Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Infadels - Fancy
La Maroquinerie  (Paris)  6 mars 2006

L'electro-rock à la côte en 2006, portée par les Franz et plus récemment Clor. La nouvelle vague du rock kleenex bat son plein, prêt à évacuer toutes les saloperies coincées dans le nez de l'auditeur. Mélodies faciles et jetables, à chanter dans l'ascenseur, entre deux étages. Portée par cette humeur, en attente de rien, le cœur léger, la Maroquinerie accueillait lundi 6 mars Infadels, révélation anglaise (sic) devenue tête d'affiche.

On dit souvent le plus grand mal des premières parties. A raison souvent. Empruntées, sans entrain et sans vie. La surprise plus souvent du coté du bar que sur la scène.

Fancy y débarque, sur scène, l'air de rien. Un groupe de quatre musiciens, parisiens, sorti de nul par comme on sortirait d'ailleurs. Un chanteur, coiffure afro, maquillé comme Rambo (illuminant "Bitch", sur Schizophonia le dernier album de Rinocerose), et son groupe en bandoulière.

Pour partir à la guerre. A l'assaut d'un public plus exactement. Autant le dire tout de suite, de mémoire de critique musical, on s'en est rarement pris autant plein la gueule.

Loin des Second Sex, Naast, Tu sera terriblement gentille, toute la scène Rock & Folk parisienne pour auditeur pédophile. Un groupe, un vrai, signé sur aucun label, joue devant 300 privilégiés épars le Glam retrouvé.

Les paillettes, la folie cocainée de Roxy Music, jusqu'au funk des Jackson Brothers… Voix de fausset, aigue à casser, Stassie assure comme un diable, ramène aux golden years des New York Dolls, pénètre Sly et sa famille Stone.

La mâchoire se disloque, les os démembrés gisant au sol devant la nouvelle improbable. Fancy n'a pas de maison de disques. Pas encore dirons nous. Le buzz jouera pour eux, tout comme ces quelques titres joués à Mach 2 sur l'ampli.

De "What's your name again", très Chicago dans le style à "Inside of you," perdu entre le chant de Robert Plant et Kiss. Ca sent la naphtaline sur la veste velours, toutes guitares dehors. Le groove qui suinte par les pores. Une guitariste noire comme l'ébène, touché magique sur la six cordes, tout en fuzz.

Nul doute que le futur laissera de bons souvenirs à ces parisiens. Affaire à suivre.

L'affaire semble a contrario entendue pour The Infadels.

Les groupies en érection alors que les guitares n'hurlent pas encore le crachin londonien des quatre anglais.

Serré comme un café stressé, The Infadels parvient à maintenir la pression en débutant les hostilités par "Love like Semtex", single évident d'un album qui l'est moins.

Très LCD soundsystem, le groupe livre un live de qualité, porté par des chansons à hautes compressions, surboostés par une basse à faire trembler toute la rue Boyer.

L'électro plus affirmée que le rock, les mêmes proches de l'orgasme face au chanteur qui ruisselle, éructant ses paroles avec classe et panache.

Tout cela sent le strass, les 80' sur "Can't get enough" et l'Angleterre Lads sur "Topboy". Un bon moment pour oublier ses problèmes sur des lyrics simples et faciles.

Un peu de U2 dans le carbu' sur "Girl that speaks no words" et la foule qui lève les mains. A n'en pas douter, The Infadels est taillé pour les stades.

Sauront-ils passer les modes et se renouveler, faire tomber les chapeaux et les masques, réaccorder les guitares en fonction de la hype qui évolue ?

Nul ne sait.

Au moins ce soir, le derby France-Angleterre, Fancy/ Infadels aura tourné à l'avantage de la Gaulle. La Gaulle se redresse diront les plus profonds.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album We are not the Infadels de Infadels
Infadels parmi une sélection de singles (juin 2006)
La chronique de l'album Universe in Reverse de Infadels
Infadels parmi une sélection de singles (septembre 2008)
Infadels en concert au Festival Les Transmusicales de Rennes 2004 (jeudi)
L'interview de Infadels (décembre 2005)
L'interview de Infadels (19 septembre 2006)
Fancy parmi une sélection de singles (février 2007)
La chronique de l'album Kings Of The Worlds de Fancy
La chronique de l'album Fancy Machine de Fancy
Fancy en concert à La Boule Noire (11 octobre 2007)
Fancy en concert au Festival des terre-Neuvas Bobital 2008 - Samedi
Fancy en concert au Festival FNAC Indétendances 2008
L'interview de Fancy (avril 2006)

En savoir plus :

Le site officiel des Infadels
Le site officiel de Fancy
Le Soundcloud de Fancy
Le Facebook de Fancy

Crédits photos :David (plus de photos sur Taste of indie)


Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=