Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Nervous Cabaret
La Flèche d'or  (Paris)  1er mars 2006

Après un bref passage en solo à Paris d'Elyas Khan le frontman de Nervous Cabaret fin janvier, le groupe entier a pris pied sur le sol français pour une tournée qui commence par deux concerts à la Flèche d'Or.

Ce soir, pas moins de 4 groupes à l'affiche de la Flèche d'Or, enfumée et bondée comme jamais, au point où seule la démarche en crabe permettait un quelconque déplacement.

La programmation à une heure tardive de la tête d'affiche Nervous Cabaret d'affiche s'avère finalement fort judicieuse car elle aura pour effet de décongestionner la salle des groupies des 3 premiers groupes et des forçats du dernier métro, permettant aux fans du groupe de pouvoir apprécier leur set. Restaient bien les clubbers habitués du lieu mais le temps écoulé et le nombre de verres ingurgités avaient un peu entamé leur velléité de logorrhée d'hype branchouille.

Ceux qui n'avaient pu assister aux Transmusicales de Rennes en 2005 découvrent les musiciens : Fred Wright à la trompette, Don Undeen au saxophone, Matt Morandi à la basse, Greg "G Wiz" Wieczorek aux batterie et percussions, Brian Geltner au tympanium et bien sûr Elyas Khan à la guitare et au chant.

Et si leur album éponyme sorti en novembre 2005 peut donner une idée de leur "ecstatic music for savage souls", il faut bien reconnaître que le live permet de mesurer à la fois la singularité de leur musique résultat d'une belle symbiose de talents et sa puissance. Car ce ne sont pas des musiciens nés de la dernière pluie et leurs noms sont plus que connus.

Nervous Cabaret est né de la rencontre de musiciens passionnés qui avaient envie de donner libre cours à leurs fantasmes musicaux. Cela donne une musique profonde, viscérale, féroce, profondément humaine et brute, qui casse toutes les conventions musicales se jouant des dissonances comme des discordances dès lors que le rythme transcende les émotions.

La section rythmique est menée par des fous furieux. Regardez bien Brian Geltner et son tympanum car ce n'est pas un instrument courant.

A ses côtés, en totale harmonie, Greg Wiz semble faire partie intégrante de sa batterie tant son corps participe de la fièvre qu'il impulse à ses fûts.

Côte à côte, ils jouent à l'unisson, se regardant souvent, dans une sorte de transe qui monte crescendo au point que l'on se demande si les instruments ne vont pas rendre l'âme.

Bien que les lumières le laissent souvent dans l'ombre, il ne faut pas oublier Matt Morandi qui porte la basse, souvent reléguée au second plan, dans des accords et une échelle de gammes tout à fait remarquables participant totalement à la structure du morceau.

La section cuivres quant à elle, même si elle est, contrairement à l'habitude, en fond de scène ce qui leu rpermet d'avoir une vision totale de la rythmique, elle repose sur deux maîtres en matière de vibrations.

La trompette de Fred Wright, qui officie aussi aux chœurs en cris affolants, part dans des en volées parfois suraigues temporisées par les graves maîtrisés du saxo baryton de Don Undeen et offre un véritable écrin à Elyas Khan.

La voix brute, rauque, chaude et envoûtante de ce dernier qui possède une scansion atypique aux confins de la mélopée et du rap, transcende les morceaux et arrive à dominer l'ensemble qu'il paraît guider d'une guitare luxuriante, triturée, fouillée aux confins de ses possibilités rythmiques et sonores.

Pour ceux qui ont aimé leur album et se colleter dans des contrées musicales étranges et inusitées, du punk au free jazz, ce concert est un grand moment inoubliable et une vraie claque musicale.

Les morceaux de leur album (comme "Furious bed", "Tryptych", "Kid sic", "Mel Gibson" ou "Grand palace of love" mais il faudrait les citer tous) sont totalement transcendés en live et portés à la puissance 100 000. Nervous Cabaret propose également quelques titres de leur précédent LP Ecstatic music for savage souls ("Learning out the windows", "Hotel 94" et "Page 13") qui attestent de leur ingéniosité et leur virtuosité.

A rater sous aucun prétexte pour ne pas mourir idiot !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album eponyme de Nervous Cabaret
La chronique de l'album Drop Drop de Nervous Cabaret
Nervous Cabaret en concert au Festival Les Trans 2005 (Jeudi)
Nervous Cabaret en concert à La Maroquinerie (9 mai 2006)
Nervous Cabaret en concert à La Maroquinerie (22 octobre 2007)
L'interview de Elyas Khan - Nervous Cabaret (février 2006)

En savoir plus :

Le site officiel de Nervous Cabaret

Crédits photos : David (plus de photos sur Taste of indie )


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 12 juillet 2020 : Un air d'été

On entre dans la saison des vacances, pour vous comme pour nos chroniqueurs. Vous nous retrouverez tout l'été quand même avec des éditions web plus légères et toujours notre Froggy's TV bien sûr avec La Mare Aux Grenouilles et plein d'autres émissions. c'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

La Mare Aux Grenouilles #6, sommaire et replay
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.

Au théâtre :

en salle :
"Littoral" au Théâtre de la Colline
"Karine Dubernet - Souris pas" au Point Virgule
et dans un fauteuil de salon :
des créations :
"Yvonne princesse de Bourgogne" par Jacques Vincey
"Lucrèce Borgia" par Lucie Berelowitsch
"La Dernière neige" de et par Didider Bezace
"Pinocchio" de Joël Pommerat
"Soulever la politique" de Denis Guénoun
"Je marche dans la nuit par un chemin mauvais" de et par Ahmed Madani
Au théâtre ce soir :
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"Le Tombeur" de Robert Lamoureux
"Une cloche en or" de Sim
du boulevard :
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Face à face" de Francis Joffo
du côté des humoristes :
"Bernard Mabille sur mesure"
"Christophe Alévêque est est Super Rebelle... et candidat libre !"
et finir l'Opéra :
avec du lyrique :
"Le Balcon" de Peter Eotvos par Damien Bigourdan
"Orlando furioso" de Antonio Vivaldi par Diego Fasolis
"La Flûte enchantée" de Mozart par Romeo Castellucci
et du ballet avec deux créations étonnantes : "Raymonda" de Marius Petipa et "Allegria" de Kader Atto

Expositions :

les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma at home avec :
le cinéma contemporain
"A woman at war " de Benedikt Erlingsson
"Lulu" de Uwe Janson 
"L'Apotre" de Cheyenne Carron
"La tendresse" de Marion Hänsel
"Crawl" de Herve Lasgouttes
"Nesma" de Homeïda Behi
le cinéma culte des années 1920 :
"Le cuirassé Potemkine" de Sergueï Eisenstein
"Nosferatu le vampire" de Friedrich Wilhelm Murnau
"Le Cabinet du docteur Caligari" de Robert Wiene
"Les Deux Orphelines" de D.W. Griffith
et l'entre deux avec les années 1970 :
"Mado"de Claude Sautet
"La Traque" de Serge Leroy
"La femme du dimanche" de Luigi Comencini
et retour au 2ème millénaire avec de l'action :
"Lara Croft : Tomb Raider, le berceau de la vie" de Jan De Bont
"Blade Trinty" de David S. Goyer
avant de conclure en romance avec : "Un havre de paix  de Lasse Hallström

Lecture avec :

"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=