Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'hôtel de verre
Emily St. John Mandel  (Editions Rivages)  mars 2021

Bon courage à celui qui aurait la prétention de pouvoir faire le pitch parfait du nouvel ouvrage de la géniale Emily St. John Mandel, auteure canadienne fascinante que j’ai découvert avec l’excellent Station Eleven qui m’avait tout simplement scotché lors de sa lecture.

Là voilà donc de retour avec un nouvel ouvrage, L’hôtel de verre, à la couverture superbe, publié chez Rivages. Avec cet ouvrage, l’auteure poursuit son œuvre singulière et hypnotique, mélange de roman noir social et de roman psychologique.

Celle qui a l’habitude de nous proposer des écrits à la construction complexe, de nous embarquer dans des lectures déroutantes récidive avec l’Hôtel de verre et ses nombreux personnages et lieux rencontrés. Tortueux à souhait, le livre est très loin de nous tomber des mains, les pages s’enfilent et on sort de sa lecture sans certitude d’avoir tout compris (ce fut mon cas) en ayant trouvé tout génial. Comme dans un bon vieux film de David Lynch, surprenant et fascinant, ouvert à des interprétations différentes d’un lecteur à un autre. Un début qui ressemble à une fin, une fin qui ressemble à un début, des allers-retours dans le temps, des personnages qui se cherchent, des personnages qui s’éloignent, des rancœurs qui se développent, un message mystérieux. Voilà comment on pourrait vous présenter ce livre.

L’ouvrage débute par un prologue des plus déroutants, une femme, qui s’appelle Vincent (c’est aussi un prénom féminin apparemment) se noie en pensant à son demi-frère. On est en décembre 2018. Retour en arrière, au milieu et à la fin des années 90 pour découvrir Paul, étudiant à l’université de Toronto et passionné de musique. Un jeune un peu perdu, pas très sociable, consommateur de drogues qui cherche à retrouver sa sœur, Vincent.

Un peu plus tard, nous les retrouvons dans un hôtel de luxe situé sur l‘île de Vancouver. Les deux travaillent dans cet hôtel de luxe appartenant à un milliardaire américain nommé Jonathan Alkaitis. Un soir, alors que le patron doit venir dans l’hôtel, un mystérieux message apparait sous forme de grafitti sur l’immense paroi de verre de la réception. "Et si vous avaliez du verre brisé ?". Un message qui semble destiné au patron. Ce soir-là, Vincent officie au bar et le patron lui propose un pacte qui va bouleverser sa vie.

On découvre alors au fil des pages cet hôtel de verre, son personnel et assez vite on comprend les différents enjeux de l’histoire, ses intrigues, autour de cette phrase mais surtout autour de la situation dans laquelle Vincent s’est engagée avec la proposition du milliardaire. L’auteur nous renvoie ensuite dans le passé, dans le futur aussi, nous plongeant dans le doute, sans savoir qui a écrit cette phrase et comment elle s'est retrouvée à cet endroit.

L’ouvrage de l’auteure canadienne est inspiré du personnage de Bernard Madoff, le milliardaire à l’origine de la crise des subprimes qui entraîna le monde dans une terrible crise économique en 2008. L’histoire aborde aussi le thème de l’escroquerie financière et la déchéance d’un homme.

Alors voilà, si vous souhaitez sortir des sentiers battus de la littérature, sortir de votre zone de confort de lecture, l’ouvrage d’Emily St. John Mandel est un petit bijou de construction, un diamant brut de lecture qui ne pourra vous laisser indifférent. L’auteur y confirme son immense imagination pour nous proposer une histoire qui se situe entre le polar et la SF avec une dimension psychologique indéniable. Une réussite totale pour un ouvrage fascinant.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Emily St. John Mandel
Le Facebook de Emily St. John Mandel


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=