Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Christophe Honoré, les corps libérés
Mathieu Champalaune  (Editions Playlist Society)  octobre 2020

Voilà une récente maison d’édition qui gagne à être connue de par ses récentes publications avec notamment la publication d’un essai sur un homme dont j’apprécie particulièrement le travail, un certain Christophe Honoré. Christophe Honoré est connu pour ses réalisations dans le domaine du cinéma avec notamment un film qui fait partie de mes films préférés, Les chansons d’amour (que je vous conseille vivement de regarder si vous ne le connaissez pas). Il est aussi écrivain (roman classique et romans jeunesse), dramaturge, metteur en scène de théâtre et d’opéra.

Christophe Honoré compte parmi les artistes français les plus singuliers de son époque. De son premier film, 17 fois Cécile Cassard, à l’autofiction Plaire, aimer, courir vite, il fait dialoguer l’intime et l’universel, et décline son amour pour la création artistique sous une multitude de formes.

Le travail de Christophe Honoré se nourrit de nombreuses influences, notamment de la nouvelle vague, ainsi que de sa complicité avec ses acteurs fétiches et le musicien Alex Beaupain. Observateur des mœurs modernes et des sentiments, attaché à la représentation des corps, il met en scène des personnages en quête d’affranchissement.

Avec son ouvrage, Mathieu Champalaune, journaliste et critique de cinéma, de littérature et de théâtre retrace le parcours de cet artiste qui interroge notre place dans le monde et dans le temps, tout en cultivant sa mythologie personnelle.

L’univers de Christophe Honoré m’a passionné, ses réalisations se nourrissent de son vécu, de son passé d’étudiant à Rennes (l’ouvrage revient sur son parcours d’étudiant), de sa passion pour la pop anglaise.

La musique est centrale chez Christophe Honoré, tout comme l’analyse des sentiments qu’il ausculte dans de nombreux films. Christophe Honoré utilise la musique de différentes manières et pense ses films en accord avec elle. Dans ses œuvres, la pop anglaise côtoie la chanson française avec Alain Barrière dans La Belle personne, Anne Sylvestre dans Plaire, aimer et courir vite mais aussi Jean Ferrat et Charles Aznavour dans Chambre 212. On peut aussi retrouver de la musique classique (Mozart, Ravel) dans Métamorphose, du jazz dans Dans Paris.

Dans Les Chansons d’amour, la musique prend une place importante. A l’inverse de Parapluies de Cherbourg, ce film n’est pas uniquement chanté. Dans ce film, le chant permet aux personnages d’exprimer les sentiments pour lesquels la parole ne suffit plus. Il intervient aux moments essentiels de l’histoire, où les protagonistes se révèlent, dévoilent leurs blessures et leurs espoirs, expriment divers sentiments.

L’ouvrage nous montre que Christophe Honoré est aussi un lecteur passionné et un cinéphile assidu. Certains de ses films sont des adaptations libres d’œuvres littéraires, comme La Belle personne inspirée de La princesse de Clèves. Ma mère est inspiré du roman inachevé de Georges Bataille. Avec Métamorphoses, c’est dans l’univers d’Ovide qu’il nous plonge.

L’ouvrage nous parle de ses acteurs fétiches, nous montre de l’amour qu’il porte à ceux-ci, de Béatrice Dalle qui joue dans 17 fois Cécile Cassard à Louis Garrel, Léa Seydoux, Anaïs Demoustier et bien d’autres comme Grégoire Leprince-Ringuet. Il existe d’ailleurs une grande complicité entre ces acteurs.

Dans les films de Christophe honoré, la ville prend une place importante que cela soit Paris pour de nombreux films, Rennes pour Plaire, aimer et courir vite ou Londres, Prague et Montréal pour Les biens-aimés. Les scènes d’intérieur sont souvent dans des chambres (d’étudiants, conjugales, d’hôtel) qui apparaîssent comme une sorte de refuge face au tumulte urbain.

L’intime est aussi prépondérant dans l’œuvre de Christophe Honoré, du décès accidentel de son père (dont il s’inspire dans des livres et des films), du décès brutal de la petite amie d’Alex Beaupain qui inspirera Les chansons d’amour mais aussi de l’homosexualité, très présente aussi dans ses films.

D’autres thématiques sont abordées dans l’ouvrage au travers des œuvres de l’artiste que je vous laisse découvrir notamment celle de la place de la famille.

L’ouvrage est vraiment excellent, j’ai appris beaucoup de choses concernant Christophe Honoré et compris davantage son travail et son œuvre. Il a confirmé tout le bien que je pense de Christophe Honoré et m’a donné l’envie d’aller me replonger dans ses films et ses livres.

Alors n’hésitez pas à acheter ce petit ouvrage qui se lit très rapidement et n’hésitez pas à aller voir les publications de Playlist Society qui parlent d’autres cinéastes mais aussi de séries télévisées. Vous trouverez sûrement votre bonheur.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Mathieu Champalaune
Le Facebook de Mathieu Champalaune


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 novembre 2020 : Culture Globale

Ca y est vous n'avez plus d'excuse pour ne pas vous rendre dans les librairies, disquaires et autres lieux de culture chers à nos coeurs, alors FONCEZ ! si vous avez besoin d'un prétexte : On n'a jamais été aussi proche de Noël !

Du côté de la musique :

"I know that you know" de Eau Rouge
"In town" de Switch Trio
"May our chambers be full" de Emma Ruth Rundle & Thou
"The messenger" de Hélène Grimaud
"Songs" de Patrick Messina & Fabrizio Chiovetta
"Star feminine band" de Star Feminine Band
"Signs" de Vaiteani
"Stay" de Valerie June
"Grand plongeoir" de Yves Marie Bellot
"Selectorama" Le nouveau mix (S2M4) de Listen In Bed
"De là" de Clarys
et toujours :
"Sweet roller" de Al Pride
"After the great storm" et "How beauty holds the hand of sorrow" de Ane Brun
"Bisolaire" de Fredda
"Stillness" de Laetitia Shériff
"Un soir d'été" de Aurore Voilqué Trio
"Warning bell" de Daniel Trakell
"Trip" de Lambchop assortie de la nouvelle émission de Listen in Bed "Lambchop's Trip"
"Glo" de Manuel Bienvenu
"Serpentine prison" de Matt Berninger
"Je ne vous oublierai jamais" de Morgane Imbeaud
"Lockdown care bundle EP" de Nadeah
"Nashville tears" de Rumer

Au théâtre at home :
avec les captations vidéo de :
"Les Géants de la montagne" de Luigi Pirandello
"Très chère Mathilde" de Israel Horovitz
"Une des dernières soirées de carnaval" de Carlo Goldoni
"Un amour de jeunesse" de Ivan Calbérac
"La Vérité" de Florian Zeller
"Ils se sont aimés" de Pierre Palmade et Muriel Robin
"La croisière ça use" de Emmanuelle Hamett
"Cyrano m'était conté" de Sotha
et un air d'opéra avec "Miranda" d'après Shakespeare et Purcell

Expositions :

en virtuel :
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Cristo et Jeanne Claude" au Centre Pompidou
"Jim Dine - A day longer" à la Galerie Templon

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris
"Pierre Soulages" à l'espace culturel départemental Lympia à Nice
"La "Collection Emil Bührle" au Musée Maillol
"Paris Romantique 1815-1848" au Petit Palais
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre
"La vitrine Gallé" au Musée des Arts et Métiers
et les collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

at home en steaming gratuit :
"Caché" de Michael Haneke
"Au loin s'en vont les nuages" de Aki Kaurismaki
"Une valse dans les allées" de Thomas Stuber
"La Lune de Jupiter" de Kornel Mundruczo
"L'enfant d'en-haut" de Ursula Meier
"Le beau monde" de Julie Lopes Curval

Lecture avec :

"L'intériorité dans la peinture" de Pierre Soulages & Anne-Camille Charliat
"Coco de Paris" de France de Griessen
"Considérations sur le homard tome 2" de David Foster Wallace
"Intuitions" de Paul Cleave
"Les aveux" de John Wainwright
"Les ratés de l'aventure" de Titayna
"Un été de neige et de cendres" de Guinevere Glasfurd
et toujours :
"Lire les morts" de Jacob Ross
"La mer sans étoiles" de Erin Morgenstern
"Les filles mortes ne sont pas aussi jolies" de Elizabeth Little
"Batailles" de Isabelle Davion & Béatrice Heuser
"De Gaulle et les communistes" de Henri Christian Giraud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=