Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les grandes occasions
Alexandra Matine  (Editions Les Avrils)  janvier 2021

Des Avrils au mois de janvier pourraient paraître surprenant mais cette nouvelle maison d’édition qui devait sortir ses premiers ouvrages en avril dernier, a fait le choix de repousser ses sorties à cause du confinement à la rentrée de janvier 2021. Le virus est passé par là, mais les Avrils n’ont que faire des saisons. Avril se retrouve invité en janvier, le printemps en hiver et les ouvrages à venir s’annoncent de toute beauté.

Les Avrils vont nous proposer des ouvrages de littérature française et francophone avec pour devise les enthousiasmes littéraires. On y trouvera des primo-romanciers mais aussi des écrivains confirmés. Des auteurs pour nous raconter des histoires d’aujourd’hui, mais aussi des fictions et des récits qui racontent beaucoup de nous et de notre époque.

Alors pour ouvrir cette nouvelle collection, le choix des éditrices s’est porté sur Alexandra Matine, une femme qui n’avait vocation à devenir écrivaine, diplômée de sciences-po, journaliste à Londres avant de rejoindre le département marketing de Netflix à Amsterdam où elle se consacre à la production et à l’écriture de séries et de documentaires.

C’est la mort de sa grand-mère qui lui fait prendre conscience de la fragilité des liens familiaux et des pièges du non-dit. Comme en apnée, elle se met à écrire Les grandes occasions, ce premier ouvrage des Avrils.

C’est donc le portrait d’une famille que nous propose cette primo-romancière. Une famille autour d’un personnage principal, une certaine Esther. Dès la première page, l’ouvrage nous chavire car Esther va mourir nous écrit l’auteure. Demain, dans quelques jours, les jours de la vieille femme sont comptés. Pour son dernier souffle, ses enfants et son mari Reza, médecin sont à ses côtés. Esther semble heureuse, elle a réuni autour d’elle ceux qu’elle aime.

Le livre bascule alors en arrière, quelque temps avant son hospitalisation. Esther a décidé de réunir sa famille pour un repas. Une table dressée sur la terrasse, un repas préparé pour le déjeuner, une mère qui attend ses enfants avec impatience pour un repas de famille qui ne s’est plus fait depuis bien trop longtemps. Chacun vaque à ses occupations. Vanessa, la petite dernière de la famille est toujours en vadrouille. Bruno et Alexandre ne souhaitent plus se parler. Carole l’aînée, regarde tout cela à distance, c’est un choix personnel. Et puis il y a Reza, le père de famille qui reste indifférent.

Evidemment rien ne va se passer comme prévu, certains sont en retard, d’autres ne viendront pas. Très vite les malentendus reprennent le dessus, les anciennes querelles rejaillissent et les blessures se ravivent avec fracas. Les jours heureux aussi, comme autant de petits nœuds qu’Esther tente, une dernière fois, de resserrer autour de sa famille.

Il faut bien avouer que Les grandes occasions est un très beau livre, parfaitement abouti pour un premier roman qui risque de bouleverser de nombreux lecteurs. Superbement écrit, parfaitement réaliste, l’histoire de famille qu’elle nous raconte n’est pas universelle mais de nombreux lecteurs pourraient se reconnaître dans certaines situations familiales décrites.

La vie d’Esther se dévoile au fil des pages, sa rencontre avec Reza, un iranien traumatisé par son enfance, avec un père violent et une mère soumise. Un homme marqué par la violence qu’il reproduira avec les mots sur sa famille. Evidemment cette violence psychologique aura des conséquences sur les enfants, deux garçons et deux filles qui ont des difficultés à se rassembler en famille. Des enfants qu’Esther nous présente dans l’ouvrage, nous montrant leur évolution.

Avec cet ouvrage, Alexandra nous dévoile une maturité et une justesse impressionnante dans l’analyse de cette famille. Beau et triste à la fois, l’ouvrage nous interroge sur le problème de trouver sa place dans sa famille, sur la difficulté que l’on peut trouver à exprimer ses sentiments. Dans de nombreuses familles, l’incompréhension peut très vite s’installer avec les conséquences qui s’en suivent. Les relations enfants-parents ne sont pas toujours simples, l’ouvrage nous le montre parfaitement.

Alors voilà, Les grandes occasions est un superbe livre porté par une plume sensible qu’il est compliqué de lâcher. On se laisse emporter facilement par ce livre qui ne peut que nous parler. Emouvant et bouleversant, il a une manière subtile de nous montrer qu’une mère et un père ne sont jamais parfaits, tout comme les enfants. C’est le lien entre parents et enfants qui est important, quasi indestructible quand c’est l’amour qui les unit.

 
 

Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=