Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Françoiz Breut
Flux Flou de la Foule  (Cinq7)  mai 2021

Flux Flou de la Foule ou Françoiz Breut contre la gorafisation du monde

Le gorafisme consiste à tenir avec aplomb des propos, essentiellement politiques ou de société, au but uniquement communicationnel. Le discours est alors composé d'"éléments de langage" et se moque de la véracité du propos au risque de tomber dans l'absurdité. Plutôt que d'embrasser un sujet dans sa globalité, il en donne une image parcellaire et tronquée, alimente l'analyse des "petites phrases" répétées à l'infini sur les plateaux télévisés et les réseaux sociaux, puis oubliées dès le lendemain, et participe de l'impression de perte de sens, de repères et de confiance que traverse actuellement le monde. Cette gorafisation du monde nous donne l'impression d'évoluer dans un monde flou.

Mais Françoiz Breut est là. Ses chansons nous accompagnent depuis presque un quart de siècle. Avec le temps, le timbre de sa voix a évolué mais les inflexions restent identiques. D'abord interprète, puis désormais autrice, compositrice et interprète, ses mots ne se départissent jamais d'une élégance et d'une sensibilité qui lui sont propres. D'abord cantonnée aux chansons d'amour, elle aborde ici d'autres thèmes, ceux de la ville, de la pollution, de la jungle urbaine, du déracinement, de l'énergie sexuelle ou de l'utra-moderne solitude comme dirait Souchon, tout en offrant souvent un double-niveau de lecture, celui du sensible ou celui du réel. Françoiz Breut fait confiance à l'intelligence de l'auditeur.

Entourée de Marc Melià aux claviers et à la production de Flux Flou de la Foule, ainsi que de François Schulz et Roméo Poirier, Françoiz Breut quitte ici les rivages familiers d'une chanson aux teintes volontiers sépia pour s'aventurer vers des sonorités électropop sans pour autant perdre en émotion et en sensualité. Flux Flou de la Foule aborde plusieurs thèmes, comme autant de vignettes intimes sur le monde qu'elle observe. "Mes péchés s'accumulent" s'impose déjà comme un incontournable de la discographie de Françoiz Breut en raison de sa sensualité, tout comme "Une fissure", magnifique duo avec le chanteur tunisien Jawhar. Peut-être ces vignettes musicales sont-elles le rapport avec son activité d'illustratrice, et la série de collages érotiques qui accompagnait les premiers exemplaires en vente du disque, des petits formats qui révèlent une partie de l'inconscient de l'artiste.

En quittant les mondes imaginaires de ses derniers albums, ceux sur lesquels figurent ses premiers textes teintés de surréalisme, Françoiz Breut entraîne l'auditeur pour des balades où elle dévoile un peu de son quotidien : "De légers silllons en surface / Sur l'épiderme, rien ne s'efface... Je cours pourtant comme si de rien n'était / Le corps, la tête dans mon guidon chromé" ("Mon dedans vs. mon dehors") ou encore "Cherchant notre chemin, on s'était arrêté / dans une ville éventrée, le monde s'embourbait / dans les rues encombrées" ("Dérives urbaines dans la ville cannibale"), Mais aussi ses préoccupations du moment : "D'un point à l'autre, on transite / Sans passeport, près du but. / Les étoiles nous guident, clignotent / Clins d'oeil dans nos nuits trop courtes" ("Juste de passage") ou "Il y a une faille sur le béton / Elle se lézarde, la félure / Le réacteur est en fusion" ("Une fissure").

Avec Flux Flou de la Foule, Françoiz Breut ne cherche pas à séduire l'auditeur pour mieux l'endormir. Au contraire, elle lui dévoile, avec franchise, et même une certaine naïveté, comment elle évolue dans un monde en mouvement, en train de changer, à l'avenir incertain. Et surtout, dès les premiers vers, elle imprime sa patte aux différentes chansons, cette forme de douceur élégante qui s'impose à l'auditeur comme une évidence. Cet album, donc à la fois immédiatement familier et pourtant différent de ceux que Françoiz Breut a sortis auparavant, est une balise pour l'auditeur qui sait qu'il y reviendra souvent alors que, pendant ce temps, le monde autour de lui est en train de perdre le nord.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album A l'aveuglette de Françoiz Breut
La chronique de l'album La chirurgie des sentiments de Françoiz Breut
Articles : Listen in Bed - La sélection de Françoiz Breut (émission 13 saison 3)
Françoiz Breut en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2005 (mercredi)
Françoiz Breut en concert au Nouveau Casino ( 15 mai 2009)
Françoiz Breut en concert au Café de la Danse (lundi 18 février 2013)
Françoiz Breut en concert au Trianon (mardi 15 décembre 2015)
La conférence de presse de Françoiz Breut (20 avril 2005)
L'interview de Francoiz Breut (3 janvier 2009)

En savoir plus :
Le site officiel de Françoiz Breut
Le Soundcloud de Françoiz Breut
Le Facebook de Françoiz Breut


Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 14 avril 2024 : En avril, de la culture tu suivras le fil

Un peu de soleil, des oiseaux qui chantent, le calme avant la tempête olympique. En attendant, cultivons-nous plutôt que de sauter dans la Seine. Pensez à nous soutenir en suivant nos réseaux sociaux et nos chaines Youtube et Twitch.

Du côté de la musique :

"Kit de survie en milieu hostile" de Betrand Betsch
"Let the monster fall" de Thomas de Pourquery
"Etat sauvage" de Chaton Laveur
"Embers of protest" de Burning Heads
"Sin miedo" de Chu Chi Cha
"Louis Beydts : Mélodies & songs" de Cyrille Dubois & Tristan Raës
"Arnold Schönberg : Pierrot lunaire" de Jessica Martin Maresco, Ensemble Op.Cit & Guillaume Bourgogne
"C'est pas Blanche-neige ni Cendrillon" de Madame Robert
"Brothers and sisters" de Michelle David & True Tones
"Prokofiev" de Nikita Mndoyants
"Alas" de Patrick Langot, Alexis Cardenas, Orchestre de Lutetia & Alejandro Sandler
"Symptom of decline" de The Black Enderkid
"Tigers blood" de Waxahatchee
"Not good enough" de Wizard
et toujours :
"Le carnajazz des animaux" de Dal Sasso Big Band"
"Deep in denial" de Down To The Wire
"Eden beach club" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Ailleurs" de Lucie Folch
"Ultrasound" de Palace
quelques clips en vrac : Pales, Sweet Needles, Soviet Suprem, Mazingo
"Songez" de Sophie Cantier
"Bella faccia" de Terestesa
"Session de rattrapage #5", 26eme épisode de notre podcast Le Morceau Cach

Au théâtre

les nouveautés :
Notes de départs" au Théâtre Poche Montparnasse
"Les chatouilles" au Théâtre de l'Atelier
et toujours :
"Come Bach" au Théâtre Le Lucernaire
"Enfance" au Théâtre Poche Montparnasse
"Lîle des esclaves" au Théâtre Le Lucernaire
"La forme des choses" au Théâtre La Flèche
"Partie" au Théâtre Silvia Monfort
"Punk.e.s" Au Théâtre La Scala
"Hedwig and the angry inch" au théâtre La Scala
"Je voudrais pas crever avant d'avoir connu" au Théâtre Essaïon
"Les crabes" au Théâtre La Scala
"Gosse de riche" au Théâtre Athénée Louis Jouvet
"L'abolition des privilèges" au Théâtre 13
"Lisbeth's" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses
"Music hall Colette" au Théâtre Tristan Bernard
"Pauline & Carton" au Théâtre La Scala
"Rebota rebota y en tu cara explota" au Théâtre de la Bastille
"Une vie" au Théâtre Le Guichet Montparnasse
"Le papier peint jaune" au Théâtre de La Reine Blanche
des reprises :
"Macbeth" au Théâtre Essaion
"Le chef d'oeuvre inconnu" au Théâtre Essaion
"Darius" au Théâtre Le Lucernaire
"Rimbaud cavalcades" au Théâtre Essaion
"La peur" au Théâtre La Scala

Une exposition à la Halle Saint Pierre : "L'esprit Singulier"

Du cinéma avec :

"Amal" de Jawad Rhalib
"L'île" de Damien Manivel
zt toujours :
"Le naméssime" de Xavier Bélony Mussel
"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

et toujours :
"L'innondation" de Igor Miniaev
"Laissez-moi" de Maxime Rappaz
"Le jeu de la Reine" de Karim Ainouz
"El Bola" de Achero Manas qui ressort en salle
"Blue giant" de Yuzuru Tachikawa
"Alice (1988)" de Jan Svankmajer
 "Universal Theory" de Timm Kroger
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"L'origine des larmes" de Jean-Paul Dubois
"Mort d'un libraire" de Alice Slater
"Mykonos" de Olga Duhamel-Noyer
et toujours :
"Des gens drôles" de Lucile Commeaux, Adrien Dénouette, Quentin Mével, Guillaume Orignac & Théo Ribeton
"L'empire britanique en guerre" de Benoît Rondeau
"La république des imposteurs" de Eric Branca
"L'absence selon Camille" de Benjamin Fogel
"Sub Pop, des losers à la conquête du monde" de Jonathan Lopez
"Au nord de la frontière" de R.J. Ellory
"Anna 0" de Matthew Blake
"La sainte paix" de André Marois
"Récifs" de Romesh Gunesekera

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=