Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Simon Zaoui
Beethoven, un nouveau manifeste  (Editions Hortus)  septembre 2020

Rien n’est plus intéressant, rien n’est plus enthousiasmant qu’un disque où à la virtuosité se partage une intelligence, une véritable recherche, un geste musical. C’est le cas dans ce magnifique disque du pianiste Simon Zaoui consacré aux sonates n°1, 3 et 13 de Beethoven.

"J’avais bien évidemment envie d’apporter modestement ma pierre à cette année Beethoven, qui promettait, avant les annulations COVID, d’être bien remplie en concerts avec notamment deux intégrales des sonates, à trois pianistes, au Liban et en Espagne".

Alors un disque consacré à Beethoven mais pas simplement un disque de plus. Déjà à cause du répertoire, qui contrairement à une flopée d’autres disques ne s’intéresse pas aux dernières sonates et puis l’utilisation d’un piano Gebauhr. "Je cherchais un "angle" comme disent les journalistes, sachant que ce 250ème anniversaire serait un véritable déluge de sorties discographiques. Ayant suivi les cours de pianoforte de Patrick Cohen au CNSMDP, je suis familier avec les instruments de la fin du XVIIIème siècle. Mais je les ai toujours trouvés plus adaptés au classicisme viennois de Haydn ou à la grâce mozartienne qu’à la puissance tellurique de Beethoven. Un jour en relisant mon Charles Rosen, je suis tombé sur une phrase de la préface : "J’ai toujours pensé que les instruments issus de changements stylistiques étaient souvent préférables, pour jouer la musique qui avait été à l’origine de leur invention, à ceux, moins perfectionnés, dont disposait le compositeur." Ayant toujours eu une affinité particulière pour les pianos romantiques (Erard, Pleyel etc..), je me suis mis en quête d’un instrument qui conviendrait aux œuvres du jeune Beethoven.

C’est le restaurateur de piano Jean-Marc Touron qui m’a proposé son Gebauhr, instrument viennois des années 1850. Ce fut un véritable coup de foudre, car il me semblait avoir la puissance, la rondeur mais surtout la transparence idéale pour faire ressortir de ces sonates la substantifique moëlle. Il y a eu un gros travail en amont de la part de Jean-Marc Touron, l’instrument n’avait pas été joué depuis longtemps, et n’avait jamais servi pour un enregistrement, chose qui demande un haut niveau de fiabilité mécanique ainsi que de supprimer bon nombre de petits bruits et résonances parasites (pédale, étouffoirs, mécanique etc.)".

Fondée par Carl Julius Gebauhr en 1834 en Prusse orientale, aujourd’hui Kaliningrad en Russie, sa firme fut l’une des plus importantes firmes allemandes de facture instrumentale du XIXe siècle. Avec sa mécanique viennoise, avec ses marteaux garnis de feutre et recouverts d’une fine couche de cuir, ce piano possède une sonorité, des caractéristiques de dynamiques particulières. Des caractéristiques qui conviennent parfaitement à ce répertoire mais qui ont demandé une adaptation au pianiste : "J’ai pu disposer du piano pendant quelques mois au conservatoire de Vincennes, où j’enseigne. Préparation indispensable, car si d’un côté ce piano sonne (à mon sens) naturellement comme un orchestre romantique (on entend beaucoup la couleur du bois dans le son), son âge et sa mécanique viennoise à simple échappement rendent difficiles nombre de détails. J’étais parti dans l’idée de coller le plus possible aux tempi indiquer par Czerny, élève de Beethoven (qui dégagent souvent une grande force et logique agogique)".

Le résultat est absolument magnifique. Nous sommes conquis par cette sonorité dans tout le registre du piano, par ces phrasés, par ces dynamiques qui suscitent un véritable intérêt. Cela rend plus évident encore l’architecture de ces sonates, les motifs, l’écriture orchestrale de la sonate n°3, les mouvements de la n°13, rajoute notamment de l’ambiguïté dans le final de cette même sonate, entre humour et dramatisme... Superbe !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Gabriel Fauré : Horizons de Pierre Fouchenneret - Simon Zaoui - Raphaël Merlin - David Lefort
La chronique de l'album Reflets de Julien Hardy & Simon Zaoui

En savoir plus :
Le site officiel de Simon Zaoui
Le Soundcloud de Simon Zaoui
Le Facebook de Simon Zaoui


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 29 novembre 2020 : Culture Globale

Ca y est vous n'avez plus d'excuse pour ne pas vous rendre dans les librairies, disquaires et autres lieux de culture chers à nos coeurs, alors FONCEZ ! si vous avez besoin d'un prétexte : On n'a jamais été aussi proche de Noël !

Du côté de la musique :

"I know that you know" de Eau Rouge
"In town" de Switch Trio
"May our chambers be full" de Emma Ruth Rundle & Thou
"The messenger" de Hélène Grimaud
"Songs" de Patrick Messina & Fabrizio Chiovetta
"Star feminine band" de Star Feminine Band
"Signs" de Vaiteani
"Stay" de Valerie June
"Grand plongeoir" de Yves Marie Bellot
"Selectorama" Le nouveau mix (S2M4) de Listen In Bed
"De là" de Clarys
et toujours :
"Sweet roller" de Al Pride
"After the great storm" et "How beauty holds the hand of sorrow" de Ane Brun
"Bisolaire" de Fredda
"Stillness" de Laetitia Shériff
"Un soir d'été" de Aurore Voilqué Trio
"Warning bell" de Daniel Trakell
"Trip" de Lambchop assortie de la nouvelle émission de Listen in Bed "Lambchop's Trip"
"Glo" de Manuel Bienvenu
"Serpentine prison" de Matt Berninger
"Je ne vous oublierai jamais" de Morgane Imbeaud
"Lockdown care bundle EP" de Nadeah
"Nashville tears" de Rumer

Au théâtre at home :
avec les captations vidéo de :
"Les Géants de la montagne" de Luigi Pirandello
"Très chère Mathilde" de Israel Horovitz
"Une des dernières soirées de carnaval" de Carlo Goldoni
"Un amour de jeunesse" de Ivan Calbérac
"La Vérité" de Florian Zeller
"Ils se sont aimés" de Pierre Palmade et Muriel Robin
"La croisière ça use" de Emmanuelle Hamett
"Cyrano m'était conté" de Sotha
et un air d'opéra avec "Miranda" d'après Shakespeare et Purcell

Expositions :

en virtuel :
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Cristo et Jeanne Claude" au Centre Pompidou
"Jim Dine - A day longer" à la Galerie Templon

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris
"Pierre Soulages" à l'espace culturel départemental Lympia à Nice
"La "Collection Emil Bührle" au Musée Maillol
"Paris Romantique 1815-1848" au Petit Palais
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre
"La vitrine Gallé" au Musée des Arts et Métiers
et les collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

at home en steaming gratuit :
"Caché" de Michael Haneke
"Au loin s'en vont les nuages" de Aki Kaurismaki
"Une valse dans les allées" de Thomas Stuber
"La Lune de Jupiter" de Kornel Mundruczo
"L'enfant d'en-haut" de Ursula Meier
"Le beau monde" de Julie Lopes Curval

Lecture avec :

"L'intériorité dans la peinture" de Pierre Soulages & Anne-Camille Charliat
"Coco de Paris" de France de Griessen
"Considérations sur le homard tome 2" de David Foster Wallace
"Intuitions" de Paul Cleave
"Les aveux" de John Wainwright
"Les ratés de l'aventure" de Titayna
"Un été de neige et de cendres" de Guinevere Glasfurd
et toujours :
"Lire les morts" de Jacob Ross
"La mer sans étoiles" de Erin Morgenstern
"Les filles mortes ne sont pas aussi jolies" de Elizabeth Little
"Batailles" de Isabelle Davion & Béatrice Heuser
"De Gaulle et les communistes" de Henri Christian Giraud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=