Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Scum Rodeo
Théâtre de la Reine Blanche  (Paris)  mai 2022

Spectacle conçu par Mirabelle Rousseau et Sarah Chaumette d'après le manifeste de Valerie Solanas et interprété par Sarah Chaumette.

Une tribune blanche avec un micro qui va servir plus ou moins avant d'être dans la position d'un sexe fatigué. Telle est l'unique décor imaginé par Jean-Baptiste Bellon.

Et cela suffit amplement à Sarah Chaumette pour réveiller, une bonne cinquantaine d'années après ce grand moment de féminisme que fut le SCUM Manifesto.

Le texte de Valerie Solanas en main, l'actrice vient du fond de la salle, tranquillement, en digressant, et surtout sans haine ni violence, rejoindre la scène où l'attend son pupitre et son micro.

Mirabelle Rousseau n'a pas conçu ce moment comme une performance, un happening soixante-huitard mais comme la rencontre d'un texte fort et capital avec un public qui, s'il connaît l'histoire longtemps occulté de Valerie Solanas, s'attend plutôt à quelque chose qui se rapprocherait de la conférence de 1947 d'Antonin Artaud au Vieux Colombier.

Mais non ! Valerie Solanas n'était pas folle, ni agitée du bocal... Ce n'est pas parce qu'elle a tiré le 3 juin 1968 sur l'"artiste " le plus controversé du vingtième siècle, l'as de la photocopie, le génie publicitaire Andy Warhol, qu'elle n'avait pas tout son sens commun pour écrire ce manifeste dont on aura dans la belle interprétation de Sarah Chaumette tout loisir de s'étonner de la modernité.

Et l'on se demandera même si ce texte saisissant n'est pas encore à la pointe du combat puisque la radicalité de Valerie Solanas va jusqu'à nier l'intérêt pour les femmes de l'égalité économique. Elle voit la société patriarcale comme la forme ultime du capitalisme et veut donc l'éradication des deux. Hédoniste, elle hait la société des hommes, pas seulement parce qu'elle opprime les femmes, mais parce qu'elle fait du travail la valeur sacrée.

Au moment où Gébé et ses compagnons d'Hara-Kiri Hebdo s'apprêtent à vanter "L'An 01", où l'on va tout arrêter, pour tout recommencer, Valerie Solanas est sur la même longueur d'onde utopique.

En cinquante minutes, que l'on dégustera d'autant mieux si on approuve le contenu subtil et plein d'humour du Manifeste Scum, on aura entendu un texte essentiel, une utopie réaliste, qui s'en prend à tous ceux qui font du travail une valeur sacrée.

On aura entendu et aussi vu une conférencière jamais outrancière qui ne caricature pas la pensée de l'autrice. On frémit en imaginant ce que des esprits malintentionnés auraient pu tirer comme effets comiques des propos volontairement excessifs de Valerie Solanas sur l'inutilité du genre masculin et de la reproduction.

Après une campagne électorale où les discours n'ont guère pénétré ceux qui ont eu le courage de les écouter, on prendra enfin plaisir à entendre celui de Valerie Solanas. Un texte nécessaire, puissant que Sarah Chaumette rend limpide.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 3 juillet 2022 : Rythme d'été

Moins d'émissions mais toujours des chroniques tout au long de l'été sur le site évidemment, avec des spectacles, des nouvelles du Festival Off d'Avignon, des expos en région et peut être quelques concerts de temps en temps : restez connectés !

Du côté de la musique :

"Violetta y el jazz" de Emiliano Gonzalez Toro
"Leoni Leoni" de Leoni Leoni
"Circus envy" un nouveau mix à écouter en ligne signé Listen In Bed
"L'album du centenaire 1922-2022" de Odette Gartenlaub
"Folklore chapter 1" de Pilani Bubu
"Mami Wata" de Reuben's Daughters
et toujours :
"Garden Party" de Florent Marchet
"I had it all" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
"Spleen III" de Fleur du Mal
on découvre Grandma's Ashes et Sugar Pills
"Miniatures du dedans" de Hirsute
"All indians ?" de Imperial Quartet
"Whosampled.com" la 19eme émission de Listen In Bed à écouter
"Otrium"de Quentin Ghomari
"Heat" de Shake Stew

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Le Malade imaginaire" au Théâtre Le Lucernaire

"Boule de Suif" au Théâtre Le Lucernaire
"Novecento Pianiste" au Théâtre Le Lucernaire
"B+B=BB" à La Folie Théâtre
"Prisca Demarez - Coquelicot" au Théâtre de la Contrescarpe
"Hexagone" au Théâtre Essaion
les autres spectacles déjà l'affiche
et les spectacles à l'affiche du Festival Off d'Avignon

Expositions :

"ORLAN - Les femmes qui pleurent sont en colère" au Musée Picasso Paris
"Manifeste ORALN - Corps et sculptures" aux Abattoirs à Toulouse
dernière ligne droite pour "Love Brings Love" au Palais Galliera
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"Esprit sacré" de Chema García Ibarra
"The Sadness" de Rob Jabbaz
en streaming gratuit avec :
"J'ai perdu mon corps" de Jérémy Clapin
"Séjour dans les monts Fuchun" de Gu Xiaogang
"Rapsody" de Constance Meyer
"Sashinka" de Kristina Wagenbauer
"Corps of Tobi" d'Alexa Bakony

Lecture avec :

"Cao Bang 1950" de Ivan Cadeau
"La fille sur le coffre à bagages" de John O'Hara
et toujours :
"La preuve du contraire" de Caitlin Wahrer
"Utopia avenue" de David Mitchell
"Omerta" de R.J. Ellory
"Des jours meilleurs" de Jess Walter

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=