Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Brakes - Yeti - Joseph d'Anvers
La Maroquinerie  (Paris)  19 janvier 2006

Les habitués et les fumeurs en savent quelque chose, une soirée à la Maroquinerie, ca se mérite.

Station Ménilmontant. On marche on monte on transpire on atteint les cimes 500 mètres plus haut à la recherche du Graal. Un phare qui brille dans la nuit pour sauver les mélomanes. Qui brillait ce soir pour repêcher les amoureux de nouvelles révélations auteurs de nouveaux albums.

Un radio crochet moderne dans le 20 ième pour présenter Joseph d'Anvers, Yeti et les - plus la peine de les présenter - The Brakes.

On a déjà dit tout le bien que l'on pensait de Joseph d'Anvers et de cette mini bombe intimiste et sensuelle qu'est Les choses en face.

Seulement voila, aimer un album sans avoir ressenti l'émotion live, c'est un peu comme se marier à une femme vierge. On n'oserait pas tenter le risque de peur de s'en mordre, euh, les doigts.

Et il faut bien dire que l'union avec Joseph pourrait bien durer, tant le spectacle offert ce soir est à la hauteur de l'album, tout en étant singulièrement différent.

Singulièrement rock face à l'orchestration léchée entendue sur album, âpre et rêche comme la peau qui frotte sur le goudron. Un musicien chantant, murmurant le Paris nocturne en français, on redoutait l'arrivée d'un nouveau Cali et voila peut-être juste quelqu'un de bien, entre Dominique A et Mogwai.

"La valse des gens" trouve son public, optimiste et joyeuse, séquence émotion sur Pigalle jouée en catimini, Joseph convainc et surprend par sa voix minimaliste et sa guitare noisy.

Comme sur "La vie est une putain", amputée de Miossec, si séduisant par ses râles sur le disque. Reste la hargne des guitares empoignées à bras le corps, l'acoustique de "Nos jours heureux" jouée seul à la guitare.

Pas un bruit, seulement le son des cordes qui vibrent, on entend les gens fumer leurs cigarettes. Les gens si réceptifs aux chansons de Joseph qu'on est content d'être là ce soir. Et un final rappelant étrangement le Noir désir de Des visages des figures avec "Les cicatrices".

Pas de pathos ni de chansons larmoyantes. Une VRAIE révélation accueillie comme il se doit.

Rendez vous à l'Européen en février pour les prolongations d'émotions.

On parlait en préambule de cimes et d'escalades enneigées. Voila Yeti et l'ex-Libertines John Hassal qui re-branle le manche avec son nouveau groupe, anglais forcément.

On passe de l'intime à l'urgence avec ces compositions rapides et sincères.

Oh pas d'originalité certes, des chansons pas cérébrales alternant le "sha-ba-da-bah-da" et les "yeah yeah" comme tant de teenagers avant eux.

Un peu de Libertines, des voix aigues comme chez les irlandais de Hal, mais le "Keep pushin' on" tarde à venir.

On semble être le seul à trouver les compositions fadasses, et l'on pense à Pete et Carl, à tous ces groupes splittés et l'on regrette les ruptures.

Un concert comme un autre, excepté un dernier titre en boogie électrique que n'auraient pas renié les barbus de ZZ top période Tres hombres.

A voir et réentendre sur disque dans les prochaines semaines.

C'est enfin au tour des Brakes d'investir la scène. Les Yéti semblaient attendus et la salle s'est déjà un peu vidée mais c'est quand même devant 350 personnes au moins qu'arrivent les 4 membres du groupe.

A peine le temps de faire connaissance d'un "Bonjour, nous sommes The Brakes" que ça démarre sur les chapeaux de roues!

Entre 3 minutes pour les plus longs et quelques secondes pour les plus courts, les morceaux s'enchaînent furieusement.

Débordante d'énergie, la joyeuse équipe des Brakes (dont les frangins White à l'origine de The Electric Soft Parade) séduit le public qui bouge enfin (ça pogote dans les premiers rangs).

Une voix tantôt pop et tantôt braillarde, des guitares acérées et frénétiques, une rythmique infaillible et une spontanéité qui n'a d'égale que la sincérité du groupe... Il n'y a pas d'erreur, On est en plein revival punk mâtiné de country rock.

La bande à Eamon Hamilton renverse tout sur son passage et on se retrouve à écouter leur musique, croisement entre les Buzzcocks et les Wedding Present.

Fin du fin, les Brakes osent les reprises et rendent hommages à leurs influences. Ce mélange étrange donne lieu notamment à une cover de Jesus and Mary Chain curieusement un peu plus calme que le reste du show, peut être la timidité, ainsi qu'une belle reprise de Johnny Cash remarquable et très rock...

Un groupe fort sympathique qui donne envie de découvrir le disque au plus vite, à coté duquel, il faut le reconnaître, nous étions passé.

De quoi bien finir quoi qu'il en soit une autre de ces soirées découvertes parrainées par les Inrocks malgré peut être une trop grande hétérogénéité dans la programmation .

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album The Beatific Visions de Brakes
La chronique de l'album We Were Here de Turin Brakes
La chronique de l'album Lost property de Turin Brakes
Yeti en concert au Festival Rock en Seine 2012 - Programmation du vendredi
Yeti en concert au Festival La Route du Rock #22 (vendredi 10 août 2012)
Yeti en concert au Forum (samedi 2 mars 2013)
Yeti en concert au Festival Le Cabaret Vert #12 (édition 2016) - vendredi 26 août
L'interview de Yeti Lane (samedi 2 mars 2013)
La chronique de l'album Les choses en face de Joseph d'Anvers
La chronique de l'album Les Jours Sauvages de Joseph D'Anvers
La chronique de l'album Rouge Fer de Joseph d'Anvers
La chronique de l'album Les Matins Blancs de Joseph d'Anvers
Joseph d'Anvers en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2006 (jeudi)
Joseph d'Anvers en concert au Festival FNAC Indétendances 2006
Joseph d'Anvers en concert au Festival FNAC Indétendances 2009
L'interview de Joseph d'Anvers (décembre 2005)
L'interview de Joseph d'Anvers (27 avril 2006)
L'interview de Joseph D'Anvers (8 juillet 2008)
L'interview de Joseph d'Anvers (9 mars 2011)
L'interview de Joseph d'Anvers (jeudi 12 mars 2015)

En savoir plus :
Le site officiel de Joseph d'Anvers
Le Myspace de Joseph d'Anvers
Le Facebook de Joseph d'Anvers
Le site officiel de Yeti
Le site officiel de Brakes

Crédits photos : David (plus de photos sur Taste of indie)


Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Joseph d'Anvers (12 mars 2015)
Joseph d'Anvers (9 mars 2011)


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=