Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Jacques Mougenot
Interview  (Paris)  7 mars 2006

Jacques Mougenot, comédien, auteur dramatique et enseignant est actuellement à l'affiche avec "L'affaire Dussaert" un époustouflant et surprenant monologue.

Il est aussi romancier et a commis en 2002 un petit bijou "La machine à démonter le temps" qui entraîne le lecteur à la recherche du secret du temps.

La curiosité nous a poussé à chercher si Jacques Mougenot en avait perçé lemystère.

Commençons peu être par quelques nouvelles du spectacle "L'affaire Dussaert" que vous jouez actuellement au Petit Hébertot.

Jacques Mougenot : Le spectacle marche bien et est prolongé jusqu'au 1 er avril et éventuellement plus si affinités avec le public.

Impossible de ne pas vous demander également votre sentiment sur la pièce d'Ionesco "la cantatrice chauve" actuellement à l'affiche du Théâtre Clavel dans la distribution de laquelle figure votre frère François Mougenot. Et je reconnais bien volontiers qu'il s'agit d'une question piège.

Jacques Mougenot : Oui (sourire). Je trouve que la mise en scène est bonne car Ionesco n'est pas un auteur facile. C'est à la fois pertinent et impertinent dans la mesure où cela respecte l'auteur et également le spectateur. Et surtout ce n'est pas ennuyeux. Je crois que Ionesco va mieux vieillir que certains auteurs plus "intellectuels" même si ce qu'il écrit est cérébral car il est toujours théâtral. Il écrit pour des comédiens.

Parlons un peu de votre roman au titre en pirouette "La machine à démonter le temps" qui se présente comme une véritable machine à démonter le lecteur.

Jacques Mougenot : Ce roman est construit comme une mécanique, un jeu de l'esprit qui en appelle à l'imagination du lecteur. Je m'intéresse à la question insoluble du temps, question que je me pose encore et qui n'a pas été résolue et qui en tout cas ne peut pas être résolue ni par la science ni par la philosophie il me semble. Je m'y intéresse non pas en philosophe mais en romancier. Je ne suis certes pas le premier à m'y intéresser, Marcel Proust ayant déjà œuvrer en ce domaine, mais j'aborde tous les thèmes et toutes les questions que l'on peut se poser sur le temps, le temps humain bien sûr.

Dans ce roman, vous abordez effectivement de nombreux thèmes qui sont manifestement des thèmes de prédilection puisque l'on peut les retrouver aborder de manière peut être différente par exemple dans votre spectacle "L'affaire Dussaert".

Jacques Mougenot : Le temps constitue le tissu de notre vie. Toutes les pensées, les démarches, les activités de l'homme sont tôt ou tard confrontés à cette vision du temps. Je crois que la vie humaine a changé avec la vision de l'espace mais la vision du temps n'a pas beaucoup changé. Il s'agit d'une vision spatiale, chronologique, linéaire. Mon personnage principal part comme un héros à la conquête de ce trésor chimérique. Et c'est la forme romanesque que j'ai choisie ainsi que le divertissement. Je m'amuse également avec les différents styles littéraires, aussi bien le thriller que la poésie. J 'ai voulu aborder avec légèreté des questions relativement ardues et profondes. Mais dès le début, j'entraîne le lecteur sur de fausses pistes.

C'est un procédé récurrent chez vous. Vous donnez au lecteur comme au spectateur des postulats de départ qui sont erronés mais qui ont toute l'apparence de la réalité. Et le secret du temps?

Jacques Mougenot : Le secret du temps n'est pas un secret de polichinelle et donc on ne peut pas le révéler. Pour être plus précis, il n'y pas de question sans réponse. Et s'il n'y a pas de réponse c'est que la question est mal posée. Nous restons dans la définition de Saint Augustin : "Si on ne me demande pas de dire ce que c'est, tout le monde le sait. Si on me demande de l'expliquer, on ne le sait plus".

Mon héros se heurte à un mur qui est le mur de toute explication scientifique, métaphysique ou philosophique. Je soulève tous les paradoxes ce qui oblige le lecteur à s'interroger et peut être à se rendre compte que le temps est une illusion, la plus familière, la plus ancrée en nous, et donc la moins soupçonnée d'être une illusion.

Dans votre roman, vous écrivez "Il est vrai que le but caché de toute recherche n'est peut être après tout que la connaissance de soi pour qui l'autre, le but avoué, n'est qu'un prétexte.". Est-ce votre cas avec ce roman?

Jacques Mougenot : Oui, tout à fait. Et c'est une constatation qui concerne tous les chercheurs aussi bien de trésors que scientifiques. Le vrai trésor est la connaissance de soi. Quant à y arriver….

En savez-vous aujourd'hui plus sur vous ?

Jacques Mougenot : Oui certainement car c'est l'apport de toute démarche artistique. La connaissance de soi passe aussi par la perte de certaines illusions et la capacité à moins se tromper. Je dirai, comme dans certaines philosophies pour lesquelles le but c'est le chemin à parcourir pour tendre vers l'objectif fixé et non d'atteindre cet objectif, que c'est davantage la lecture du roman qui peut apporter quelque chose au lecteur que ce que je pourrais en dire. Toutes les gloses ne vaudront jamais la lecture.

Pourquoi ce choix d'un fragment des "Noces de Cana" de Véronèse en couverture de votre roman ?

Jacques Mougenot : Ce tableau, qui a une histoire assez fascinante, est l'illustration, jamais vraiment analysée, du mystère du temps. On rentre un peu dans la mystique. Cette fable des Noces de Cana recèle tous les mystères de l'homme et tous les paradoxes avec notamment la symbolique du changement. Le temps est un changement. Le fait de changer l'eau en vin sans qu'il y ait de passage du temps, le miracle, cela rejoint le paradoxe de Xénon d'Elée "Pourquoi le mouvement est-il possible?". Le mouvement décrit par les scientifiques est scientifiquement impossible.

On ne peut définir le temps que par rapport au mouvement et on ne peut définir le mouvement que par rapport au temps. Comme on a conscience du mouvement, on a également conscience de l'immobile et du permanent ce qui nous fait toucher le problème du temps et de l'éternité. Dans ce tableau de Véronèse, tous ces symboles sont réunis par un peintre qui n'était pas un peintre symboliste. Par ailleurs, le livre se termine dans la contemplation de ce tableau.

Ce tableau m'inspire. Il mériterait qu'on lui consacre un roman.

(Ndlr : précédant ma question)

Jacques Mougenot : Si j'ai le temps….

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique du livre La machine à démonter le temps
La chronique du spectacle L'affaire Dussaert

Crédits photo : JM


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 1er juin 2020 : Retour à la réalité

Le monde d'après ne sera sans doute pas mieux que celui d'avant. Ces 2 mois de répit n'auront sans doute servi qu'à amplifier les frustrations en tout genre. Sans prétendre y remédier voic de quoi vous détendre un peu avec notre sélection culturelle de la semaine.

vous pouvez également revoir notre première émission "La mare aux grenouilles" sur la Froggy's TV. Suivez la chaine pour ne pas rater émissions et concerts en direct.

Du côté de la musique :

"Nunataq" de Alexandre Herer
"Vodou Alé" de Chouk Bwa & The Angstromers
"Wallsdown" de Enzo Carniel
Interview de Jo Wedin et Jean Felzine à l'occasion de leur concert sur la Froggy's TV
"Pictures of century" de Lane
"Lullaby (mix #15)" nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"Introssessions" de Minhsai
"Guinea music all stars" de Moh! Kouyaté
"Parcelle brillante" de Orwell
"Evocacion" de Quatuor Eclisses
"Is this natural" de Tazieff
"EP 2" de The Reed Conservation Society
et toujours :
Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

les créations contemporaines :
"Le Mardi à Monoprix" de Emmanuel Darley
"Lucide" de Rafael Spregelburd
"Le Royaume des animaux" de Roland Schimmelpfennig
"Délivre-toi de mes désirs" de María Velasco
"L'étudiante et Monsieur Henri" de Yvan Calbérac
de la comédie signée Pierre Palmade:
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Pièce montée" de Pierre Palmade
"10 ans de mariage" de Alil Vardar
Au Théâtre ce soir :
"On dînera au lit" de Marc Camoletti
"Le canard à l'orange" de William Douglas Home
"L'Or et la Paille" de Barillet et Grédy
les classiques par la Comédie française :
"L'Avare" de Molière
"Les Rustres" de Goldoni
du côté des humoristes :
un spécial Christophe Alévêque à l'occasion de son inédit 2020 "Le trou noir"
avec
"Christophe Alévêque - Super rebelle... et candidat libre"
"Christophe Alévêque revient bien sûr"

"Christophe Alévêque - Debout"
et du théâtre lyrique revisité:
"Le Postillon de Lonjumeau" d'Adolphe Adam par Michel Fau
"Turandot" de Puccini par Robert Wilson
et de la caricature joyeuse avec "The Opera Locos"

Expositions :

découvrir la visite en ligne d'expositions virtuelles annulées :
"Giorgio de Chirico. La peinture métaphysique" au Musée de l'Orangerie
"Pompéi" au Grand Palais
et "Plein air, de Corot à Monet" au Musée des Impressionnismes de Giverny
s'évader en un clic en direction de la province :
à Nice pour une visite virtuelle du Musée Magnin et celle de l'exposition "Soulages, la puissance créatrice" à la Galerie Lympia
de l'Europe :
en Espagne vers le Musée Carmen Thyssen à Málaga
et en Allemagne avec la visite des 3 niveaux de la Kunsthalle de Brême
et plus loin encore aux Etats-Unis vers le Musée Isabella Stewart Gardner à Boston
et le Musée d'Art de Caroline du Nord à Raleigh
avant le retour sur Paris pour découvrir les éléments décoratifs de L’Opéra national de Paris

Cinéma at home avec :

de l'action :
"Code 211" de York Alec Shackleton
"Duels" de Keith Parmer
de la comédie : "Le boulet" de Alain Berbérian et Frédéric Forestier
du drame :
"Marion, 13 ans pour toujours" de Bourlem Guerdjou
"Happy Sweden" de Ruben Östlund
de la romance :
"Coup de foudre à Jaïpur" de Arnauld Mercadier
"Marions-nous !" de Mary Agnes Donoghue
du thriller :
"The Watcher" de Joe Charbanic
"Résurrection" de Russell Mulcahy
du fantastique : "Godzilla" de Masao Tamai
les années 40 au Ciné-Club :
"Boule de suif" de Christian Jaque
"Le carrefour des enfants perdus" de Léo Joannon
et un clin d'oeil au début du cinéma avec "Le Voyage dans la Lune" de Georges Méliès

Lecture avec :

"BeatleStones" de Yves Demas & Charles Gancel
"L'obscur" de Phlippe Testa
"La géographie, reine des batailles" de Philippe Boulanger
"Trouver l'enfant / La fille aux papillons" de René Denfeld
et toujours :
"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=