Jafar Panahi. C'est également un grand raconteur d'histoires, qui ne cesse de se renouveler.

"Yalda" de Massoud Bakhshi est ce qu'on appelait au temps d'André Cayatte un "cinéma de procès".

Attention, pas un simple film avec débats et audition de témoins. Car, dans le cap qui préoccupe Massoud Bakhshi, le procès dont le suspect déjà presque déclaré coupable doit aboutir à une condamnation à mort. Et pour rendre les choses encore plus spectaculaires et inimaginables dans l'Iran austère des mollahs, le procès est télévisé et récolte une audience dépassant tous les scores des télés en clair.

Fait encore plus incroyable, le réalisateur n'invente rien car ce qui est raconté dans "Yalda" est authentique : la télé iranienne a perfectionné la télé-réalité jusqu'au pire. Ces enjeux, désormais ne sont pas d'éliminer un candidat, celui qui aura le moins la faveur d'un public qui punit quiconque a mal parler de ces compagnons de loft ou a trahi la confiance de celui ou celle avec qui il ou elle formait un couple d'opérette...

Non ! Dans "Yalda" de Massoud Bakhshi, la mort est au rendez-vous et le juge-arbitre est le Coran. La jeune Maryam a été mariée à un homme trois fois plus âgé qu'elle. Selon des circonstances obscures qui sont développées dans le film, elle l'a tuée.

Accident ou acte préméditée, ce n'est pas au spectateur d'en décider in fine. Lui peut simplement téléphoner pour conseiller Mona la fille de Nasser, la victime. Mona, seule en son âme et conscience doit décider si elle pardonne ou pas à Maryam. Si elle ne pardonne pas, le verdict sera la mort pour la veuve de son père...

Bien entendu, le vote du public qui est indicatif compte énormément. Si celui-ci réclame la clémence et qu'elle n'est pas accordée par Mona, comment celle-ci pourra-t-elle supportée le mécontentement d'un nation entière ? On apprendra ans pour corser l'affaire que Maryam sauvée, elle pourra toucher une partie de l'héritage censé revenir à sa rivale...

Ceux qui regarderont "Yalda" de Massoud Bakhshi seront sidérés par la force d'un récit qui décrit les tensions d'un procès hors norme et qui montre toutes les contradictions d'une société où la religion est tellement partout qu'elle finit par n'être plus que la règle d'un jeu spectaculaire.

Si l'on exagère un peu, le film prendra sa place dans les grands films de procès, type "12 hommes en colère" ou "Autopsie d'un meurtre". Il vaut aussi pour la qualité de sa distribution, notamment du côté des femmes, confirmant une fois encore la qualité des acteurs et actrices iraniens.

"Yarda" de Massoud Bakhshi, à l'image d'autres films venus de l'Iran, montre un peuple éduqué, subtil, plein de ressources et qui se tient debout malgré les contraintes imposées par un régime sur lequel on ne dit rien, ce qui veut dire en réalité beaucoup.

Qu'il puisse inventer un dispositif comme celui contenu dans "Yalda", laisse à penser qu'il est largement à bout de souffle et conduit par un tel cynisme qu'il pourrait bien un jour ou l'autre s'effondrer de lui-même.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=