Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Cat Power
The Greatest  (Matador / Beggars)  janvier 2006

Cette semaine, la star c'est Chan Marshall : couvertures (de Jalouse aux Inrocks en passant par Trax), interviews et critiques (Télérama, Libération…), impossible de la rater. L'événement c'est bien sûr la sortie de son album, The Greatest, qui, comme son nom ne l'indique pas, n'est pas un best of.

Pour ce 7ème opus, Chan Marshall s'est offert les services de vieux briscards de la soul américaine, notamment les sexagénaires du Hi ! Rhythm Band du révérend Al Green.

Enregistré en à peine cinq jours par l'ingénieur du son Stuart Sikes, déjà producteur de What would the community think sorti en 1996, (White Stripes, The Walkmen) dans le célèbre studio Ardent (Sam & Dave, Booker T & The Mg's, Isaac Hayes, Led Zeppelin, et plus récemment REM et les White Stripes), The Greatest réunit quelques uns des meilleurs musiciens de Memphis : les guitaristes Mabon "Teenie" Hodges et Doug Easley, le claviériste Rick Steff, les bassistes Leroy Hodges et David Smith, le saxophoniste Jim Spake et le trompettiste Scott Thompson.

Sans oublier les classiques violon, batterie et piano chers à la belle, c'est pour une profusion d'instruments, loin du dénuement qu'on lui connaît, qu'elle a cette fois opté. Un album beaucoup plus orchestré que ses prédécesseurs donc, plus classique, certes plus accessible, en tout cas moins surprenant...

The Greatest, tout comme le morceau d'ouverture (un des meilleurs soit dit en passant), fait référence à Mohammed Ali (dont c'est le surnom) et raconte l'histoire d'un petit garçon qui rêve de devenir boxeur. Mais c'est surtout une allusion à la vie et à la difficulté de s'en sortir, un message d'espoir pour cette sudiste originaire de Georgie, pays des laissés pour compte.

Toujours écorchée vive Chan Marshall ? Eh bien pas tant que ça. L'impression d'ensemble est plus légère, moins rugueuse que pour les magnifiques "You are free" et "What would the community think". Le tout, assez inégal. La tension entre adoration et déception, au lieu de s'estomper, se renforce au fur et à mesure des écoutes.

L'ouverture au piano avec "The Greatest" laisse pourtant présager de belles surprises et c'est avec optimisme qu'on se lance dans une première écoute. Même bonheur à l'écoute de la deuxième piste, "Living Proof" puis chute vertigineuse dès la troisième, "Lived in bars", ses chœurs et son saxo du plus kitsch effet.

Même remarque pour "Could we", à l'accompagnement 70's pas franchement concluant. "Willie" et "The Moon" misant sur la voix toujours aussi bouleversante de Chan Marshall plus que sur l'instrumentalisation, offrent quelques bons moments. Nouvelle dégringolade avec "Islands" et son intro country ambiance vahiné puis avec "After it all".

Finalement, c'est par les morceaux les plus dénudés et les plus rock qu'on se laisse émouvoir. Il faut attendre les derniers, "Love and communication", et par-dessous tout "Hate" (la plus belle, sans hésitation), pour découvrir de vraies perles qui permettent de clore l'album en beauté. Guitare rugueuse et voix rocailleuse, voilée et tout en finesse restent le meilleur des cocktails.

Et c'est sans artifice et dans son plus simple appareil que Chan Marshall, à fleur de peau, nous convainc de l'étendue de son talent.

Virage ? Ecart ? Changement temporaire de direction, on l'espère. "Peut-être qu'un jour je sortirai les versions nues", confie-t-elle aux Inrockuptibles. On l'espère aussi.

J'aime :

Chan Marshall, sa sensibilité, son mal-être et sa grâce intacts,
sa voix, écorchée, rocailleuse, captivante,
son univers intimiste,
“The Greatest”, “Hate”, “Willie”, “Love and communication”, “The moon”, “Empty shell”

J'aime pas :

les influences country,
les chœurs mal inspirés,
"Lived in bars", "Could we”, “Where is my love”, “islands”, “After it all”

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album You are Free de Cat Power
La chronique de l'album Jukebox de Cat Power
La chronique de l'album Dark end of the street de Cat power
La chronique de l'album Wanderer de Cat Power
Cat Power en concert à La Cigale (25 mai 2003)
Cat Power en concert à Théatre Outremont (12 avril 2003)
Cat Power en concert au Festival La Route du Rock 2006 (samedi)
Cat Power en concert au Festival Les Trans 2006 (Jeudi)
Cat Power en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort 2008
Cat Power en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort 2008 - 2ème

En savoir plus :

Le site officiel de Cat Power


MarieG         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 5 avril 2020 : sous le soleil... mais pas vraiment

Les beaux jours sont au rendez vous en ce début avril mais nous, sages et confinés n'allons pas cette année envahir parcs et terrasses à comparer son bronzage à coup de vin rosé douteux... non on attend que la mort détourne les yeux de notre pauvre monde. Donnons nous un peu de baume au coeur avec notre sélection culturelle hedbo.

Du côté de la musique :

"Shut up Mix #13" par Listen in Bed à écouter en ligne
"Cerc" de Artus
Interview avec Christophe Chassol autour de son album "Ludi"
"Que faire de son coeur ?" de Eskimo
"Bonheur ou tristesse" de Lesneu
"Super lâche" de Maalers
"Zeno" de Muzi
"Shostakovich : Symphony N 8" de Orchestre National du Capitole de Toulouse & Tugan Sokhiev
"It's a mighty hard road" de Popa Chubby
"Chapter 3" de Tropical Mannschaft
"Cimes" de Volin
et toujours :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
un classique revisité avec la vidéo de "Le Misanthrope"
une comédie dramatique historique avec le streaming de "A tort et à raison"
une comédie dramatique contemporaine avec le streaming de "Ils n'avaient pas prévu qu'on allait gagner"
une comédie contemporaine avec "L'heureux élu"
du divertissement caustique avec des inoxydables :
"J'aime beaucoup ce que vous faites"
"Sexe, magouilles et culture générale"
du boulevard avec :
"Ma femme s'appelle Maurice"
"Le Nouveau testament"
dans la série "Au Théâtre ce soir" :
"Folie douce"

"Chat en poche"
une gourmandise avec "La Belle Hélène" façon peplum hybridé comics
et des spectacles à voir ou a revoir en DVD :
"Orphée"
"Poisson et Petits pois !"
"Road Trip"

Expositions avec:

des balades muséales à Paris en en bord de Seine avec la visite virtuelle des collections permanentes du Musée d'Orsay, du Musée des Arts Décoratifs et du Musée du Quai Branly
pousser en province jusqu'au Musée des Beaux Arts de Lyon et même au Mucem à Marseille
et commencer un Tour d'Europe par l'Italie direction Galerie d'Art Moderne de Milan puis la Galerie des Offices à Florence
mettre la zapette dans le sac à dos pour s'aventurer dans les musées du bout du monde du Japon au The National Museum of Modern Art de Tokyo aux Etats Unis avec le Musée Guggenheim à New York
enfin retour at home en toute tranquillité mais en musique en son électro avec sur le Musée de la Sacem "Musiques électroniques - Des laboratoires aux dance floors"

Cinéma at home avec :

en mode Ciné-Club avec :
"Dementia" de Francis Ford Coppola
"M le maudit" de Fritz Lang
"La maman et la putain" de Jean Eustache
découvrir en DVD la filmographie de Jean-Daniel Pollet, réalisateur atypique - et méconnu - de la Nouvelle Vague pour lequel la Cinémathèque française avait prévu une rétrospective avec en parallèle la sortie en salles de ses films restaurés avec en streaming "Méditérranée
et des films récents sortis en DVD :
"Adults in the room" de Costa Gavras
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
"Martin Eden" de Pietro Marcello

Lecture avec :

"Aotea" de Paul Moracchini
"Fille et loup" de Roc Espinet
"Ghosts of L.A." de Nicolas Koch
"Pierre le Grand" de Thierry Sarmant
"Propriétés privées" de Lionel Shriver
et toujours :
"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=