Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Mansfield Tya - Jullian Angel
La Maroquinerie  (Paris)  15 février 2006

Seul avec sa guitare, c'est Jullian Angel, poulain du micro-label indépendant Another Record, qui ouvre cette soirée à la Maroquinerie.

Le songwriter, cheveux longs, chemise bien boutonnée, est accueilli par un public calme, qui restera assis tout au long de la soirée.

Et pour cause, l'heure n'est pas à la rigolade et encore moins à la danse. L'ambiance est solennelle, l'auditoire bercé par la pop mélancolique et la voix lancinante du chanteur.

C'est en anglais que Jullian Angel a choisi de partager ses tourments. Et même si l'on a du mal à décrypter les paroles, l'émotion dégagée est si sincère et profonde qu'elle scotche l'assistance dès le premier morceau.

 

 

Son chant vient des tripes et sa voix torturée ne laisse pas indifférent. Quand il se sample et superpose deux voire plusieurs voix c'est tout simplement magnifique. Même si la guitare est l'élément central de sa folk baroque, les multiples sons qu'il intègre petit à petit enrobent les mélodies d'un halo parfois surprenant mais toujours séduisant.

A mi-parcours, il est rejoint par Valérie Leclercq, alias Half Asleep, jeune pianiste également remarquée par Another Record et désormais produite par Unique Records.

Si les touches discrètes du piano et la voix fluette de la belge cassent la linéarité du concert, on regrette le dénuement de la formation guitare-chant qui conférait aux compositions de Jullian ce charme si original.

Puis c'est au tour des nantaises de Mansfield Tya, Julia Lanoë et Carla Fallone, de captiver le public avec leurs mélodies à fleur de peau.

C'est la première fois que le duo occupe une tête d'affiche parisienne et l'appréhension se lit sur leurs visages.

C'est avec une timidité émouvante qu'elles investissent la scène avec pour attributs une guitare, un piano, un violon et un harmonium, sorte d'accordéon posé au soufflet commandé par un pédalier .

Elles ne sont que deux et pourtant remplissent la salle d'une aura éblouissante. Julia au chant, Carla au violon. Mais ce n'est que le début.

Car elle naviguent d'un instrument à l'autre, avec toujours autant de grâce.

La voix de Julia, à la fois frêle et puissante, écorchée et lumineuse, évoque par moments celle de Chan Marshall (Cat Power). Quant à Carla, elle fait virevolter son violon, tantôt inquiétant, tantôt caressant.

Après "Fools" en ouverture, elles nous honorent d'un "Shout of Rain" dont l'intensité, déjà palpable sur l'album, prend toute son ampleur en live et provoque l'acclamation d'un public fasciné.

Puis c'est "Mon amoureuse", ode à l'amour féminin sous forme de ballade entêtante, suivi du romantique "For you", jolie reprise de Leonard Cohen. Parfois, la douceur laisse place à la violence, le rock intimiste et éthéré ("Tomorrow"), à un rock dur à l'énergie brute, comme sur la puissante "The day goes pale". Quel que soit le registre, on se laisse étourdir par leur univers à part et mystérieux.

Dommage que la prestation n'ait duré qu'une heure…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album June de Mansfield Tya
La chronique de l'album Seules au bout de 23 secondes de Mansfield TYA
Mansfield Tya en concert au Bataclan (mardi 16 février 2010)
Mansfield Tya en concert au Festival international de la chanson de Granby 2012 (44ème édition) - jeudi 13 septembre
L'interview de Mansfield Tya (15 février 2006)
La chronique de l'album Like was the answer de Jullian Angel
La chronique de l'album For a ghost (in a room session) de Jullian Angel
La chronique de l'album Kamikaze Planning Holidays de Jullian Angel

En savoir plus :

Le site officiel de Mansfield Tya
Le site officiel de Jullian Angel

Crédits photos : Laurent (plus de photos sur Taste of indie)


MarieG         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 17 février 2019 : Presque le printemps

De Kafka à Kukafka, Miossec à Berlioz, il y a de quoi lire, voir, écouter cette semaine dans la petite sélection culturelle de nos chroniqueurs. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Gallipoli" de Beirut
"Ulysse et Mona" de Minizza
Rencontre avec Miossec autour de son album "Les Rescapés"
Une discographie d'Hector Berlioz par Jérôme Gillet
"Been meaning to tell you" de Ina Forsman
"4eme jour, Kan Ya Ma Kan" de Interzone
"A thousand days" de June Bug
EP de Bertille
"Morning room EP" de Catfish
"Souviens toi" de Laurent Montagne
"Blood siren" de Sarah McCoy
"Complètement flippé" de 16 Kat
et toujours :
"Persona" de Betrand Belin
"Les rivages barbelés" de Intratextures
"The mirror" de Nicolas Gardel et Rémi Panossian
"La révolte des couverts" de Wildmimi
"The sublime" de Yeruselem
"Aksham" de Aksham
"Last train" de Big Dez
"Tightrope EP" de Bigger
Caroline Loeb au Grand Point Virgule pour jouer "Comme Sagan" en live
Présentation du 11ème festival de Beauregard et de sa programmation
"Kalune EP" de Kalune

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Kafka sur le rivage" au Théâtre de la Colline
"Matin et Soir" au Théâtre de l'Aquarium
"J'ai pris mon père sur mes épaules" au Théâtre du Rond-Point
"Pourquoi dis, m'as-tu volé mes yeux" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Les membres fantômes" au Théâtre La Flèche
"Le bois dont je suis fait" au Théâtre de Belleville
"Peur(s)au Théâtre L'Etoile du Nord
"A vue" au Théâtre de la Tempête
"Merci" à La Folie Théâtre
"Barber Shop Quartet - Chapitre IV" au Théâtre Essaion
"Maria Dolorès y Habibi Starlight" au Café de la Danse
les reprises:
"Grande" au Centquatre
"Politiquement correct" au Théâtre de l'Oeuvre
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Roux ! De Jean-Jacques Henner à Sonia Rykiel" au Musée Jean-Jacques Henner
et dernière ligne droite pour "Rodin - Dessiner Découper" au Musée Rodin

Cinéma avec :

le film de la semaine : "Le jeune Picasso" de Phil Bradsky

Lecture avec :

"Dans la neige" de Danya Kukafka
Interview de Nylso dans le cadre du festival de la Bande Dessinée d'Angoulême
"L'île longue" de Victoire de Changy
"La main noire" de Robert Vincent illustré des musiques de Anthony Reynolds
"Le manufacturier / responsabilité absolue" de Mattias Köpling / Jocko Willink & Leif Babin
"Sans compter la neige" de Brice Homs
"So sad today" de Melissa Broder
et toujours :
"Angola janga" de Marcelo D'Salete
Interview de Stella Lory dans le cadre du festival de la BD d'Angoulême
"Gangs of L.A." de Joe Ide
"Hunger : une histoire de mon corps" de Roxane Gay
"L'Amérique derrière moi" de Erwan Desplanques
"L'ombre d'un père" de Christoph Hein
"Le président des ultra riches" de Michel Pinçon et Monique Pinçon Charlot
"Que faire des cons ?" de Maxime Rovere
"Une éducation" de Tara Westover

Froggeek's Delight :

"I Will Survive" petit tour d'horizon des jeux dits "Survival"

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=