Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Mansfield Tya - Jullian Angel
La Maroquinerie  (Paris)  15 février 2006

Seul avec sa guitare, c'est Jullian Angel, poulain du micro-label indépendant Another Record, qui ouvre cette soirée à la Maroquinerie.

Le songwriter, cheveux longs, chemise bien boutonnée, est accueilli par un public calme, qui restera assis tout au long de la soirée.

Et pour cause, l'heure n'est pas à la rigolade et encore moins à la danse. L'ambiance est solennelle, l'auditoire bercé par la pop mélancolique et la voix lancinante du chanteur.

C'est en anglais que Jullian Angel a choisi de partager ses tourments. Et même si l'on a du mal à décrypter les paroles, l'émotion dégagée est si sincère et profonde qu'elle scotche l'assistance dès le premier morceau.

 

 

Son chant vient des tripes et sa voix torturée ne laisse pas indifférent. Quand il se sample et superpose deux voire plusieurs voix c'est tout simplement magnifique. Même si la guitare est l'élément central de sa folk baroque, les multiples sons qu'il intègre petit à petit enrobent les mélodies d'un halo parfois surprenant mais toujours séduisant.

A mi-parcours, il est rejoint par Valérie Leclercq, alias Half Asleep, jeune pianiste également remarquée par Another Record et désormais produite par Unique Records.

Si les touches discrètes du piano et la voix fluette de la belge cassent la linéarité du concert, on regrette le dénuement de la formation guitare-chant qui conférait aux compositions de Jullian ce charme si original.

Puis c'est au tour des nantaises de Mansfield Tya, Julia Lanoë et Carla Fallone, de captiver le public avec leurs mélodies à fleur de peau.

C'est la première fois que le duo occupe une tête d'affiche parisienne et l'appréhension se lit sur leurs visages.

C'est avec une timidité émouvante qu'elles investissent la scène avec pour attributs une guitare, un piano, un violon et un harmonium, sorte d'accordéon posé au soufflet commandé par un pédalier .

Elles ne sont que deux et pourtant remplissent la salle d'une aura éblouissante. Julia au chant, Carla au violon. Mais ce n'est que le début.

Car elle naviguent d'un instrument à l'autre, avec toujours autant de grâce.

La voix de Julia, à la fois frêle et puissante, écorchée et lumineuse, évoque par moments celle de Chan Marshall (Cat Power). Quant à Carla, elle fait virevolter son violon, tantôt inquiétant, tantôt caressant.

Après "Fools" en ouverture, elles nous honorent d'un "Shout of Rain" dont l'intensité, déjà palpable sur l'album, prend toute son ampleur en live et provoque l'acclamation d'un public fasciné.

Puis c'est "Mon amoureuse", ode à l'amour féminin sous forme de ballade entêtante, suivi du romantique "For you", jolie reprise de Leonard Cohen. Parfois, la douceur laisse place à la violence, le rock intimiste et éthéré ("Tomorrow"), à un rock dur à l'énergie brute, comme sur la puissante "The day goes pale". Quel que soit le registre, on se laisse étourdir par leur univers à part et mystérieux.

Dommage que la prestation n'ait duré qu'une heure…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album June de Mansfield Tya
La chronique de l'album Seules au bout de 23 secondes de Mansfield TYA
Mansfield Tya en concert au Bataclan (mardi 16 février 2010)
Mansfield Tya en concert au Festival international de la chanson de Granby 2012 (44ème édition) - jeudi 13 septembre
L'interview de Mansfield Tya (15 février 2006)
La chronique de l'album Like was the answer de Jullian Angel
La chronique de l'album For a ghost (in a room session) de Jullian Angel
La chronique de l'album Kamikaze Planning Holidays de Jullian Angel

En savoir plus :

Le site officiel de Mansfield Tya
Le site officiel de Jullian Angel

Crédits photos : Laurent (plus de photos sur Taste of indie)


MarieG         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=