Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Thomas Cousin
Debbie et moi  (Champ Libre Production)  septembre 2020

Thomas Cousin vous accueille, chaleureux et bienveillant, dans son chalet intérieur. La cheminée est allumée, le thé en train d’infuser. Entrez, entrez !

Avec son premier album Debbie et moi, Thomas Cousin nous invite pendant 13 titres dans son intimité. Au fil des années, il a façonné ses chansons en solitaire, puisant l’inspiration de ses textes dans les souvenirs d’enfance, ses amours et ses névroses. Huit ans à construire cet album. Autant dire que Thomas Cousin a soigné son univers, apportant de la variété à ses titres et modulant régulièrement le tempo d’un titre à l’autre. Alternant aussi le bon et le moins bon, mais les amis on les aime aussi pour leurs défauts…

Tantôt chanson française, tantôt folk dépouillée, tantôt pop électro, le plaisir de créer se ressent sur chaque morceau. Il faut dire que cet auteur-compositeur-interprète, au service de la musique depuis vingt-cinq ans, est également l’unique musicien de l’album (sauf sur "La passerelle"), cumulant par ailleurs les rôles de réalisateur et d’arrangeur. On peut difficilement faire plus personnel et plus intime.

L’artiste avertit l’auditeur dans le livret : "Je ne suis pas chanteur, alors je me suis dit quitte à ne pas très bien chanter autant essayer d’être sincère". Nous voilà prévenu(e)s… Et effectivement, la façon de chanter de Thomas Cousin, traînante et affectée, très "Gaëtan-Rousselienne", déroute dès le premier titre, "Voir la mer". Mais c’est surtout lorsque l’interprétation sombre dans le pathos ("Que se fanent les roses", "La passerelle" et "La plantade") qu’elle est à la limite de taper sur les nerfs quand on n’est pas fan du genre. Pourtant, le ton sait être juste aussi, dans le même registre, sur d’autres titres, convenus mais bien fichus, comme "Toi tu crois" ou encore "La chaise vide" dont le texte est poignant.

Côté texte justement, on appréciera globalement la qualité de l’écriture et la sincérité du propos. Cette façon très personnelle de dire ses sentiments, de leur dessiner des contours, de les mettre en scène et en mouvement. Thomas Cousin dit ici toute son humanité et c’est ce qui le rend attachant.

Côté musique, Thomas Cousin a eu la bonne idée de diversifier les rythmes et les humeurs, ce qui rend l’écoute de l’album agréable. Son interprétation se fait d’ailleurs plus pertinente et percutante sur des titres pop tels "Pas comme tout le monde", aux accents de chant breton, ou "J’crame tout", en duo avec Aron Cohen, qui chemine entre folk, pop et rap à la française et dont le refrain entêtant fait penser à ceux de Bigflo et Oli. À noter également l’excellent refrain de "Chanson de pluie" et le leitmotiv ravageur de "Parle-moi de nous" !

Deux titres pop rock viennent agrémenter l’album, l’un réussi ("Dans ma tête"), l’autre moins ("Jour de braise"). "Perdre le sommeil" résume l’ensemble, entre texte sensible, sonorités électro et sons de guitare distordus.

Ce qui est vraiment plaisant dans Debbie et moi, c’est le côté pop de la musique de Thomas Cousin qui lui permet de mettre en relief ses textes tout en exposant son sens de la mélodie et son talent pour les refrains qui font mouche.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Thomas Cousin
Le Soundcloud de Thomas Cousin
Le Facebook de Thomas Cousin


Thomas Breinert         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=