Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'Avventura
Michelangelo Antonioni     (octobre 2020 - 1ère sortie 1960) 

Réalisé par Michelangelo Antonioni. Italie/France. Drame. 2h20 (Sortie 28 octobre 2020 - 1ère sortie 14 septembre 1960 ). Avec Gabriele Ferzetti, Monica Vitti, Lea Massari et Dominique Blanchar.

En 1960, au Festival de Cannes, "L'Avventura" de Michelangelo Antonioni obtient le prestigieux prix du jury alors que "La Dolce Vita" de Federico Fellini reçoit la Palme d'Or.

Mais, du point de vue de l'histoire du cinéma, le film le plus important, même s'il a été largement hué lors de sa présentation cannoise, ce sera le film de Michelangelo Antonioni.

Venant juste après "Le Cri", il consacre la naissance d'un cinéma vraiment moderne qui se joue de la narration classique et s'attarde sur les sentiments de personnages qui se construisent séquence après séquence avec l'aide du spectateur lui-même, amené à participer à leur élaboration, et plus généralement à donner au film son sens.

Pour certains, cette proposition d'un cinéma déconstruit, refusant comme ici de fournir toutes les clés de son récit, ou l'abandonnant au profit d'un autre, rapproche le cinéma de la littérature née partout après la guerre. "L'Avventura", pour eux, est une étape dangereuse vers un cinéma littéraire et intellectuel.

Si l'on découvre le film sans a priori, on risque surtout, soixante après sa sortie, de voir d'emblée la beauté formelle de l'oeuvre d'Antonioni. Il ne faut pas être un pur cinéphile pour découvrir que dans toute sa première partie, celle où Léa Massari est présente, puis absente et recherchée autour de l'île où elle a disparu, Antonioni est un pur virtuose, réalise des plans d'une très grande force visuelle, avec l'aide de son directeur de la photographie, Aldo Scavarda.

Ce n'est qu'après que le film bascule dans ce qui va constituer la base du cinéma "antonionesque" et que l'on retrouvera désormais dans toute son œuvre : la description hiératique de couples en plein désarroi alors qu'issus des meilleurs milieux, ils possèdent tout (argent, intelligence, beauté) pour être sinon heureux du moins satisfaits de leur existence.

Particulièrement vulnérable, cherchant à se libérer de la domination masculine, la femme aura tendance à se volatiliser, à bifurquer vers des choix imprévus, à s'empêtrer dans le "cauchemar climatisé", conséquence inattendu du triomphe du matérialisme qui est en train d'avoir raison de Dieu et des utopies.

"L'Avventura" de Michelangelo Antonioni n'est que la première phase, encore schématique et pas totalement assurée ni assumée de ce cinéma de l'intimité intellectuelle, qui va correspondre pour lui à sa grande période "Monica Vitti".

Ceux qui reverront le film pour la deuxième fois seront frappés par une évidence : Gabriele Ferzetti, au jeu pourtant irréprochable, n'est pas le personnage idéal pour ajouter une dimension à l'architecte play boy qui semble papillonner autour des femmes, mus par le plus prosaïque des désirs. On voit évidemment tout de suite à qui le rôle irait comme un gant et qu'Antonioni prendra d'ailleurs pour son film suivant, "La Notte" : Marcello Mastroianni.

Parallèlement, on a l'impression que Monica Vitti, pendant la seconde partie du film, fait des essais pour le "Maestro", commence vraiment à l'intéresser, à le séduire et qu'elle ne traduira son immense potentiel qu'avec justement Mastroianni, lui aussi bientôt pris dans le dilemme de Ferzetti, cette fois-ci entre Monica et Jeanne Moreau.

Mais la "Notte" est une autre histoire... Pour l'heure, Antonioni, synchro avec la reconstruction de son pays, dont il filme d'ailleurs des moments, établit les bases d'une ère cinématographique nouvelle. A l'exception de quelques scènes qui ont vieilli, il y réussit presque parfaitement.

"L'Avventura" d'Antonioni est de loin le film le plus jeune et le plus inventif qu'on pourra voir actuellement sur les écrans

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 novembre 2020 : Culture Globale

Ca y est vous n'avez plus d'excuse pour ne pas vous rendre dans les librairies, disquaires et autres lieux de culture chers à nos coeurs, alors FONCEZ ! si vous avez besoin d'un prétexte : On n'a jamais été aussi proche de Noël !

Du côté de la musique :

"I know that you know" de Eau Rouge
"In town" de Switch Trio
"May our chambers be full" de Emma Ruth Rundle & Thou
"The messenger" de Hélène Grimaud
"Songs" de Patrick Messina & Fabrizio Chiovetta
"Star feminine band" de Star Feminine Band
"Signs" de Vaiteani
"Stay" de Valerie June
"Grand plongeoir" de Yves Marie Bellot
"Selectorama" Le nouveau mix (S2M4) de Listen In Bed
"De là" de Clarys
et toujours :
"Sweet roller" de Al Pride
"After the great storm" et "How beauty holds the hand of sorrow" de Ane Brun
"Bisolaire" de Fredda
"Stillness" de Laetitia Shériff
"Un soir d'été" de Aurore Voilqué Trio
"Warning bell" de Daniel Trakell
"Trip" de Lambchop assortie de la nouvelle émission de Listen in Bed "Lambchop's Trip"
"Glo" de Manuel Bienvenu
"Serpentine prison" de Matt Berninger
"Je ne vous oublierai jamais" de Morgane Imbeaud
"Lockdown care bundle EP" de Nadeah
"Nashville tears" de Rumer

Au théâtre at home :
avec les captations vidéo de :
"Les Géants de la montagne" de Luigi Pirandello
"Très chère Mathilde" de Israel Horovitz
"Une des dernières soirées de carnaval" de Carlo Goldoni
"Un amour de jeunesse" de Ivan Calbérac
"La Vérité" de Florian Zeller
"Ils se sont aimés" de Pierre Palmade et Muriel Robin
"La croisière ça use" de Emmanuelle Hamett
"Cyrano m'était conté" de Sotha
et un air d'opéra avec "Miranda" d'après Shakespeare et Purcell

Expositions :

en virtuel :
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Cristo et Jeanne Claude" au Centre Pompidou
"Jim Dine - A day longer" à la Galerie Templon

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris
"Pierre Soulages" à l'espace culturel départemental Lympia à Nice
"La "Collection Emil Bührle" au Musée Maillol
"Paris Romantique 1815-1848" au Petit Palais
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre
"La vitrine Gallé" au Musée des Arts et Métiers
et les collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

at home en steaming gratuit :
"Caché" de Michael Haneke
"Au loin s'en vont les nuages" de Aki Kaurismaki
"Une valse dans les allées" de Thomas Stuber
"La Lune de Jupiter" de Kornel Mundruczo
"L'enfant d'en-haut" de Ursula Meier
"Le beau monde" de Julie Lopes Curval

Lecture avec :

"L'intériorité dans la peinture" de Pierre Soulages & Anne-Camille Charliat
"Coco de Paris" de France de Griessen
"Considérations sur le homard tome 2" de David Foster Wallace
"Intuitions" de Paul Cleave
"Les aveux" de John Wainwright
"Les ratés de l'aventure" de Titayna
"Un été de neige et de cendres" de Guinevere Glasfurd
et toujours :
"Lire les morts" de Jacob Ross
"La mer sans étoiles" de Erin Morgenstern
"Les filles mortes ne sont pas aussi jolies" de Elizabeth Little
"Batailles" de Isabelle Davion & Béatrice Heuser
"De Gaulle et les communistes" de Henri Christian Giraud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=