Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Nervous Cabaret
La Flèche d'or  (Paris)  1er mars 2006

Après un bref passage en solo à Paris d'Elyas Khan le frontman de Nervous Cabaret fin janvier, le groupe entier a pris pied sur le sol français pour une tournée qui commence par deux concerts à la Flèche d'Or.

Ce soir, pas moins de 4 groupes à l'affiche de la Flèche d'Or, enfumée et bondée comme jamais, au point où seule la démarche en crabe permettait un quelconque déplacement.

La programmation à une heure tardive de la tête d'affiche Nervous Cabaret d'affiche s'avère finalement fort judicieuse car elle aura pour effet de décongestionner la salle des groupies des 3 premiers groupes et des forçats du dernier métro, permettant aux fans du groupe de pouvoir apprécier leur set. Restaient bien les clubbers habitués du lieu mais le temps écoulé et le nombre de verres ingurgités avaient un peu entamé leur velléité de logorrhée d'hype branchouille.

Ceux qui n'avaient pu assister aux Transmusicales de Rennes en 2005 découvrent les musiciens : Fred Wright à la trompette, Don Undeen au saxophone, Matt Morandi à la basse, Greg "G Wiz" Wieczorek aux batterie et percussions, Brian Geltner au tympanium et bien sûr Elyas Khan à la guitare et au chant.

Et si leur album éponyme sorti en novembre 2005 peut donner une idée de leur "ecstatic music for savage souls", il faut bien reconnaître que le live permet de mesurer à la fois la singularité de leur musique résultat d'une belle symbiose de talents et sa puissance. Car ce ne sont pas des musiciens nés de la dernière pluie et leurs noms sont plus que connus.

Nervous Cabaret est né de la rencontre de musiciens passionnés qui avaient envie de donner libre cours à leurs fantasmes musicaux. Cela donne une musique profonde, viscérale, féroce, profondément humaine et brute, qui casse toutes les conventions musicales se jouant des dissonances comme des discordances dès lors que le rythme transcende les émotions.

La section rythmique est menée par des fous furieux. Regardez bien Brian Geltner et son tympanum car ce n'est pas un instrument courant.

A ses côtés, en totale harmonie, Greg Wiz semble faire partie intégrante de sa batterie tant son corps participe de la fièvre qu'il impulse à ses fûts.

Côte à côte, ils jouent à l'unisson, se regardant souvent, dans une sorte de transe qui monte crescendo au point que l'on se demande si les instruments ne vont pas rendre l'âme.

Bien que les lumières le laissent souvent dans l'ombre, il ne faut pas oublier Matt Morandi qui porte la basse, souvent reléguée au second plan, dans des accords et une échelle de gammes tout à fait remarquables participant totalement à la structure du morceau.

La section cuivres quant à elle, même si elle est, contrairement à l'habitude, en fond de scène ce qui leu rpermet d'avoir une vision totale de la rythmique, elle repose sur deux maîtres en matière de vibrations.

La trompette de Fred Wright, qui officie aussi aux chœurs en cris affolants, part dans des en volées parfois suraigues temporisées par les graves maîtrisés du saxo baryton de Don Undeen et offre un véritable écrin à Elyas Khan.

La voix brute, rauque, chaude et envoûtante de ce dernier qui possède une scansion atypique aux confins de la mélopée et du rap, transcende les morceaux et arrive à dominer l'ensemble qu'il paraît guider d'une guitare luxuriante, triturée, fouillée aux confins de ses possibilités rythmiques et sonores.

Pour ceux qui ont aimé leur album et se colleter dans des contrées musicales étranges et inusitées, du punk au free jazz, ce concert est un grand moment inoubliable et une vraie claque musicale.

Les morceaux de leur album (comme "Furious bed", "Tryptych", "Kid sic", "Mel Gibson" ou "Grand palace of love" mais il faudrait les citer tous) sont totalement transcendés en live et portés à la puissance 100 000. Nervous Cabaret propose également quelques titres de leur précédent LP Ecstatic music for savage souls ("Learning out the windows", "Hotel 94" et "Page 13") qui attestent de leur ingéniosité et leur virtuosité.

A rater sous aucun prétexte pour ne pas mourir idiot !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album eponyme de Nervous Cabaret
La chronique de l'album Drop Drop de Nervous Cabaret
Nervous Cabaret en concert au Festival Les Trans 2005 (Jeudi)
Nervous Cabaret en concert à La Maroquinerie (9 mai 2006)
Nervous Cabaret en concert à La Maroquinerie (22 octobre 2007)
L'interview de Elyas Khan - Nervous Cabaret (février 2006)

En savoir plus :

Le site officiel de Nervous Cabaret

Crédits photos : David (plus de photos sur Taste of indie )


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 21 juillet 2019 : La folle histoire de l'espace

Ces jours-ci on célèbre les premiers pas de l'homme sur la lune, on ambitionne d'y retourner. En attendant, c'est les pieds sur terre que nous vous proposons notre petite sélection culturelle pour vous inviter à décoller un peu vous aussi du quotidien. C'est parti :

Du côté de la musique :

"Triple ripple" de Automatic City
"Jaws" de Condore
"480" de DBK Project
"Echo" de Marion Roch
"Bach & co" de Thibault Noally & Les Accents
"To be continued" de Tropical Mannschaft
Haiku Hands au festival Terre du Son #15
Sara Zinger égalment à Terre du Son, à retrouver en interview
interview de The Psychotic Monks toujours à Terre du Son
On vous parle du Festival de Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Samedi avec Beach Youth, Clara Luciani, Idles, The Hives, Mogwai...
Dimanche pour finir avec Bro Gunnar Jansson, Jeanne Added, Tears for Fears, Interpol...
et toujours :
"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...

Au théâtre :

"Iceberg" au Théâtre de la Reine Blanche
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle

Cinéma :

la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"Benalla, la vraie histoire" de Sophie Coignard
"Floride" de Laurent Groff
"Whitman" de Barlen Pyamootoo
et toujours :
"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"La traque du Bismarck" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=