Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Manuel Bienvenu
Glo  (Microcultures Records)  novembre 2020

Manuel Bienvenu habite depuis ses débuts, poétiquement et subtilement un monde musical. Un monde hors du temps, hors des modes, qui ne connaît aucune cartographie. Un monde organique, érudit, dense et riche où un soin méticuleux est apporté à l’écriture.

Deux axes principaux se dégagent et s’entremêlent dans ce Glo : le travail sur les timbres d’une part, les dynamiques et la forme d’autre part.

Le travail sur les timbres. Trouver le son juste, la bonne matière sonore que Manuel Bienvenu pourra travailler, former. "Camouflage est au départ une pièce pour piano qui n’a rien de séquentiel. L'usage du synthétiseur qui sonne comme une séquence est une façon de maquiller le côté "pianistique" du morceau sans en changer une seule note. Le pedal steel (une de mes parties préférées du disque), déplacé dans cet univers synthétique où on l’entend rarement (c’est un instrument qui vient de la country music), semble lui-même un peu synthétique, alors qu'il s'agit d'un son très électrique : des cordes métalliques et un ampli à lampes. Il y a aussi un piano électrique Fender Rhodes dissimulé dans le synthétiseur, qui ne joue qu'une note sur quatre, instrument à ranger du côté de la guitare électrique et des années 70's plutôt qu'avec les synthétiseurs 80's, une contrebasse jouée à l'archet, des batteries et percussions enregistrées au naturel, sans traitement et une clarinette basse en fond. En brouillant les pistes d'entrée de jeu avec ce faux morceau électronique, je suggère que la suite ne va pas forcément se classer dans un style précisément défini, c'est comme un avertissement".

Parce que Manuel Bienvenu joue avec les formes et les style, s’éloignant d’une esthétique pop, psychédélique ou jazz.

"Tout le disque a donc été composé au piano (sauf "Rio Amazonas" qui est une reprise) mais en sachant que la base de la matière enregistrée serait jouée par des synthétiseurs. Même quand ils sont moins détectables, ce sont eux qui tissent la trame sur laquelle les autres instruments jouent. Quand j'ai découvert grâce à David Cilia, les différents synthétiseurs qu'il a soigneusement choisis pour son studio, j'ai découvert avant tout des timbres, et une possibilité énorme de multiplier les registres. J'ai pensé qu'en construisant une structure synthétique qui ne s'impose pas, des arpèges peu fournis, des sons qui laissent de la place, qui ne bavent pas, mais sachent évoquer, faire vivre l'harmonie, je pourrais laisser aux autres instruments - contrebasse, batterie, percussion et basse électrique en particulier - la liberté de s'exprimer hors d'un rôle assigné. Parfois la contrebasse s'arrête de jouer, la basse prend alors le relais, mais parfois les deux s'arrêtent. Les batteries peuvent aussi sauter d'un type de jeu à un autre, parce que la partie synthétique continue à dessiner les contours du morceau. Il en est de même pour les orgues, pianos et même les voix : ils apportent ce qu'ils veulent, la trame harmonique est tracée par les synthétiseurs (qui parfois se taisent aussi quand même). J'avais aussi très envie d'avoir une contrebasse et une basse électrique ensemble, qui se relaient et se donnent mutuellement de la liberté. Partant de là, j'ai suivi les pistes qui m'intriguaient et m'inspiraient au fur et à mesure de la réalisation."

Ces pistes, qu’auraient pu emprunter également Robert Wyatt et Soft Machine, Talk Talk ou Brian Eno, nous les suivons avec lui, nous émerveillant à chaque détour. Pistes sinueuses, menant parfois à une sorte d’abstraction, à une non-linéarité (notamment dans les instruments) loin de tout formatage.

Magnifique.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Amanuma de Manuel Bienvenu
La chronique de l'album One of us canno?t be wrong de Manuel Bienvenu & Arlt
L'interview de Manuel Bienvenu (février 2015)

En savoir plus :
Le site officiel de Manuel Bienvenu
Le Bandcamp de Manuel Bienvenu
Le Soundcloud de Manuel Bienvenu
Le Facebook de Manuel Bienvenu


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=