Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Institut
L’effet waouh des zones côtières  (Institut / Rouge Déclic)  mars 2021

L’effet waouh des zones côtières est un florilège d’idiomes qu’on se plaît à répéter, sensés nous rassurer ? Ou nous alarmer encore un peu plus ? Ces petites phrases toutes faites tellement répétées qu’elles se vident de leur sens. Exemple : Prenez-soin de vous. Arnaud Dumatin et Emmanuel Mario sont les joyeux intrigants d’Institut, entre synthétiseurs et basses avec la voix de Nina Savary.

"Un agent assermenté à mauvaise haleine t’a dit, c’est fini la bamboula, activité non essentielle, restez chez vous […] l’état d’urgence, une expérience cocooning pour toute couche sociale."

Du second degré et l’ironie d’un "on n’est pas prêt sur le feedback, faut benchmarker le process, pensez à out of the box, on est sur un business model en open data avec une target en n+1", L’effet waouh des zones côtières est le troisième album du groupe. Et il serait "habité par la crise sanitaire"… J’avoue, je me suis murmuré un lamentable "et m… encore un plaignant".

Oui mais non, un plaignant magnifique, de ceux qui tirent la langue avec panache et se drapent dans une raillerie pétillante, le sourire en coin et l’œil aiguisé, second degré quand tu nous tiens. Sensible et intelligent, l’album interroge sur les travers de la société, sur ce que nous faisons plus par habitude que par conviction, Arnaud Dumatin et Emmanuel Mario reprennent la syntaxe des frétillants businessmen, heureux de vomir un jargon comme on étale la confiture sur une tartine, n’importe comment.

"L’amour s’est présenté à moi avec sa démarche qualité" ("L’effet waouh des zones côtières")

Institut zoome les détails mercantiles de notre bonne vieille société de consommation, à grand coups de marquages au sol et de culottes haute couture, l’album est un résumé anthropologique des relations humaines cheloues, reloues et jamais spontanées (surtout pas !), des moutons qui bêlent avec la meute. Ça me fait penser aux quarante-huit likes d’un boudin aux pommes face aux deux likes et demi d’un nouveau clip.

Les textes sont omniprésents, mais ils ne sont pas seuls. Les morceaux sont également des invitations à la dodeline discrète, certaines introductions ressemblent à des sonneries deux tons, sorte d’échauffement avant d’élancer ses membres dans plusieurs directions pour une lubrique imitation d’étirements pilates. Institut invite à glisser sur le parquet, à tournicoter dans les allées et à sautiller sur les pavés, sans toucher les rouges.

Si vous n’êtes pas insensibles au charme d’une galerie marchande, aux masques grands publics homologués par la SPA, si vous pensez aussi que les animaux se marrent dans notre dos en ce moment avec nos "bah t’es trop prêt, mouche-toi dans ton coude enfin, et fuck le masque, je sens mon haleine", si les DJ sous MDMA et les coachs en éveil de conscience vous fascinent, vous ne serez pas insensible à Institut. Piquant et croustillant avec un chouilla de mélancolie sous les sombreros (nourris aux graines sans pesticides).

"Je suis prêt à une relation sexuelle non tarifée avec un agent immobilier de la première couronne". Ambiance décomplexée et crue de la romantique réalité des twits likés sous filtre sans paraben. Fun.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Ils étaient tombés amoureux instantanément de Institut
La chronique de l'album Spécialiste mondial du retour d’affection de Institut
Institut en concert à Institut du Monde Arabe (12 juin 2009)
Institut en concert à Goethe Institut - Cité de la Musique     ( )
Institut en concert à Goethe Institut (novembre 2015)
Institut en concert à L'International (dimanche 3 avril 2016)
L'interview de Institut (mardi 17 mai 2016)

En savoir plus :
Le site officiel de Institut
Le Bandcamp de Institut
Le Facebook de Institut


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Institut (17 mai 2016)


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=