Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Infadels - Fancy
La Maroquinerie  (Paris)  6 mars 2006

L'electro-rock à la côte en 2006, portée par les Franz et plus récemment Clor. La nouvelle vague du rock kleenex bat son plein, prêt à évacuer toutes les saloperies coincées dans le nez de l'auditeur. Mélodies faciles et jetables, à chanter dans l'ascenseur, entre deux étages. Portée par cette humeur, en attente de rien, le cœur léger, la Maroquinerie accueillait lundi 6 mars Infadels, révélation anglaise (sic) devenue tête d'affiche.

On dit souvent le plus grand mal des premières parties. A raison souvent. Empruntées, sans entrain et sans vie. La surprise plus souvent du coté du bar que sur la scène.

Fancy y débarque, sur scène, l'air de rien. Un groupe de quatre musiciens, parisiens, sorti de nul par comme on sortirait d'ailleurs. Un chanteur, coiffure afro, maquillé comme Rambo (illuminant "Bitch", sur Schizophonia le dernier album de Rinocerose), et son groupe en bandoulière.

Pour partir à la guerre. A l'assaut d'un public plus exactement. Autant le dire tout de suite, de mémoire de critique musical, on s'en est rarement pris autant plein la gueule.

Loin des Second Sex, Naast, Tu sera terriblement gentille, toute la scène Rock & Folk parisienne pour auditeur pédophile. Un groupe, un vrai, signé sur aucun label, joue devant 300 privilégiés épars le Glam retrouvé.

Les paillettes, la folie cocainée de Roxy Music, jusqu'au funk des Jackson Brothers… Voix de fausset, aigue à casser, Stassie assure comme un diable, ramène aux golden years des New York Dolls, pénètre Sly et sa famille Stone.

La mâchoire se disloque, les os démembrés gisant au sol devant la nouvelle improbable. Fancy n'a pas de maison de disques. Pas encore dirons nous. Le buzz jouera pour eux, tout comme ces quelques titres joués à Mach 2 sur l'ampli.

De "What's your name again", très Chicago dans le style à "Inside of you," perdu entre le chant de Robert Plant et Kiss. Ca sent la naphtaline sur la veste velours, toutes guitares dehors. Le groove qui suinte par les pores. Une guitariste noire comme l'ébène, touché magique sur la six cordes, tout en fuzz.

Nul doute que le futur laissera de bons souvenirs à ces parisiens. Affaire à suivre.

L'affaire semble a contrario entendue pour The Infadels.

Les groupies en érection alors que les guitares n'hurlent pas encore le crachin londonien des quatre anglais.

Serré comme un café stressé, The Infadels parvient à maintenir la pression en débutant les hostilités par "Love like Semtex", single évident d'un album qui l'est moins.

Très LCD soundsystem, le groupe livre un live de qualité, porté par des chansons à hautes compressions, surboostés par une basse à faire trembler toute la rue Boyer.

L'électro plus affirmée que le rock, les mêmes proches de l'orgasme face au chanteur qui ruisselle, éructant ses paroles avec classe et panache.

Tout cela sent le strass, les 80' sur "Can't get enough" et l'Angleterre Lads sur "Topboy". Un bon moment pour oublier ses problèmes sur des lyrics simples et faciles.

Un peu de U2 dans le carbu' sur "Girl that speaks no words" et la foule qui lève les mains. A n'en pas douter, The Infadels est taillé pour les stades.

Sauront-ils passer les modes et se renouveler, faire tomber les chapeaux et les masques, réaccorder les guitares en fonction de la hype qui évolue ?

Nul ne sait.

Au moins ce soir, le derby France-Angleterre, Fancy/ Infadels aura tourné à l'avantage de la Gaulle. La Gaulle se redresse diront les plus profonds.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album We are not the Infadels de Infadels
Infadels parmi une sélection de singles (juin 2006)
La chronique de l'album Universe in Reverse de Infadels
Infadels parmi une sélection de singles (septembre 2008)
Infadels en concert au Festival Les Transmusicales de Rennes 2004 (jeudi)
L'interview de Infadels (décembre 2005)
L'interview de Infadels (19 septembre 2006)
Fancy parmi une sélection de singles (février 2007)
La chronique de l'album Kings Of The Worlds de Fancy
La chronique de l'album Fancy Machine de Fancy
Fancy en concert à La Boule Noire (11 octobre 2007)
Fancy en concert au Festival des terre-Neuvas Bobital 2008 - Samedi
Fancy en concert au Festival FNAC Indétendances 2008
L'interview de Fancy (avril 2006)

En savoir plus :

Le site officiel des Infadels
Le site officiel de Fancy
Le Soundcloud de Fancy
Le Facebook de Fancy

Crédits photos :David (plus de photos sur Taste of indie)


Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 26 janvier 2020 : Les rois des galettes

En cette fin de période de galettes à tout va, on vous parle surtout de celles en vinyles avec de la bonne musique dessus mais pas que : théâtre, littérature, cinéma, expos sont aussi au programme. C'est parti.

Du côté de la musique :

"Pesson, Abrahamsen & Strasnoy : Piano concertos" de Alexandre Tharaud
"Paris Beyrouth" de Cyril Mokaiesh
"Water is wet" de Theo Hakola
"Musique de chambre" de Le Noiseur
"Les identités remarquables" de Tristen
Interview avec No One Is Innocent à Saint Lô
Theo Lawrence et Mr Bosseigne au Fil
"La légende de Nacilia" de Nacilia
"C'est quoi ton nom ?" de Blankass
"Il est où le bonheur" 9ème émission de Listen in Bed
"Swin, A Benny Godman story" de Pierre Génisson, BBC concert Orchestra et Keith Lockhart
et toujours :
"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Deux euros vingt" au Théâtre Rive Gauche
"Vive la Vie" au Théâtre Gaité-Montparnasse
"Mon Isménie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"La Paix dans le monde" à la Manufacture des Abbesses
"Un Tramway nommé Désir" au Théâtre La Scène Parisienne
"Trop de jaune" au Studio Hébertot
"Oh ! Maman" au Théâtre La Scène Parisienne
"Le fantôme d'Aziyadé" au Théâtre Le Lucernaire
"Le hasard merveilleux" au Théâtre de la Contrescarpe
"Attention les Apaches !" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Norma Djinn" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Blond and Blond and Blond - Hømåj à la chønson française" au Café de la Danse
les reprises :
"Tanguy Pastureau" au Théâtre de la Renaissance
"Close"
"Elisabeth Buffet - Obsolescence programmée" au Théâtre du Marais
"Le comte de Monte-Cristo" au Théâtre Essaion
"L'Analphabète" à l'Artistic Théâtre
"La Diva divague" au Théâtre de Dix heures
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Kiki Smith à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

"Botero" de Don Millar
"Mission Yéti" de Pierre Gréco et Nancy Florence
et la chronique des films sortis en janvier

Lecture avec :

"Le ciel à bout portant" de Jorge Franco
"Le prix de la démocratie" de Julia Cagé
"Les champs de la Shoah" de Marie Moutier Bitan
"Les rues bleues" de Julien Thèves
"Trois jours d'amour et de colère" de Edward Docx
et toujours :
"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=