Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Jacques Mougenot
Interview  (Paris)  7 mars 2006

Jacques Mougenot, comédien, auteur dramatique et enseignant est actuellement à l'affiche avec "L'affaire Dussaert" un époustouflant et surprenant monologue.

Il est aussi romancier et a commis en 2002 un petit bijou "La machine à démonter le temps" qui entraîne le lecteur à la recherche du secret du temps.

La curiosité nous a poussé à chercher si Jacques Mougenot en avait perçé lemystère.

Commençons peu être par quelques nouvelles du spectacle "L'affaire Dussaert" que vous jouez actuellement au Petit Hébertot.

Jacques Mougenot : Le spectacle marche bien et est prolongé jusqu'au 1 er avril et éventuellement plus si affinités avec le public.

Impossible de ne pas vous demander également votre sentiment sur la pièce d'Ionesco "la cantatrice chauve" actuellement à l'affiche du Théâtre Clavel dans la distribution de laquelle figure votre frère François Mougenot. Et je reconnais bien volontiers qu'il s'agit d'une question piège.

Jacques Mougenot : Oui (sourire). Je trouve que la mise en scène est bonne car Ionesco n'est pas un auteur facile. C'est à la fois pertinent et impertinent dans la mesure où cela respecte l'auteur et également le spectateur. Et surtout ce n'est pas ennuyeux. Je crois que Ionesco va mieux vieillir que certains auteurs plus "intellectuels" même si ce qu'il écrit est cérébral car il est toujours théâtral. Il écrit pour des comédiens.

Parlons un peu de votre roman au titre en pirouette "La machine à démonter le temps" qui se présente comme une véritable machine à démonter le lecteur.

Jacques Mougenot : Ce roman est construit comme une mécanique, un jeu de l'esprit qui en appelle à l'imagination du lecteur. Je m'intéresse à la question insoluble du temps, question que je me pose encore et qui n'a pas été résolue et qui en tout cas ne peut pas être résolue ni par la science ni par la philosophie il me semble. Je m'y intéresse non pas en philosophe mais en romancier. Je ne suis certes pas le premier à m'y intéresser, Marcel Proust ayant déjà œuvrer en ce domaine, mais j'aborde tous les thèmes et toutes les questions que l'on peut se poser sur le temps, le temps humain bien sûr.

Dans ce roman, vous abordez effectivement de nombreux thèmes qui sont manifestement des thèmes de prédilection puisque l'on peut les retrouver aborder de manière peut être différente par exemple dans votre spectacle "L'affaire Dussaert".

Jacques Mougenot : Le temps constitue le tissu de notre vie. Toutes les pensées, les démarches, les activités de l'homme sont tôt ou tard confrontés à cette vision du temps. Je crois que la vie humaine a changé avec la vision de l'espace mais la vision du temps n'a pas beaucoup changé. Il s'agit d'une vision spatiale, chronologique, linéaire. Mon personnage principal part comme un héros à la conquête de ce trésor chimérique. Et c'est la forme romanesque que j'ai choisie ainsi que le divertissement. Je m'amuse également avec les différents styles littéraires, aussi bien le thriller que la poésie. J 'ai voulu aborder avec légèreté des questions relativement ardues et profondes. Mais dès le début, j'entraîne le lecteur sur de fausses pistes.

C'est un procédé récurrent chez vous. Vous donnez au lecteur comme au spectateur des postulats de départ qui sont erronés mais qui ont toute l'apparence de la réalité. Et le secret du temps?

Jacques Mougenot : Le secret du temps n'est pas un secret de polichinelle et donc on ne peut pas le révéler. Pour être plus précis, il n'y pas de question sans réponse. Et s'il n'y a pas de réponse c'est que la question est mal posée. Nous restons dans la définition de Saint Augustin : "Si on ne me demande pas de dire ce que c'est, tout le monde le sait. Si on me demande de l'expliquer, on ne le sait plus".

Mon héros se heurte à un mur qui est le mur de toute explication scientifique, métaphysique ou philosophique. Je soulève tous les paradoxes ce qui oblige le lecteur à s'interroger et peut être à se rendre compte que le temps est une illusion, la plus familière, la plus ancrée en nous, et donc la moins soupçonnée d'être une illusion.

Dans votre roman, vous écrivez "Il est vrai que le but caché de toute recherche n'est peut être après tout que la connaissance de soi pour qui l'autre, le but avoué, n'est qu'un prétexte.". Est-ce votre cas avec ce roman?

Jacques Mougenot : Oui, tout à fait. Et c'est une constatation qui concerne tous les chercheurs aussi bien de trésors que scientifiques. Le vrai trésor est la connaissance de soi. Quant à y arriver….

En savez-vous aujourd'hui plus sur vous ?

Jacques Mougenot : Oui certainement car c'est l'apport de toute démarche artistique. La connaissance de soi passe aussi par la perte de certaines illusions et la capacité à moins se tromper. Je dirai, comme dans certaines philosophies pour lesquelles le but c'est le chemin à parcourir pour tendre vers l'objectif fixé et non d'atteindre cet objectif, que c'est davantage la lecture du roman qui peut apporter quelque chose au lecteur que ce que je pourrais en dire. Toutes les gloses ne vaudront jamais la lecture.

Pourquoi ce choix d'un fragment des "Noces de Cana" de Véronèse en couverture de votre roman ?

Jacques Mougenot : Ce tableau, qui a une histoire assez fascinante, est l'illustration, jamais vraiment analysée, du mystère du temps. On rentre un peu dans la mystique. Cette fable des Noces de Cana recèle tous les mystères de l'homme et tous les paradoxes avec notamment la symbolique du changement. Le temps est un changement. Le fait de changer l'eau en vin sans qu'il y ait de passage du temps, le miracle, cela rejoint le paradoxe de Xénon d'Elée "Pourquoi le mouvement est-il possible?". Le mouvement décrit par les scientifiques est scientifiquement impossible.

On ne peut définir le temps que par rapport au mouvement et on ne peut définir le mouvement que par rapport au temps. Comme on a conscience du mouvement, on a également conscience de l'immobile et du permanent ce qui nous fait toucher le problème du temps et de l'éternité. Dans ce tableau de Véronèse, tous ces symboles sont réunis par un peintre qui n'était pas un peintre symboliste. Par ailleurs, le livre se termine dans la contemplation de ce tableau.

Ce tableau m'inspire. Il mériterait qu'on lui consacre un roman.

(Ndlr : précédant ma question)

Jacques Mougenot : Si j'ai le temps….

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique du livre La machine à démonter le temps
La chronique du spectacle L'affaire Dussaert

Crédits photo : JM


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=