Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Maroq'n roll 2006 (samedi)
Underground railroad - The Pookies - Washington Dead Cats - Greedy guts  (Paris (La Maroquinerie))  14 janvier 2006

Dernier volet du triptyque de la Maroquinerie consacré à notre bon vieux rock'n roll. Comme une promesse à tenir pour que perdure cette musique éternelle …

Pas un instant à perdre. Branchez les guitares !

One, two, three, four… Underground Railroad

Imaginez les enfants des Sonic Youth que les parents auraient privés de dessert.

Par vengeance il décide de créer un groupe de rock à faire pâlir nombre d'adultes.

Une furia adolescente au service d'un son noisy.

Des textes minimalistes emportés par la saturation ambiante. Un style revendiqué et assumé pour le trio parisien avec une énergie communicative.

Chaque accord est martelé dans le but avoué de faire saigner nos oreilles et de vriller nos tympans.

Une poupée triste à la guitare, un pantin désarticulé à la basse et un nounours moonien martyrisant avec ferveur sa batterie : voici la recette d'une prestation scénique cohérente qui ne pouvait que se terminer par un bruyant larsen.

Changement de registre avec le second groupe. Un trio de rockers en T-shirt noir. Le guitariste avec un style à faire pâlir feu Vince Taylor.

Un démarrage sur les chapeaux de roues pour un set ponctué de chansons punk rock courtes, énergiques et sans fioritures.

Pas de doute les Pookies n'ont pas de temps à perdre et jouent leurs morceaux à 2000 à l'heure.

Les textes sont braillés avec détermination. Un jeu de scène à la hauteur de leur ambition et un petit tour au milieu de la fosse pour mettre le feu. Des watts et de la sueur c'est le chemin qu'ont choisi les membres de The Pookies.

Banal me direz-vous? Peut-être mais bougrement efficace…

Impossible de présenter les Washington Dead Cats.

Tout le monde en a au moins entendu parler.

Véritable tête d'affiche de cette soirée, une seule question vint à l'esprit dans une Maroquinerie complètement acquise à leur cause : les vieux matous griffent-ils encore ?

La réponse ne se fera pas longtemps attendre. Un sens inné du show, un punk-rock-a-billy maîtrisé sur le bout des doigts, une section cuivre entraînante, des chœurs vibrants et le chanteur le plus rock et le plus classe de la scène française.

Il n'en fallait pas plus pour que la salle prennent feu : pogo endiablé, concours de slam féminin et hystérie collective devant chaque déhanchement de notre maître de cérémonie. Votre humble chroniqueur rajeunissait par la même de vingt ans.

Mais un conseil ne laissez pas un ami photographe dans la fosse vous risqueriez de ne pas le revoir. Un seul petit regret : un set trop court qui laissa le public sur sa faim. Mais un vrai concert jubilatoire. La fête dans sa plus simple expression ! Avec en prime l'humilité et la dérision des grands !

Viva les Washington Dead Cats!

Pas facile de passer après un tel raz-de-marée. Le trio suivant releva le défi avec simplicité et passion. Le style diffère grandement des groupes précédents.

Les Greedy Guts nous invite à un voyage sur le long de la côte Ouest des Etats-Unis. La Californie. Les plages, le soleil et le rock qui va avec.

Le chanteur caleçon long, casquette rouge semble avoir laissé son skate board à l'entrée.

Il est accompagné d'un batteur fougueux et d'une bassiste à la voix timide mais dont le jeu tient parfaitement la route.

Le set est simple et efficace. L'insouciance du trio fonctionna parfaitement pour conclure le festival joyeusement.

Au final, cette soirée fut une parfaite réussite.

Une Maroquinerie bien remplie et une programmation intelligente variant les plaisirs entre de jeunes pousses et des vieux renards nous offrant quatre concerts aux sensibilités différentes mais non moins complémentaires de notre musique préférée.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Le jeudi au Festival Maroq'n'roll
Le vendredi au Festival Maroq'n'roll

Underground railroad en concert à L'Aeronef ( 25 mai 2009)
La chronique de l'album Treat me bad de Washington dead cats
La chronique de l'album El diablo is back de Washington Dead Cats
La chronique de l'album Primitive Girls Are More Fun ! de Washington Dead Cats
La chronique de l'album Attack of the giant purple lobsters de Washington Dead Cats
Washington Dead Cats en concert au Festival Treat me bad 2

En savoir plus :

Le site officiel de Underground railroad
Le site officiel de The Pookies
Le site officiel des Washington Dead Cats
Le site officiel des Greedy Guts

Crédits photos : Laurent (plus de photos sur Taste of indie)


Beus         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 8 décembre 2019 : Et si Noël n'avait pas lieu ?

Grève générale, transports bloqués, morosité ambiante, réchauffement climatique... Et si cette année Noël n'avait pas lieu ? Quoi qu'il en soit vous aurez largement de quoi vous réjouir avec notre proposition de découvertes culturelles hebdomadaires dès maintenant. Par ailleurs, suivez notre facebook pour gagner des places pour le concert de She Owl.

Du côté de la musique :

"The undivided five" de A Winged Victory for the Sullen
Rencontre avec Lofofora autour de leur album "Vanités"
"Fly fly" de Céline Bonacina
"Romantic sketches" de Fred Perreard Trio
"Not married anymore" de Hasse Poulsen
"Enfer et paradis" de Les Nus
"Une certaine urgence", émission #6 de notre podcast Listen In Bed
"De temps et de vents" de Bodh'aktan
"Building site" de Mata Hari
"Gréty : Raoul Barbe Bleue" de Orkester Nord, Martin Wahlberg
et toujours :
"D'où vient le nord" de Francoeur
"Other side effects" de Lion Says
"Black Cofvefe" 5eme volume des mixes en podcast de Listen in Bed
"Santa Maria Remix" de Carmen Maria Vega
"Paganini, Schubert" de Vilde Frang & Michail Lifits
"I don't want to play the victim, But i'm really good at it" de Love Fame Tragedy
"Little ghost" de Moonchild
"Los Angeles" de Octave Noire
"A blemish in the great light" de Half Moon Run
"Older" de Quintana Dead Blues eXperience
"C'est pas des manières" de The Glossy Sisters
"Zimmer" de Zimmer

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Architecture" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Elvira" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"New Magic People" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"A" à la Scène Parisienne
"Mister Paul" au Théâtre L'Atalante
"Deux amoureux à Paris" au Studio Hébertot
"Nobody is perfect" à la Scène Parisienne
des reprises :
"Allers-Retours" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Portrait de Ludmilla en Nina Simone" au Théâtre des Abbesses
"Métropole" au Théâtre de la Reine Blanche
"Chambre noire" au Monfort Théâtre
et la chronique des spectacles à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Marche et démarche - Une histoire de la chaussure" au Musée des Arts Décoratifs
"Helena Rubinstein - La Collection de Madame" au Musée du Quai Branly

Cinéma avec :

Les nouveautés de la semaine :
"La Vie invisible d'Euridice Gusmao" de Avénarius d’Ardronville
"Le Roi d'Ici" de Karim Aïnouz
Oldies but Goodies avec "Kanal" de Andrzej Wajda
et la chronique des films sortis en novembre

Lecture avec :

"Au plus près" de Anneli Furmark & Monika Steinholm
"Evolution " de Marc Elsberg
"L'amexique au pied du mur" de Clément Brault & Romain Houeix
"Rien que pour moi" de J.L. Butler
"Secret de polichinelle" de Yonatan Sagiv
et toujours :
"Le chant du bouc" de Carmen Maria Vega
"La tempête qui vient" de James Ellroy
"Le crime de Blacourt" de Daphné Guillemette
"Pas de répit pour la reine" de Frédéric Lenormand
"Stalingrad" de Antony Beevor
"Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout" de Alice Munro

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=